3.6.3 Financement par les agences de développement multilatéral et bilatéral

 Les agences de développement multilatéral et régional peuvent contribuer au financement de la connectivité des écoles. Des organisations comme la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement et la Banque de développement interaméricaine peuvent apporter des financements comme le peuvent également les agences d'aide bilatérale des pays industrialisés.

Le financement se fait souvent sous la forme de prêts couvrant un projet global de réforme de l'éducation dont la connectivité des écoles est une composante. Il existe également des cas où des prêts sont fournis, généralement pour des projets pilotes. La diversité des projets, des régions et des bailleurs de fonds laisse à penser que des pays ayant élaboré un plan de connectivité des écoles viable et durable peuvent trouver un soutien auprès de ces agences.

Exemples d'aide multilatérale :

  • La Banque mondiale a financé des projets d'éducation dans des pays en développement, notamment des projets s'intéressant aux TIC. En Jordanie, le projet de réforme de l'éducation pour une économie du savoir apporte son soutien à la création de salles d'informatique dans les écoles, incluant la fourniture de l'accès à l’internet.83C'est en Russie que la Banque mondiale mène le plus grand projet de TIC pour l'éducation qui a substantiellement augmenté l'infrastructure technologique au niveau central et fédéral du système d'éducation et au niveau régional et local et a ainsi amélioré l'accès matériel à la technologie pour les utilisateurs se trouvant dans des zones isolées et rurales.84 La Banque mondiale est également à l'origine du projet World Links qui a contribué à la connectivité d’écoles dans certains pays en développement et qui a ensuite évolué pour devenir une organisation indépendante sans but lucratif.85
  • La Banque asiatique de développement a contribué au financement, au Sri Lanka, du projet de modernisation de l'éducation secondaire au cours de la période 2000-2007.86  Ce projet incluait une composante pour la création de plus de 1 000 centres d'apprentissage de l'informatique dans des écoles secondaires. Ces centres sont connectés à l’internet.87
  • La Banque interaméricaine de développement contribue depuis longtemps à la connectivité des écoles en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Elle a apporté son aide à plusieurs projets de connectivité d’écoles en Argentine, au Salvador, au Nicaragua ainsi qu’à Trinidad et Tobago.88 Avec la Banque de développement des Caraïbes, l'IDB a financé le programme d'amélioration du secteur de l'éducation des Barbades (EduTech) qui a piloté l'accès à l’internet pour toutes les écoles primaires et secondaires.89 De plus, l'IDB contribue au financement de plusieurs programmes informatiques scolaires qui incluent une composante de connectivité. En Haïti, le projet "un ordinateur par enfant" prévoit le financement de la connectivité. De même, au Paraguay, un projet pilote comprend une composante de connectivité avec un accès internet à 2 Mbps pour 10 écoles et le financement associé du câblage, de l'acheminement et de la maintenance.

Exemples de financement bilatéral :

  • Le gouvernement japonais a apporté son aide au projet SchoolNet élaboré par l'ANASE, qui profite à des projets pilotes de connectivité des écoles au Cambodge, en Indonésie, au Laos, dans les Philippines et au Vietnam.90
  • L'agence suédoise internationale de coopération au développement (SIDA) fournit une aide permanente au financement du projet SchoolNet en Namibie qui porte sur l'accès des écoles à l’internet. La SIDA a contribué à hauteur de 23 millions NAD (2,9 millions $) depuis la mi 2001.91

 

0 user comments: