Module 4: Using ICTs to promote education and job training for persons with disabilities

Table of Contents

      Introduction       1 Les TIC pour l'éducation des enfants handicapés             1.1 Qu'en entend-on par TIC accessibles?                   1.1.1 Exemples de TIC accessibles             1.2 Définir ce que sont les TIC accessibles                   1.2.1 Les avantages des TIC accessibles dans les écoles connectées             1.3 La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées                   1.3.1 Dispositions relatives à l'accessibilité des TIC                   1.3.2 Education                   1.3.3 Emploi                   1.3.4 Incidences dans d'autres domaines de politique générale                   1.3.5 Résumé des obligations en matière de TIC accessibles             1.4 Récapitulatif des autres lois et initiatives internationales en faveur des TIC accessibles dans l'éducation pour tous                   1.4.1 Sommet mondial sur la société de l'information                   1.4.2 L'Union internationale des télécommunications                   1.4.3 Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)                   1.4.4 UNICEF: Convention de 1989 relative aux droits de l'enfant                   1.4.5 Les Objectifs du Millénaire pour le développement                   1.4.6 Conclusions       2 Situation actuelle, défis et perspectives             2.1 Statistiques sur les enfants handicapés qui reçoivent une éducation             2.2 Corrélation entre niveaux d'alphabétisation et pauvreté             2.3 Les motifs de l'exclusion             2.4 Le prix de l'inclusion dans l'éducation             2.5 Nombre de personnes handicapées dans le monde             2.6 Incidences du vieillissement de la population mondiale       3 Les technologies d'assistance par type de handicap: comprendre les besoins des utilisateurs             3.1 Personnes souffrant de handicaps physique et de troubles moteurs                   3.1.1 Technologies d'assistance pour les personnes souffrant d'un handicap physique et de troubles moteurs                   3.1.2 Accessibilité des bâtiments et des postes de travail             3.2 Assistance aux personnes aveugles ou malvoyantes                   3.2.1 Technologies d'assistance pour les personnes aveugles ou souffrant d'une déficience visuelle                   3.2.2 Supports et formats accessibles                   3.2.3 Coûts et évolution de l'utilisation et de la fourniture du braille                   3.2.4 Eléments à prendre en compte lors du choix d'une imprimante braille             3.3 Personnes sourdes ou malentendantes             3.4 Handicaps cognitifs             3.5 Equiper les écoles inclusives de TIC accessibles       4 Créer et faire fonctionner des écoles accessibles et connectées aux TIC             4.1 Réforme des politiques nationales                   4.1.1 Six éléments clés pour la création et la mise en oeuvre de TIC accessibles dans des écoles connectées                   4.1.2 Recherches à l'appui de l'élaboration d'une politique pragmatique                   4.1.3 Parties prenantes et consultations                   4.1.4 Considérations intéressant particulièrement les personnes handicapées                   4.1.5 Evaluation et suivi             4.2 Appui aux enseignants et aux élèves                   4.2.1 Intégration et utilisation de TIC accessibles dans les programmes scolaires                   4.2.2 Technologies d'assistance et évaluation des besoins             4.3 Stratégies de financement                   4.3.1 Financement durable                   4.3.2 Logiciels propriétaires et logiciels libres et à code source ouvert                   4.3.3 Faciliter la création d'un écosystème viable et durable dans le domaine des technologies d'assistance             4.4 Politiques d'achat                   4.4.1 Compatibilité avec les infrastructures informatiques dans les écoles             4.5 Comment l'évolution des technologies influe sur l'utilisation des TIC au service de l'éducation                   4.5.1 Technologies d'assistance et informatique dématérialisée                   4.5.2 Apprentissage en version nomade (Mobile learning)                   4.5.3 Connectivité                   4.5.4 Plates-formes d'apprentissage                   4.5.5 Ressources éducatives libres                   4.5.6 Accessibilité du web       Tirer parti des écoles rendues accessibles au moyen des TIC en tant que centres communautaires pour la formation des adultes handicapés             5.1 Télécentres communautaires polyvalents                   5.1.1 Centres d'enseignement et de formation technique et professionnelle (TVET) pour les personnes handicapées dans les pays en développement             5.2 Bonnes pratiques et enjeux de la création et du fonctionnement de TCP et de centres TVET accessibles                   5.2.1 Modèles de financement pour l'utilisation d'écoles accessibles et connectées en tant que centres TCP et TVET                   5.2.2 Modèles de financement durables et grandes tendances de l'approche philanthropique                   5.2.3 Délivrance de diplômes et éducation permanente             5.3 Considérations technologiques                   5.3.1 Les technologies d'assistance pour l'emploi et les services de placement pour les employeurs et les participants       6 Liste récapitulative pour les décideurs             6.1 Conclusion       7 Textes, initiatives et objectifs internationaux relatifs à l'utilisation des TIC au service de l'éducation et de la formation professionnelle des personnes handicapées             7.1 Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI)                   7.1.1 Principes fondamentaux du SMSI             7.2 Initiatives de l'Union internationale des télécommunications (UIT)                   7.2.1 Kit pratique UIT-G3ict sur les politiques en matière de cyberaccessibilité pour les personnes handicapées             7.3 Initiatives de l'UNESCO                   7.3.1 Déclaration de Salamanque et écoles inclusives                   7.3.2 48ème Conférence internationale de l'éducation organisée par l'UNESCO                   7.3.3 Autres initiatives de l'UNESCO                   7.3.4 UNICEF – Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (1989)       8 Démonstrations vidéo de technologies d'assistance       9 Ressources techniques             9.1 Ressources éducatives pour les enseignants et les décideurs dans le domaine des technologies d'assistance, des formats accessibles et de l'élaboration de programmes             9.2 Evaluation des besoins en matière de technologies d'assistance             9.3 Technologies d'assistance, logiciels, ressources, guides et projets             9.4 Solutions et produits logiciels gratuits et à code source ouvert             9.5 Télécentres communautaires polyvalents, télécentres accessibles et centres VTET pour les personnes handicapées       10 Case studies       Credits

Introduction

"Si on me demande ce que signifie pour moi l'Internet, je rpondrais sans hsiter: pour moi (qui suis quadriplgique), l'Internet reprsente la partie la plus importante de mon existence. Il remplace mes pieds et me fait voyager partout dans le monde; il remplace mes mains et m'aide faire mon travail; l'Internet est mon meilleur ami - il donne un sens ma vie" - DrZhangXu1.

Les enfants handicaps dans les pays en dveloppement rencontrent des difficults particulires d'accs aux moyens d'ducation, aussi rudimentaires soient‑ils. Ils ont le plus faible niveau d'accs l'ducation de toutes les cohortes d'lves. Un tiers des 75millions d'enfants non scolariss dans le monde et en ge d'aller l'cole primaire sont des enfants handicaps2, 3. Les technologies de l'information et de la communication (TIC), en particulier les technologies d'assistance, peuvent donner aux lves handicaps accs des contenus ducatifs qui leur seraient autrement inaccessibles grce aux moyens d'apprentissage lectroniques et en ligne. Les coles connectes qui utilisent bon escient des technologies d'assistance peuvent donner aux enfants handicaps un accs sans prcdent l'ducation.

Une fois connectes et accessibles, ces coles peuvent galement servir de centres communautaires TIC qui facilitent la formation professionnelle, voire offrent des possibilits d'emploi des jeunes et des adultes handicaps dans leur entourage. Nous montrons galement dans le prsent module comment des coles connectes et accessibles peuvent tre transformes en tlcentres communautaires polyvalents (TCP) accessibles tous.

Les enfants handicaps dans les pays en dveloppement se heurtent des obstacles d'une grande complexit dans l'accs l'ducation. Ces obstacles peuvent tre, par exemple, associs des systmes de pense socitaux et comportementaux selon lesquels il n'est pas possible d'duquer des enfants souffrant d'un handicap sensoriel, physique ou intellectuel.

Dans la Section1 du prsent module, nous nous attachons montrer que les TIC peuvent faciliter la cration d'coles connectes qui assurent l'galit de l'accs l'ducation pour les enfants handicaps. Dans la Section2, nous examinons les obstacles que rencontrent de nombreuses personnes handicapes dans les pays en dveloppement lorsqu'elles s'efforcent de recevoir une ducation et une formation professionnelle. Dans la Section3, nous analysons les types de TIC, de technologies d'assistance, de formats et de mdias accessibles qui permettent de recevoir une ducation galit avec les autres. Nous examinons aussi les questions lies aux cots et l'laboration, sur le plan local et national, d'cosystmes technologiques capables d'appuyer et de soutenir le dveloppement de TIC accessibles et la formation leur utilisation. La Section 4 prsente de bonnes pratiques concernant la mise en place et en service d'coles accessibles connectes aux TIC. Dans la Section 5, nous nous intressons la faon dont ces coles peuvent servir de TCP accessibles qui fournissent une formation professionnelle et offrent des possibilits d'emploi. La Section 6 recense les principales tapes que doivent franchir les dcideurs dans les ministres de l'ducation et de la communication, les collectivits locales et les administrations des tablissements pour crer des coles accessibles et connectes. La Section 7 dcrit l'ensemble des lgislations et politiques internationales relatives aux droits des enfants handicaps une ducation inclusive, dans des coles ordinaires, ainsi que le rle important que joue l'accessibilit des TIC dans la conqute de ces droits. La Section 8 prsente des tudes de cas et des exemples de bonnes pratiques de TIC accessibles et la Section 9 prsente des ressources pour les enseignants et les dcideurs.

1 http://www.icdri.org/inspirational/no_disability_in_digitalized_com.htm

2 http://www.unesco.org/en/inclusive-education/children-with-disabilities/

3 http://data.un.org/Data.aspx?q=disability&d=SOWC&f=inID%3a150

1 Les TIC pour l'éducation des enfants handicapés

Les enfants handicaps dans les pays en dveloppement rencontrent des difficults particulires d'accs aux moyens d'ducation, aussi rudimentaires soient‑ils. Ils ont le plus faible niveau d'accs l'ducation de toutes les cohortes d'lves. Un tiers des 75millions d'enfants non scolariss dans le monde et en ge d'aller l'cole primaire sont des enfants handicaps2 3. Les technologies de l'information et de la communication (TIC), en particulier les technologies d'assistance, peuvent donner aux lves handicaps accs des contenus ducatifs qui leur seraient autrement inaccessibles grce aux moyens d'apprentissage lectroniques et en ligne. Les coles connectes qui utilisent bon escient des technologies d'assistance peuvent donner aux enfants handicaps un accs sans prcdent l'ducation.

2http://www.unesco.org/en/inclusive-education/children-with-disabilities/
3http://data.un.org/Data.aspx?q=disability&d=SOWC&f=inID%3a150

1.1 Qu'en entend-on par TIC accessibles?

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) accessibles ouvrent aux personnes handicapes des possibilits d'accs l'ducation, l'acquisition de comptences et l'emploi et leur donnent la possibilit de participer la vie conomique, culturelle et sociale de la collectivit.

On entend par TIC une vaste gamme de matriels et de logiciels, d'appareils et d'ordinateurs, de formats et de systmes qui permettent de communiquer par des moyens lectroniques. La dfinition des TIC est trs vaste: stockage, traitement et extraction d'informations par voie lectronique, appareils et logiciels utiliss pour extraire ces informations, ainsi que ceux qui servent communiquer en temps rel avec d'autres. La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes4dfinit les communications comme suit:

"On entend par "communication", entre autres, les langues, l'affichage de texte, le braille, la communication tactile, les gros caractres, les supports multimdias accessibles ainsi que les modes, moyens et formes de communication amliore et alternative base de supports crits, supports audio, langue simplifie et lecteur humain, y compris les technologies de l'information et de la communication accessibles5."

Un produit ou service TIC accessible est un produit ou service qui peut tre utilis par tous ceux qui il est destin, compte tenu de leurs diffrentes capacits. Une personne peut avoir des difficults intervenir sur ces produits ou services (par exemple saisir un texte) ou le consulter (par exemple lire un texte sur un cran). Cette incapacit peut tre permanente ou temporaire et peut tre due diffrentes raisons physiques, mentales ou environnementales6.

4Cliquer ici pour consulter le texte complet de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes:http://www.un.org/disabilities/default.asp?navid=13&pid=150.
5Article 2 Definitions
6http://universaldesign.ie/useandapply/ict/universaldesignforict/introductiontoaccessibility#introduction

1.1.1 Exemples de TIC accessibles

Pour illustrer la faon dont tous ces lments se combinent pour faciliter l'accessibilit pour les personnes handicapes, nous envisagerons deux scnarios.

Appeler sur un tlphone mobile

Supposons qu'une personne sourde ou malentendante souhaite appeler sur un tlphone mobile. Cette personne utilise une technologie d'assistance, appele appareil auditif, qui amplifie les sons provenant de son environnement. L'appel n'est possible dans ce cas que si l'appareil auditif et le tlphone mobile sont compatibles. Si ce n'est pas le cas, la personne entendra vraisemblablement un sifflement aigu, appel raction acoustique, lorsque le tlphone est plac proximit de l'appareil auditif. Si l'un et l'autre sont compatibles, la personne peut tlphoner et recevoir un appel tout fait normalement.

Consulter un site web

Pensons au cas d'un aveugle qui souhaite consulter un site web sur son ordinateur individuel. Il utilise alors un quipement complexe appel "lecteur d'cran", capable de convertir du texte sur l'cran de l'ordinateur en paroles de synthse. Cette personne peut aussi naviguer sur un site web et saisir du texte en ligne en utilisant ce lecteur d'cran associ un clavier standard. Dans un tel cas, plusieurs conditions doivent tre runies pour que l'accs soit possible.

1) Le lecteur d'cran doit exister en version localise (c'est‑‑dire adapte aux besoins linguistiques et culturels locaux)7.

2) La personne doit avoir accs au lecteur d'cran et avoir appris l'utiliser.

3) Le lecteur d'cran et le PC doivent tre "interoprables" ou compatibles - c'est‑‑dire que le logiciel de lecture d'cran doit pouvoir commander le navigateur et le systme d'exploitation de l'ordinateur.

4) Le contenu web du site que la personne consulte doit aussi tre conu pour tre accessible, conformment aux normes internationales.

Une fois ces conditions runies, un non‑voyant peut avoir accs au mme contenu et effectuer les mmes tches en ligne qu'une personne voyante.

7http://portal.bibliotekivest.no/terminology.htm#L

1.2 Définir ce que sont les TIC accessibles

Dfinition du handicap

Les dfinitions du handicap utilises dans les politiques et lgislations nationales ainsi que dans les statistiques sur le handicap varient considrablement d'un pays l'autre. Les chiffres relatifs la prvalence du handicap dans le monde utiliss dans le prsent module sont ceux de la Banque mondiale8. La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes reconnat les diffrences conomiques et culturelles dans lesquelles les dfinitions du handicap s'appliquent et ne cherche pas donner une dfinition globale. Elle nonce simplement ce qui suit:

"Par personnes handicapes on entend des personnes qui prsentent des incapacits physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l'interaction avec diverses barrires peut faire obstacle leur pleine et effective participation la socit sur la base de l'galit avec les autres"9(Article 1)

La Convention a toutefois tendance considrer que le handicap rsulte des obstacles mis par la socit elle‑mme (par exemple l'existence de marches l'entre d'un btiment, qui empchent une personne en chaise roulante d'y avoir accs) plutt que de l'tat de sant de la personne.

De manire analogue, la dfinition du handicap tablie par l'Organisation mondiale de la sant (OMS), dans sa Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la sant (CIF), s'inspire de ce modle social. Dans cette classification, le handicap est envisag comme "une interaction dynamique entre un tat de sant (maladies, dsordres, blessures, traumatismes, etc.) et des facteurs contextuels"10. Le modle CIF a deux composantes, dont la premire concerne les questions lies au fonctionnement et au handicap (fonctionnement et structures corporels de la personne) et la deuxime concerne l'environnement et le contexte dans lequel vit cette personne et le rle de ces facteurs sur sa participation la vie sociale. Ce modle fait tat d'une interaction dynamique entre l'tat de sant (maladies, troubles, blessures, traumatismes, etc.) et les facteurs contextuels. La Classification CIF s'loigne du " modle mdian" supposant qu'il existe une "norme" en matire de capacits humaines pour tablir que la socit est un agent actif de la qualit de vie de chacun.

Dfinir les "TIC accessibles"

Le terme de TIC accessibles, tel qu'il est utilis dans le prsent module, englobe toute une srie de technologies et de formats courants ou des fins d'assistance qui permettent un lve handicap de recevoir la mme ducation que les autres. La technologie d'assistance est dfinie comme "un quipement, systme produit, matriel, logiciel ou service utilis pour renforcer, maintenir ou amliorer les capacits fonctionnelles des personnes handicapes"11.

Les TIC accessibles sont notamment les suivantes:

• les technologies courantes telles que les ordinateurs et les tlphones mobiles contenant des fonctions d'accessibilit intgres;

• les technologies d'assistance, comme les appareils auditifs, les lecteurs d'cran, les claviers adaptatifs, etc.;

• les formats accessibles, tels que le langage HTML (Hypertext Markup Language), ou les livres en format DAISY (Digital Accessible Information System), etc.

Les Sections 3 et 4 dcrivent plus en profondeur ces technologies ainsi que les questions d'accessibilit, entre autres conomique, de personnalisation, d'interoprabilit et les fonctions d'accessibilit sur les ordinateurs et tlphones mobiles de modle courant, ainsi que les activits de formation et d'appui.

8Banque mondiale (2007).Measuring Disability Prevalence, disponible sur:http://siteresources.worldbank.org/DISABILITY/Resources/Data/MontPrevalence.pdf.

9Le texte complet de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personneshandicapes peut tre consult sur:http://www.un.org/disabilities/default.asp?navid=13&pid=150.

10http://www.who.int/classifications/icf/en/. La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la sant (CIF) dcrit la faon dont les personnes vivent avec leur tat de sant. Ce document classe la sant et les domaines y relatifs qui dcrivent les fonctions et structures corporelles, les activits et la participation du corps. Dans la mesure o le fonctionnement et le handicap sont propres un contexte donn, la CIF inclut galement une liste de facteurs environnementaux.

11ISO (2000).Guide 71. Principes directeurs pour les normalisateurs afin de rpondre aux besoins des personnes ges et de celles ayant des incapacits. Disponible sur:http://www.iso.org/iso/catalogue_detail?csnumber=33987.

NOTE – Technologie d'assistance est un terme gnrique qui inclut les quipements d'assistance, d'adaptation et de rducation pourpersonnes handicapes, ainsi que les mthodes utilises pour leur slection, localisation et utilisation.http://en.wikipedia.org/wiki/Assistive_technology.

1.2.1 Les avantages des TIC accessibles dans les écoles connectées

Une mta‑tude sur l'utilisation des TIC accessibles a fait apparatre les avantages suivants pour toutes les parties prenantes impliques dans l'ducation: tudiants, enseignants, parents et personnes qui ont la charge des enfants12:

Avantages gnraux

• Encouragent l'autonomie de l'apprenant.

• Librent le potentiel cach des personnes ayant des difficults communiquer.

• Permettent aux lves de faire valoir leurs rsultats autrement qu'avec les mthodes traditionnelles.

• Permettent d'adapter les tches aux comptences et capacits de chacun.

Avantages pour les lves

• L'informatique peut faciliter l'accs des lves l'ducation en toute indpendance

• Les lves qui ont des besoins particuliers peuvent travailler leur propre rythme.

• Les lves aveugles ou malvoyants qui utilisent l'Internet peuvent avoir accs aux informations, tout comme les lves voyants.

• Les lves qui ont des difficults d'apprentissage profondes et multiples peuvent communiquer plus facilement.

• Les lves qui utilisent des moyens de communication vocaux peuvent prendre confiance en eux et acqurir une crdibilit sociale l'cole et dans leurs communauts.

• Les lves qui font confiance aux TIC sont motivs pour utiliser l'Internet la maison pour leurs devoirs et leurs loisirs.

Avantages pour les enseignants et le personnel non enseignant

• Les enseignants qui exercent dans l'ducation spcialise sont moins isols et peuvent communiquer par voie lectronique avec leurs collgues.

• Appui la rflexion sur les pratiques professionnelles grce aux communications en ligne.

• Renforcement des comptences du personnel et meilleure comprhension des technologies d'accs utilises par les lves.

• Amlioration de la formation continue et de l'efficacit de l'utilisation des TIC avec les lves, grce la collaboration entre collgues.

• Il est facile d'adapter les documents existant dj sous forme lectronique (par exemple sur l'Internet) en les rendant accessibles grce l'emploi des gros caractres ou du braille.

Avantages pour les parents et les personnes qui s'occupent des enfants

• L'utilisation de moyens vocaux d'aide la communication encourage les parents et toutes les personnes qui s'occupent des enfants attendre des enfants une meilleure sociabilit et plus de participation.

12BECTA ICT Research (2003) What the research says about ICT supporting special educational needs (SEN) and inclusion. Disponible sur: http://research.becta.org.uk/upload-dir/downloads/page_documents/research/wtrs_motivation.pdf

1.3 La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes impose d'importantes obligations toutes les autorits de l'Etat charges d'assurer l'galit de l'accs aux possibilits d'ducation et d'emploi13. La Convention contient plusieurs concepts novateurs et progressistes concernant l'exercice des droits humains par les personnes handicapes14. Aux termes de cette Convention, l'accessibilit des TIC est tout aussi importante que l'accessibilit dans d'autres domaines, tels que l'environnement bti ou les transports.

La Convention envisage plutt le handicap comme le rsultat de barrires sociales (par exemple, l'absence de marches l'entre des btiments pour les utilisateurs en chaise roulante) plutt que comme le rsultat exclusif d'un tat de sant. Cette transition du modle mdical au modle social du handicap met l'accent sur l'accs des personnes handicapes la socit et ses structures - ce que l'on appelle habituellement "l'accessibilit". Autre innovation de la Convention: l'accs des personnes handicapes aux TIC est fondamental pour surmonter un grand nombre de ces obstacles socitaux.

La Convention a t adopte par l'Assemble gnrale des Nations Unies le 13 dcembre 2006 et est devenue un instrument juridique qui a pris effet la date de sa ratification par un vingtime pays, savoir le 5 mai 2008. En septembre 2010, 147 pays avaient sign la Convention, et sur ce nombre, 93 l'ont ensuite ratifie15.

13Le texte complet de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes est disponible l'adresse:http://www.un.org/disabilities/default.asp?navid=13&pid=150.

14 http://www.un.org/disabilities/default.asp?navid=23&pid=151#iq1

15Ces informations sur le nombre de signataires la Convention, son Protocole additionnel et le nombre de ratifications peuvent tre consultes ici:http://www.un.org/disabilities/.

1.3.1 Dispositions relatives à l'accessibilité des TIC

L'accessibilit est le principe primordial nonc dans l'article 3 de la Convention. L'article 9 sur l'accessibilit fait spcifiquement mention de l'accs aux TIC, lment cl de l'exercice d'autres droits, tels que le droit une ducation inclusive et le droit au travail.

La dfinition du mot communication dans l'article 2 est la suivante:

"On entend par "communication", entre autres, les langues, l'affichage de texte, le Braille, la communication tactile, les gros caractres, les supports multimdias accessibles ainsi que les modes, moyens et formes de communication amliore et alternative base de supports crits, supports audio, langue simplifie et lecteur humain, y compris les technologies de l'information et de la communication accessibles;"16

La Convention fait spcifiquement mention des technologies d'assistance dans huit de ses articles (Articles 4, 9, 20, 21, 24, 26, 29 et 32). Les mesures englobant les technologies d'assistance (par exemple, "toutes les mesures appropries") sont mentionnes dans 17 autres articles17.

Dfinition de la conception universelle

La Convention reconnat le risque d'exclusion que peuvent entraner les progrs technologiques, si les besoins de tous les utilisateurs terminaux - y compris des personnes handicapes - ne sont pas pris en compte. C'est pour viter cela qu'elle prconise le concept de conception universelle, dfini comme suit:

"On entend par "conception universelle" la conception de produits, d'quipements, de programmes et de services qui puissent tre utiliss par tous, dans toute la mesure possible, sans ncessiter ni adaptation ni conception spciale. La "conception universelle" n'exclut pas les appareils et accessoires fonctionnels pour des catgories particulires de personnes handicapes l o ils sont ncessaires." (Article 2)

L'article4 recommande expressment que toutes les nouveauts technologiques rpondent au principe de "conception universelle", afin de contribuer rduire les cots de l'intgration des fonctions d'accessibilit en les incorporant le plus tt possible au cours du cycle du dveloppement du produit.

La Convention dispose aussi que l'accs l'information sur les technologies d'assistance est important et impose aux Etats Parties de:

"Fournir aux personnes handicapes des informations accessibles concernant les aides la mobilit, les appareils et accessoires et les technologies d'assistance, y compris les nouvelles technologies, ainsi que les autres formes d'assistance, services d'accompagnement et quipements" (Article 4 1. h))

L'article 26 sur "l'adaptation et la radaptation" souligne aussi l'importance de "l'offre, la connaissance et l'utilisation d'appareils et de technologies d'aide" concernant la radaptation en tant que moyen de parvenir l'indpendance et l'autonomie, grce entres autres, l'accs l'ducation (Article 24) et l'emploi (Article 27).

16Article 2 (1)
17Borg, J., Lindstrom, A., Larrson, S. “Assistive technology in developing countries: national and international responsibilities to implement the Convention on the Rights of Persons with Disabilities”, available at www.thelancetglobalhealthnetwork.com/wp-content/uploads/Disability-REV-3.pdf

1.3.2 Education

Dans son prambule, la Convention rappelle l'article26 de la Dclaration universelle des droits de l'homme, aux termes duquel toute personne a droit l'ducation.

Dfinition de l'ducation inclusive

La Convention reconnat que l'accs l'ducation est un droit fondamental des personnes handicapes. L'ducation doit tre assure, autant que possible, de manire "inclusive", c'est‑‑dire dans le contexte du systme ducatif ordinaire et non dans un cadre qui isole les handicaps des autres. L'article 24 contient des dispositions prcises qui obligent procder "des amnagements raisonnables" pour les tudiants handicaps. Il peut s'agir, selon les cas, de l'accs des TIC accessibles (ainsi que de la formation ces technologies et de leur utilisation), ycompris par les technologies d'assistance et le matriel ducatif en format accessible.

Dfinition du terme amnagements raisonnables

Comme indiqu dans l'article2, les amnagements raisonnables sont un facteur essentiel qui assure aux personnes handicapes la jouissance ou l'exercice de leurs droits, sur la base de l'galit avec les autres. On entend par amnagements raisonnables les modifications et ajustements ncessaires pour assurer qu'une personne handicape ait la jouissance ou l'exercice, sur la base de l'galit avec les autres, des droits de l'homme. Un ajustement raisonnable doit tre ncessaire et appropri et ne doit pas imposer de charges disproportionnes ou indues celui qui en bnficie.

Un exemple d'amnagement raisonnable dans le contexte de l'ducation est la fourniture d'une technologie d'assistance approprie ncessaire pour donner une personne handicape accs l'ducation, galit avec les autres. Toujours aux termes de l'article2, le refus d'amnagement raisonnable est une forme de "discrimination fonde sur le handicap". Ainsi qu'il est en outre affirm dans l'article5, "Afin de promouvoir l'galit et d'liminer la discrimination, les Etats Parties prennent toutes les mesures appropries pour faire en sorte que des amnagements raisonnables soient apports".

Formation du personnel et entraide entre pairs

L'article24 contient des dispositions importantes concernant les professionnels de tous les domaines de l'ducation. Ces derniers devraient recevoir "une sensibilisation aux handicaps et [une formation ] l'utilisation des modes, moyens et formes de communication amliore et alternative et des techniques et matriels pdagogiques adapts aux personnes handicapes".

L'article 26 (sur la radaptation) souligne l'importance de l'entraide entre pairs, ce qui joue un rle particulirement important dans la formation l'utilisation de TIC accessibles dans le contexte de l'ducation et de la formation professionnelle.

1.3.3 Emploi

L'article27 de la Convention reconnat "aux personnes handicapes, sur la base de l'galit avec les autres, le droit au travail, notamment la possibilit de gagner leur vie en accomplissant un travail librement choisi ou accept sur un march du travail et dans un milieu de travail ouverts, favorisant l'inclusion et accessibles aux personnes handicapes"18. L'article27 dispose en outre que "des amnagements raisonnables doivent tre apports aux lieux de travail en faveur des personnes handicapes"19.

18Article 27.1
19Article 27.1 (i)

1.3.4 Incidences dans d'autres domaines de politique générale

Coopration internationale

L'article 4.2 de la Convention impose spcifiquement aux Etats d'utiliser le cadre de la coopration internationale "en vue d'assurer progressivement le plein exercice de ces droits". Cette obligation est reprise et dveloppe dans l'article32, qui recommande d'utiliser la coopration internationale pour faciliter les changes de connaissances et de capacits entre les pays en ce qui concerne "les connaissances scientifiques et techniques", ce qui intresse particulirement l'laboration d'cosystmes TIC accessibles analyss plus loin dans la Section4.

L'article 9 relatif l'accessibilit prcise que "les Etats Parties prennent des mesures appropries pour laborer et promulguer des normes nationales minimales et des directives relatives l'accessibilit des installations et services ouverts ou fournis au public et contrler l'application de ces normes et directives" (Article 9.2 (a)).

Marchs publics

De nombreux Etats utilisent depuis longtemps les pratiques des marchs publics des fins d'intgration sociale. En prcisant certains critres pour l'article ou le service qu'il est prvu d'acheter, les organismes publics peuvent exercer une influence de poids sur la qualit des biens et services commercialiss. Ils peuvent aussi encourager l'innovation dans le secteur afin de rpondre ces obligations. Ainsi, les Etats-Unis et le Canada exigent, dans les procdures de marchs publics, que les moyens TIC achets par le gouvernement fdral soient accessibles aux personnes handicapes20. Ce critre a d'importantes incidences sur l'accessibilit de nombreux produits grand public tels que les systmes d'exploitation des ordinateurs, les imprimantes et les tlphones mobiles. Il a encourag l'industrie innover et proposer des solutions accessibles et bon march, en faisant de l'accessibilit un critre comptitif dans les appels d'offres publics. Les marchs publics peuvent donc tre un moyen d'encourager la normalisation et de permettre aux pouvoirs publics d'influer sur l'laboration de la commercialisation de moyens TIC accessibles.

Ces effets se font galement sentir sur l'cosystme des TIC accessibles en crant une demande, et donc une capacit sur le march, en vue de l'laboration, de la fabrication et de l'existence long terme de TIC accessibles. Plus la demande est forte, plus les cots finals ont des chances d'tre faibles. Les marchs publics peuvent donc tre un moyen de promouvoir l'laboration et la commercialisation de TIC accessibles.

Le rle et l'volution de ces procdures sont examins plus loin dans la Section4.

20http://e-accessibilitytoolkit.org/toolkit/public_procurement/case_studies

1.3.5 Résumé des obligations en matière de TIC accessibles

En ce qui concerne les TIC accessibles, l'emploi et l'ducation, les obligations des Etats au titre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes sont les suivantes:

• En rgle gnrale, les TIC accessibles doivent faciliter l'exercice et la jouissance de nombreux autres droits, y compris l'accs l'ducation et l'emploi.

• L'accs aux TIC, y compris l'Internet, doit avoir le mme rang de priorit que l'accs aux btiments et aux transports.

• La conception universelle des produits et TIC grand public accessibles aux personnes handicapes doit tre encourage par la recherche et par l'laboration de lignes directrices et normes appropries.

• Des activits de recherche - dveloppement et de promotion des nouvelles TIC accessibles, y compris des technologies d'assistance, doivent tre entreprises, en privilgiant les solutions financirement abordables.

• Les professionnels et personnes travaillant avec des personnes handicapes doivent recevoir une formation ces droits et leur exercice. Il peut s'agir d'une formation adapte aux enseignants, ducateurs, soignants et formateurs professionnels, sur les modalits d'utilisation des TIC en vue de donner accs l'ducation et la formation professionnelle.

1.4 Récapitulatif des autres lois et initiatives internationales en faveur des TIC accessibles dans l'éducation pour tous

La Figure 1.1 retrace l'volution de nombreux droits de l'homme, et plus rcemment, des conventions et accords internationaux dans la socit de l'information en faveur de l'utilisation desTIC accessibles dans l'ducation pour tous.

Figure 1.1 – Aperu des cadres juridiques en faveur de l'utilisation de TIC
accessibles dans l'ducation pour tous

Source: UNESCO (2005)

Lgende:

Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes
L'accs aux technologies d'assistance et aux TIC facilite l'exercice d'autres droits comme l'accs l'ducation

Dclaration de principes et Plan d'action du SMSI
Encourage la cration d'une socit de l'information ouverte tous et fixe des objectifs en consquence

Initiative phare de l'Education pour tous sur le droit l'ducation pour les personnes handicapes: vers l'intgration

Objectifs du Millnaire pour le dveloppement: fixent pour objectif d'assurer la scolarisation complte de tous les enfants et l'ducation primaire pour tous

Cadre d'action du Forum mondial sur l'ducation de Dakar
A raffirm d'urgence d'aller au-devant des groupes marginaliss

Dclaration de Salamanque et cadre d'action pour l'ducation et les besoins spciaux

Rgles des Nations Unies pour l'galisation des chances des handicaps

Dclaration mondiale sur l'ducation pour tous

Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant

Dclaration universelle des droits de l'homme

Les sous-sections suivantes rcapitulent les principales initiatives prises par les organisations internationales en vue de promouvoir des TICS accessibles et une ducation ouverte tous. La Section8 donne plus de dtails sur les accords, initiatives et objectifs internationaux dans ce domaine.

1.4.1 Sommet mondial sur la société de l'information

Le Sommet mondial sur la socit de l'information, organis par l'Union internationale des tlcommunications (UIT) a tabli une conception commune de l'dification de la socit de l'information pour tous et a mis en place un cadre pour traduire cette conception en mesures concrtes21. Le Plan d'action du SMSI contient de nombreux engagements sur l'dification d'une socit de l'information qui facilite l'ducation, la formation et l'emploi des personnes handicapes22. Ces engagements sont, entre autres, les suivants:

C2 Infrastructure de l'information et de la communication - "Encourager la conception et la production d'quipements et de services TIC qui soient facilement accessibles, des conditions financires abordables pour tous, notamment aux personnes ges, aux handicaps, aux enfants, particulirement aux enfants marginaliss, et aux autres catgories dfavorises ou vulnrables, et promouvoir le dveloppement de technologies, d'applications et de contenus adapts leurs besoins, en s'inspirant du principe de design universel et en ayant recours des technologies d'assistance".

C3 L'Accs l'information et au savoir - "L'adaptation des infrastructures TIC, les outils et les applications qui facilitent l'accs de tous, en particulier des catgories dfavorises, auxTIC".

C4 Renforcement des capacits - "Faire en sorte que les avantages offerts par les TIC soient mis la porte de tous, y compris des catgories dfavorises, marginalises et vulnrables".

21Sommet mondial sur la socit de l'informationhttp://www.itu.int/wsis/index.html.

22Nations Unies/UIT (2003 SMSI, Plan d'action de Genve, disponible l'adresse:http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=1160|0.

1.4.2 L'Union internationale des télécommunications

L'Union internationale des tlcommunications (UIT) est la principale institution des Nations Unies charge des questions relatives aux technologies de l'information et de la communication. Elle est l'instance mondiale o pouvoirs publics et secteur priv se rencontrent pour dvelopper les rseaux et les services. L'UIT s'emploie amliorer l'infrastructure des tlcommunications des pays en dveloppement et a dfini une stratgie spcifique concernant l'accessibilit, axe sur les lments suivants:

• Rendre accessibles les normes de conception technique

• Dfendre les droits des personnes handicapes

• Assurer une formation en ce qui concerne les TIC accessibles.

Voici quelques exemples des activits de l'UIT:

• Normes sur la conversation totale (Recommandation UIT-T F.703)23- La conversation totale est un service qui regroupe la visiophonie et la transmission de texte en temps rel. Il s'agit d'un service de conversation audiovisuelle assurant la transmission en temps rel de donnes vido, texte et voix, ce qui en fait un service utile non seulement aux personnes handicapes, mais encore toute personne ayant besoin d'un support texte, de donnes techniques, d'une traduction ou encore de conversations verbales ou en langue des signes.

Guide pratique sur la cyberaccessibilit pour les personnes handicapes (initiative commune UIT/G3ict) - Ce guide pratique en ligne est conu pour aider les dcideurs mettre en oeuvre les dispositions relatives l'accessibilit des TIC dfinies dans la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes.

23http://www.itu.int/ITU-T/studygroups/com16/accessibility/conversation.html

1.4.3 Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)

L'UNESCO est la tte du mouvement mondial de l'Education pour tous, qui vise rpondre aux besoins de tous les enfants, jeunes et adultes dans le domaine de l'ducation l'horizon201524. L'UNESCO a pour objectif ultime l'ducation inclusive, qu'elle considre comme permettant d'assurer une ducation de qualit pour tous et d'atteindre les objectifs d'inclusion sociale, au sens large. Entre autres documents et accords fondamentaux, elle a labor les documents suivants ou en a facilit l'laboration:

Principes directeurs pour l'inclusion: Assurer l'accs "l'Education pour tous"25

Principes directeurs pour l'inclusion dans l'ducation, dition 200926

• Dclaration de Salamanque (1994)27.

L'UNESCO encourage la mise en place d'coles inclusives, c'est‑‑dire d'coles qui "accueillent tous les enfants, quelles que soient leurs caractristiques particulires d'ordre physique, intellectuel, social, affectif, linguistique ou autres"28. Elle considre l'ducation inclusive non comme un synonyme d'ducation pour les personnes ayant des besoins particuliers ou comme des techniques d'intgration, mais comme un "processus permanent dans un systme ducatif en constante volution - processus ax sur les personnes actuellement exclues de l'accs l'ducation et sur celles qui sont scolarises mais n'apprennent pas"29.

Dans les pays en dveloppement, de nombreux systmes ducatifs ont du mal assurer une ducation de qualit dans les coles ordinaires et favorisent la cration d'coles pour les lves ayant des besoins particuliers. De nombreux pays du monde ont mis en place un systme ducatif deux vitesses compos d'coles ordinaires et d'coles pour les lves ayant des besoins particuliers. L'UNESCO prconise, dans toute la mesure du possible, d'accueillir les enfants handicaps dans des coles intgratrices qui ont un meilleur rapport cot-efficacit et facilitent l'dification d'une socit plus inclusive. Cliquer ici pour en savoir plus sur les activits de l'UNESCO concernant l'utilisation des TIC accessibles dans l'ducation inclusive.

24http://www.unesco.org/en/efa/

25http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001402/140224e.pdf

26UNESCO Policy guidelines on Inclusive Education http://unesdoc.unesco.org/images/0017/001778/177849e.pdf

27http://unesco.de/fileadmin/medien/Dokumente/Bildung/Salamanca_Declaration.pdf

28(Article 3 du Cadre d'action de la Dclaration de Salamanque).

29UNESCO, 2008 "48me Confrence internationale sur l'ducation - Document de rfrence", peut tre consult sur:http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/Policy_Dialogue/

48th_ICE/CONFINTED_48-3_English.pdf. Pour davantage de dtails sur les diffrences entre intgration, besoins particuliers et ducation inclusive, se reporter la page 8.

1.4.4 UNICEF: Convention de 1989 relative aux droits de l'enfant

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance ou UNICEF oeuvre pour les droits, la survie, le dveloppement et la protection de l'enfance30. Son action est guide par la Convention relative aux droits de l'enfant signe en 1989. Cette Convention internationale fait spcifiquement rfrence aux droits des enfants handicaps tre protgs contre toute forme de discrimination (Article2). Aux termes de l'article23, les Etats Parties la Convention sont tenus d'assurer ces enfants une vie dans des conditions qui garantissent leur dignit, favorisent leur autonomie et facilitent leur "participation active la vie de la collectivit".

Une aide devrait tre fournie pour assurer que les enfants handicaps aient accs " l'ducation, la formation, aux soins de sant, la rducation, la prparation l'emploi et aux activits rcratives" (Article23, 3). Les Etats parties sont galement encourags cooprer sur le plan international pour assurer l'change "d'informations concernant les mthodes de rducation et les services de formation professionnelle" en vue d'amliorer leurs capacits et d'largir leur exprience dans ces domaines (Article23, 4)31.

30http://www.unicef.org/

31Convention des Nations Unies relatives aux droits de l'enfant:http://www2.ohchr.org/english/law/pdf/crc.pdf.

1.4.5 Les Objectifs du Millénaire pour le développement

Les Objectifs du Millnaire pour le dveloppement (OMD) ont fix pour objectif la scolarisation complte et l'ducation primaire pour tous les enfants l'horizon 201532. Il apparat, dans le Rapport 2010 sur les OMD, que si la scolarisation est toujours en hausse dans l'enseignement primaire, au point d'atteindre 89% dans le monde en dveloppement, elle ne progresse pas un rythme suffisant pour garantir que cet objectif sera atteint d'ici 201533. Pour atteindre cet objectif, tous les enfants d'ge scolaire auraient d tre scolariss dans l'enseignement primaire en 2009; or, dans les pays d'Afrique subsaharienne, par exemple, au moins un enfant sur quatre n'tait pas scolaris en 2008.

Toujours dans le mme rapport, on constate que mme dans des pays qui sont sur le point d'atteindre l'objectif de l'ducation primaire universelle, le pourcentage d'enfants handicaps non scolariss est extrmement lev. En Bulgarie et en Roumanie, le taux net de scolarisation pour les enfants de 7 15 ans dpassait les 90% en 2002, mais il n'tait que de 58% pour les enfants handicaps de cette tranche d'ge.

32Objectifs du Millnaire pour le dveloppement "Objectif 2: assurer l'ducation primaire pour tous". Cible: "D'ici 2015, donner tous les enfants, garons et filles, partout dans le monde, les moyens d'achever un cycle complet d'tudes primaires". http://www.un.org/millenniumgoals/education.shtml

33 Millennium Development Goals 2010 Report

1.4.6 Conclusions

Dans leur ensemble, les politiques et lgislations internationales relatives aux droits des personnes handicapes prconisent trs nettement l'ducation des enfants handicaps dans un milieu scolaire inclusif, et non pas spar. Les Etats ont donc un important travail accomplir sur le plan des droits

de l'homme et de l'ducation pour assurer l'ducation des enfants handicaps. Dans les nouvelles stratgies, une grande tendance se dgage en faveur de l'ducation inclusive34. Quel que soit le contexte, des TIC accessibles peuvent aider considrablement les enfants handicaps participer aux cours, communiquer et apprendre plus efficacement35.

34IITE page 17

35BECTA ICT Research (2003) What the research says about ICT supporting special educational needs (SEN) and inclusion. Available at http://research.becta.org.uk/upload-dir/downloads/page_documents/research/wtrs_motivation.pdf

2 Situation actuelle, défis et perspectives

"Objectifs du dveloppement pour le Millnaire – Objectif 2: Assurer l'ducation primairepour tous
Cible 1: D'ici 2015, donner tous les enfants, garons et filles, partout dans le monde, les moyens d'achever un cycle complet d'tudes primaires
36"

Les enfants handicaps ont lutter contre une exclusion flagrante de l'ducation. Sur les 75millions d'enfants non scolariss dans le monde, et en ge d'aller l'cole primaire, un-tiers sont des enfants handicaps37. Selon les estimations de l'UNESCO, 90% des enfants handicaps des pays en dveloppement ne vont pas l'cole38. Au total, selon les estimations, 186 millions d'enfants handicaps dans le monde n'ont pas achev leurs tudes primaires39. Ainsi, les enfants handicaps constituent, sur le plan de l'ducation, la minorit la plus importante et la plus dfavorise au monde40.

36http://www.un.org/millenniumgoals/
37http://www.unesco.org/en/inclusive-education/children-with-disabilities/
38http://www.unesco.org/en/inclusive-education/children-with-disabilities/
39UNESCO, “Empowering Persons with Disabilities through ICTs”, 2009, available at http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001847/184704e.pdf
40http://www.un.org/disabilities/default.asp?id=18

2.1 Statistiques sur les enfants handicapés qui reçoivent une éducation

Il existe trs peu d'tudes statistiques pouvant aider dterminer le nombre d'enfants handicaps qui reoivent une ducation. Les analyses rcentes, par exemple le Rapport mondial 2010 de suivi sur l'Education pour tous41, montrent que de modestes progrs ont t raliss dans certains pays, par rapport aux rapports prcdents42. L'UNESCO a ralis des recherches approfondies sur le sort des enfants handicaps dans les pays en dveloppement. Selon ses conclusions, l'exclusion "est nettement plus prononce parmi les personnes handicapes, dont prs de 97% ne matrisent pas les comptences de base de la lecture et de l'criture"43. Le taux d'alphabtisation est trs faible (ne dpassant pas quelquefois 1%) pour les femmes handicapes44. Dans son document de travail "Enfants non scolariss", l'UNESCO explique que la plupart des enfants handicaps dans les pays en dveloppement ne vont pas l'cole et que le systme ducatif n'intgre pas ceux qui souffrent d'un handicap physique, sensoriel ou intellectuel45.

41http://www.unesco.org/en/efareport

42Selon un rapport publi en 2004 pour la Banque mondiale, "les estimations du pourcentage d'enfants et de jeunes handicaps scolariss dans les pays en dveloppement vont de moins de1% (cadre d'action de la Dclaration de Salamanque) 5% (Habibi 1999)". Peters, S, 2004. "Inclusive Education: An EFA Strategy for all Children". Disponible sur:http://siteresources.worldbank.org/EDUCATION/Resources/278200-1099079877269/547664-1099079993288/InclusiveEdu_efa_strategy_for_children.pdf. Selon une estimation de la Chine, "On compte 8 millions d'enfants handicaps, tandis que les coles spciales subviennent aux besoins de quelque 130 000 d'entre eux". K Watkins (2000),The OXFAM Education Report. OXFAM. OXFORD, cit dans le rapport de l'UNESCOEnfants non scolariss.

43UNESCO 2008 "48me Confrence internationale de l'UNESCO sur l'ducation", page 30, disponible sur:http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/Policy_Dialogue/48th_

ICE/ICE_FINAL_REPORT_eng.pdf.

44http://www.un.org/disabilities/default.asp?navid=37&pid=1514

45UNESCO “Children out of School”, available at http://www.unesco.org/education/efa/global_co/policy_group/children_out_of_school.pdf

2.2 Corrélation entre niveaux d'alphabétisation et pauvreté

Par suite du faible taux de scolarisation des enfants handicaps, le taux d'alphabtisation des adultes handicaps atteint peine 3% et, dans certains pays, ne dpasse pas 1% pour les femmes handicapes46. Pauvret et handicap sont troitement lis. Selon les estimations de la Banque mondiale, 20% des personnes les plus pauvres sont handicapes. Toujours selon des estimations, 30% des enfants des rues dans le monde souffrent d'un handicap. La qualit de vie des personnes handicapes dans les pays en dveloppement est sensiblement infrieure celle de leurs pairs. Dans la plupart des pays, on tend considrer les personnes handicapes comme le groupe social le plus dfavoris. Les femmes handicapes font l'exprience de l'exclusion, en raison la fois de leur sexe et de leur handicap.

Ce sont leurs familles exclusivement qui prennent soin de la trs grande majorit des personneshandicapes. Dans les pays en dveloppement, ces personnes ne sont pas censes travailler et beaucoup d'entre elles ne peuvent survivre que par la mendicit. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), quelque 470millions de personnes handicapes dans le monde sont en ge de travailler47. Pourtant, le taux de chmage parmi les handicaps atteint quelquefois 80% dans certains pays. Sur les 70 millions de personnes handicapes en Inde, par exemple, seules100000 ont russi obtenir un emploi dans l'industrie48.

46UNESCO, 2003 "Vaincre l'exclusion par des approches intgratrices dans l'ducation" – document de rflexion, page 30, disponible sur:http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001347/134785e.pdf. Selon l'UNESCO, il n'est "pas rare" qu'en Ouganda, des enfants handicaps ou souponns d'tre porteurs du VIH/SIDA soient chasss de l'cole. Voir le rapport de l'UNESCO "Les enfants non scolariss", disponible sur:http://www.unesco.org/education/efa/global_co/policy_group/children_out_of_school.pdf.

47http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_emp/---ifp_skills/documents/publication/wcms_117143.pdf

48Of the some 70 million persons with disabilities in India, for example, only about 100,000 have succeeded in obtaining employment in industry.http://www.un.org/disabilities/default.asp?id=18

2.3 Les motifs de l'exclusion

Les raisons expliquant que les enfants handicaps ne vont pas l'cole dans les pays en dveloppement sont complexes. On se rend compte, de plus en plus, que le "modle mdical" du handicap sert souvent stigmatiser les personnes handicapes, sans pour autant remdier l'exclusion sociale, environnementale et culturelle. En revanche, selon le "modle social" du handicap, les principaux obstacles auxquels se heurtent les enfants handicaps peuvent tre rsums comme suit:

• Obstacles comportementaux – Conceptions sociales ou institutionnelles selon lesquelles les personnes handicapes ne peuvent pas ou ne doivent pas tre duques49.

• Obstacles physiques – La plupart des coles ne sont pas conues pour tenir compte des besoins des enfants handicaps. Des entres, toilettes, couloirs et embrasures de porte inaccessibles rendent l'accs physique aux btiments scolaires difficiles, voire impossible pour les personnes souffrant d'un handicap physique ou sensoriel. En 2005, seulement 18% des coles en Inde taient accessibles aux enfants handicaps, avec des amnagements tels que des rampes d'accs, des salles de classe et des toilettes spcialement conues et des moyens de transport adapts50.

• Obstacles pdagogiques – Les enseignants ne sont pas ou gure forms rpondre aux besoins ducatifs et de communication des enfants handicaps.

• Obstacles d'infrastructure – Absence de moyens de transport (ou moyens de transport inaccessibles) qui permettraient aux enfants handicaps de se rendre l'cole. Selon une enqute mene au Bangladesh, l'absence de systme de transport spcialis entre le domicile et l'cole dans les zones rurales, et de subventions pour le transport en rickshaw, est perue comme une contrainte majeure par les parents d'enfants handicaps51.

• Obstacles politiques – Alors que la plupart des pays ont mis en place un cadre politique favorable aux systmes ducatifs nationaux inclusifs, beaucoup n'ont pas labor de stratgies pour lever les obstacles qui empchent les enfants d'tre scolariss. En fait, l'accueil trs inadapt qui est habituellement rserv aux enfants handicaps dans les coles ordinaires pousse la plupart du temps les parents et les associations de handicaps exiger pour eux des tablissements qui leur soient rservs52.

49Il est signal dans le rapport de l'OMS sur "Les enfants non scolariss" que les enfants handicaps en Ouganda sont souvent chasss de l'cole. Mme si aucune raison n'est donne, un autre rapport sur l'attitude envers les personnes handicapes au Nigria relve que la plupart des groupes ethniques sont convaincus que le handicap est le rsultat d'une maldiction divine ou d'un acte de sorcellerie. Rapport mondial de suivi sur l'EPT, dition 2010.http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001866/186606E.pdf.

50Rapport mondial de suivi sur l'EPT, dition 2010http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001866/186606E.pdf

51(Ackerman et al., 2005). Cit dans le rapport mondial de suivi sur l'EPT, dition 2010.

52(Lang and Murangira, 2009). Cited in EFA Global Monitoring Report 2010

2.4 Le prix de l'inclusion dans l'éducation

Il existe peu de donnes sur les cots exacts de l'ducation des enfants handicaps, mme si certains chiffres montrent qu'ils peuvent tre de deux quatre fois plus levs que pour les autres enfants53. L'UNESCO met en avant l'exprience de l'Europe, o le cot lev de l'ducation des enfants ayant des besoins spciaux est associ des modles de financement selon lesquels les enfants sont duqus sparment, par exemple dans des coles spciales. Les cots sont gnralement moins levs lorsque le financement "suit" l'enfant dans un cadre ducatif inclusif. Les recherches montrent galement que les lves handicaps obtiennent de meilleurs rsultats scolaires dans un environnement inclusif54.

Il apparat aussi que si le systme ducatif est inclusif et d'excellente qualit, le nombre d'lves devant rpter les cours ou redoubler est moindre. L'UNESCO signale le cas de l'Amrique latine o le redoublement est mettre en rapport avec le cot des tudes, savoir 5,6 milliards USD pour l'enseignement primaire et 5,5 milliards USD pour l'enseignement secondaire55. Les investissements ncessaires pour la prise en charge de ces cots pourraient inclure la mise disposition de TIC pour les lves handicaps.

De nombreux pays se sont rendu compte que, conformment aux dispositions de la Convention relative aux droits des personnes handicapes en matire de conception universelle, rpondre aux besoins des lves handicaps dans la conception des btiments et des services rduit sensiblement les cots. Dans son rapport national prsent la Confrence internationale de l'ducation (CIE), le Ministre afghan de l'ducation a signal que "les cots additionnels de la construction d'coles pour tous conformes aux principes de conception universelle sont minimaux"56.

L'UNESCO recommande que toute modlisation des cots de l'inclusion dans l'ducation tienne compte des cots sociaux conomiques levs qui seront la charge d'un pays si ses enfants ne sont pas duqus57. Selon les estimations de l'UNESCO, l'exclusion des personnes handicapes peut entraner une perte de produit intrieur brut (PIB) qui va de 10 35,8 pour cent58. Globalement, les cots sociaux et conomiques long terme de l'absence d'inclusion dans l'ducation - et donc de la non-participation la vie sociale conomique et culturelle d'un pays - sont "incontestablement levs". La conclusion de l'UNESCO est que ne pas investir dans l'ducation inclusive est "profondment irrationnel" sur le plan conomique.

53http://www.inclusion.com/resoecd.html

54UNESCO.Dix questions sur l'inclusion dans l'ducation:http://www.unesco.org/en/inclusive-education/10-questions-on-inclusive-quality-education/.

55UNESCO. Guidelines for Inclusive Education, page 12

56Rapport national de la Rpublique islamique d'Afghanistan prsent la 48me session de la Confrence internationale de l'ducation, Genve, Suisse, novembre 2008http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/ICE_2008/afghanistan_NR08.pdf.

57UNESCO 2003 "Vaincre l'exclusion par des approches intgratrices dans l'ducation: document de rflexion" pages 13-14.

58http://unesdoc.unesco.org/images/0017/001778/177849e.pdf

2.5 Nombre de personnes handicapées dans le monde

Dans son rapport publi en 2007 "Measuring Disability Prevalence" (Mesure de la prvalence du handicap), la Banque mondiale estimait le nombre de personnes handicapes 10‑12% de la population mondiale59. Bas sur l'dition 2008 des "Perspectives dmographiques mondiales" publie par les Nations Unies60, qui donne pour la population mondiale un chiffre lgrement suprieur 6,9 milliards d'habitants en 2010, le Tableau 2.2 estime peine infrieur 830 millions de personnes (691-829 millions de personnes) le nombre de personnes handicapes dans le monde la fin de 2010. On s'attend que ce nombre dpasse le milliard (915millions – 1,1milliard) la moiti du XXIe sicle. Les statistiques montrent qu'environ une personne handicape sur cinq nat handicape, tandis que la plupart des gens acquirent un handicap aprs l'ge de 16ans, le plus souvent au cours de leur vie professionnelle61. Environ 20% de ces personnes sont des enfants handicaps.

Tableau 2.1 – Nombre de personnes handicapes dans le monde

Anne

2010

2020

2030

2040

2050

Population mondiale (en millions) Variance moyenne

6 909

7 675

8 309

8 801

9 150

Estimation de la population mondiale de personnes handicapes (estimes 10-12%, en millions)

691-829

768-921

831-997

880-1 056

915-1 098

Estimation de la population mondiale d'enfants handicaps (estims 2-3%, en millions)

140-165

154-184

166-199

176-211

183-220

Sources: Perspectives dmographiques mondiales 2008, cites dans le Kit pratique UIT-G3ict sur la cyberaccessibilit.

Sources: Perspectives dmographiques mondiales 2008, cites dans le Kit pratique UIT-G3ict sur la cyberaccessibilit.

59Banque mondiale – Measuring Disability Prevalence, disponible sur:http://siteresources.worldbank.org/DISABILITY/Resources/data/MontPrevalence.pdf. Les chiffres du handicap donns dans le prsent module sont fonds sur l'estimation de l'Organisation mondiale de la sant, selon laquelle 10% de la population mondiale souffre d'un handicap.

60Nations Unies – Perspectives dmographiques mondiales 2008, disponible surhttp://esa.un.org/unpp.

61Forum on Disability briefing for CSR practitioners Disabled employees: labour standards, an Employer, available atwww.csreurope.org/csrinfo/csrdisability/Disabledemployees.

2.6 Incidences du vieillissement de la population mondiale

Pour de nombreux analystes, les chiffres rels des personnes handicapes dans le monde sont sans doute plus levs que ces estimations. La Figure 2.2 indique le pourcentage de personnes ges de50 ans et plus par rgion. Un autre facteur qui pourrait influer sur le nombre de personnes handicapes est l'augmentation du pourcentage de personnes ges dans la population mondiale et la prvalence associe de handicaps lis l'ge.

Source: Perspectives dmographiques mondiales 2008

Figure 2.2 – Pourcentage de la population ge de 50 ans et plus par rgion

Lgende:

Afrique, Asie, Europe, Amrique latine et Carabes, Amrique du Nord, Ocanie

Avec l'ge, apparaissent gnralement de nouveaux problmes et de nouveaux handicaps, sensoriels (vue et audition), intellectuels (rflexion et communication) ou moteurs (locomotion, prhension et dextrit). De mme, les personnes qui souffrent de difficults mineures et de lgers handicaps peuvent voir leur gravit augmenter. Dans toute population vieillissante, le nombre total de personnes souffrant d'un handicap augmente62.

L'accroissement rgulier du nombre de personnes ges de plus de 65 ans entrane une rduction du "taux de dpendance des personnes ges"63. Ce taux est le ratio de personnes ges de 15 64ans dans la population par personne ge de 65 ans ou plus. Il s'tablissait dans le monde en 1950 12:1, en 2000 9:1 et devrait tre, d'ici 2050, de 4:1. La Figure 2.3 indique ces taux de dpendance pour les diffrentes catgories de pays.

Figure 2.3 – Taux de dpendance des personnes ges

Source: Perspectives dmographiques mondiales 2008

Lgende:

Taux de dpendance
Ratio de membres de la population gs de 65 ans ou plus par rapport ceux qui sont gs d'entre 15 et 64 ans
Pays les moins avancs
Rgions moins avances, l'exclusion de celles qui sont classes parmi les moins avances
Rgions les plus avances

Les donnes prsentes dans les "Perspectives dmographiques mondiales 2008" des Nations Unies montrent que les rgions moins avances ( l'exclusion des pays les moins avancs) devraient, selon les prvisions, avoir la plus forte croissance de taux de dpendance des personnes ges ces40prochaines annes. Ces rgions devraient connatre une croissance de 200% du nombre de personnes ges de plus de 65 ans par rapport au nombre de personnes en ge de travailler (entre15 et 64ans) entre 2000 et 2005, par comparaison l'augmentation, lgrement suprieure 100%, prvue pour les rgions plus dveloppes et l'augmentation, lgrement infrieure 100%, dans les pays les moins avancs.

En conclusion, de nombreuses rgions en dveloppement connatront une forte croissance du nombre de personnes actives pour prendre en charge celles qui ne peuvent plus travailler en raison de leur grand ge. Avec l'accroissement du taux de dpendance, il devient ncessaire de renforcer la productivit de la main-d'oeuvre. Donner aux personnes handicapes les moyens d'avoir un accs l'ducation - et, terme, d'obtenir un emploi grce l'utilisation de TIC accessibles - aidera contrebalancer cette dpendance croissante. Le "Kit pratique des politiques en matire de cyberaccessibilit pour les personnes handicapes", labor par l'UIT et l'Alliance G3ict, donne aux dcideurs des orientations leur permettant de calculer les avantages qu'offre l'conomie nationale l'existence d'une main-d'oeuvre plus productive grce l'utilisation de TIC accessibles64.

62Anne-Rivers Forcke, IBM, in ITU/G3ict “e-Accessibility Policy Toolkit for Persons with Disabilities”

63United Nation’s Programme on Ageing

64UIT/G3ict "Kit pratique des politiques en matire de cyberaccessibilit pour les personnes handicapes", renforcement de la productivit, disponible sur: http://www.e‑accessibilitytoolkit.org/toolkit/who_benefits/global_demographics.

3 Les technologies d'assistance par type de handicap: comprendre les besoins des utilisateurs

Des TIC accessibles tous devraient permettre aux personnes handicapes de recevoir une ducation et d'tre productives dans leur vie professionnelle. Appliques aux systmes ducatifs, lesTIC accessibles peuvent favoriser l'galit des chances dans l'enseignement en facilitant la communication avec les enseignants et avec les autres lves, en donnant accs des matriels didactiques et en permettant de crer un site pour le travail et les examens scolaires. Il existe actuellement sur le march toute une gamme de TIC accessibles qui permettent de remdier aux handicaps fonctionnels et facilitent la communication, les activits cognitives et l'accs l'informatique. Les lves handicaps ont galement besoin de textes didactiques et des ressources en ligne dans des formats accessibles.

On trouve parmi les technologies d'assistance des quipements autonomes qui facilitent la mobilit (par exemple les chaises roulantes) et la communication (par exemple les prothses auditives). On trouve aussi des matriels et logiciels qui permettent l'accs l'ordinateur (par exemple un clavier adaptatif ou un lecteur d'cran). Dans la prsente section, nous traitons essentiellement des technologies d'assistance directement lies la capacit d'une personne avoir accs un ordinateur et jouer un rle efficace dans un environnement d'apprentissage inclusif. Nous traitons galement d'autres proccupations telles que l'accessibilit des btiments ou des postes de travail informatiques.

Le catalogue des technologies d'assistance pour les TIC tabli aux fins du prsent module est un surensemble de la norme ISO/CEI FDIS 24751 (Adaptabilit et accessibilit individualises en e‑apprentissage, en ducation et en formation). Cette norme a t cre pour faire concider les besoins et prfrences de chaque utilisateur et les ressources ducatives numriques adaptes.

L'identification de la meilleure technologie d'assistance ncessite souvent une valuation approfondie des besoins pour que l'on puisse comprendre comment une difficult ou un handicap affecte l'utilisation de l'informatique et/ou l'accs une ressource ducative. La Section 4 traite de la ncessit de crer des centres d'expertise en technologies d'assistance.

Un large ventail de capacits

Pour entreprendre d'apprhender la varit et la complexit des limites fonctionnelles auxquelles se heurtent les personnes handicapes, il faut tout d'abord prendre en considration le caractre volutif des capacits humaines. Il n'existe pas deux personnes, handicapes ou non, qui ont exactement les mmes capacits. En outre, la capacit effectuer une tche peut changer en fonction de plusieurs facteurs tels que la fatigue physique et mentale, l'environnement et le contexte d'utilisation. Si on prend par exemple le cas d'une personne ayant une vue normale qui s'efforce de lire sur un cran d'ordinateur refltant une trs forte luminosit, la lecture peut lui tre difficile, voire impossible. On peut galement subir une diminution de ses capacits cognitives lorsqu'on travaille en tant fatigu ou dans un environnement bruyant ou qui dconcentre. Il est donc important d'envisager les capacits personnelles d'utilisation des TIC comme un large ventail de possibilits, dont chacune varie en fonction de divers facteurs65. On peut donc affirmer ce qui suit:

• Un handicap peut soit survenir au cours de la vie, soit tre prsent ds la naissance.

• Les catgories de handicap incluent, sans que cette liste soit exhaustive, les handicaps physiques, sensoriels, cognitifs et de dveloppement.

• Un handicap peut tre permanent ou temporaire.

• Le rsultat peut tre le rsultat de plusieurs facteurs, par exemple:

– limitations fonctionnelles rsultant d'un tat physique, psychiatrique ou psychologique;

– limitations dans la conception d'un environnement, produit ou moyen TIC;

– obstacles associs aux comportements des gens et de la socit.

• A mesure que l'on avance en ge, la prvalence des handicaps lis l'ge augmente.

Besoins ducatifs des enfants handicaps

Les besoins ducatifs spciaux des enfants souffrant d'un handicap fonctionnel, sont souvent appels besoins ducatifs spciaux, sont aussi divers que varis. L'UNESCO regroupe en trois grandes catgories les rles que les TIC peuvent jouer cet gard:

Rle de compensation - Assistance technologique qui permet la participation active aux activits ducatives traditionnelles, telles que la lecture ou l'criture.

Rle didactique - Processus gnral consistant utiliser les TIC pour faire voluer les mthodes ducatives. De nombreuses TIC peuvent tre utilises comme outils didactiques au service d'un environnement d'apprentissage plus inclusif.

Rle de communication - Technologies pouvant faciliter la communication - souvent appel moyens et stratgies pour une communication alternative et amliore66.

Dans les paragraphes suivants, nous traitons des principales catgories de handicaps physiques, sensoriels et cognitifs, ainsi que des bonnes pratiques visant assurer, par l'intermdiaire des TIC, un apprentissage dans un environnement scolaire inclusif.

65http://www.who.int/classifications/icf/en/. Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la sant (CIF). Cette classification dcrit la faon dont les personnes vivent avec leur tat de sant. Ce document classe la sant et les domaines yrelatifs qui dcrivent les fonctions et les structures corporelles, les activits et la participation du corps. Dans la mesure o le fonctionnement et le handicap sont propres un contexte donn, la CIF inclut galement une liste de facteurs environnementaux.

66UNESCO IITE ICTs in Eudcation for People with Special Needs. http://www.iite.ru/pics/publications/files/3214644.pdf

3.1 Personnes souffrant de handicaps physique et de troubles moteurs

Les handicaps physiques et les troubles moteurs peuvent tre le rsultat de traumatismes physiques, par exemple lsions de la moelle pinire, ou de la perte de contrle des membres par suite d'une maladie ou d'un tat conditions congnital, par exemple infirmit motrice crbrale, arthrite ou maladie de Parkinson. Pour permettre l'accs des personnes handicapes physiques et handicapes motrices l'informatique dans un environnement d'apprentissage, plusieurs aspects doivent tre pris en compte, en particulier celui des types de technologies d'assistance, ainsi que de l'accessibilit des postes de travail et des btiments.

Certains utilisateurs peuvent utiliser un clavier ou une souris ordinaire, mais lorsqu'ils sont pris de tremblements ou lorsque leur motricit fine est faible, il faut rgler certains paramtres par dfaut de l'ordinateur pour leur viter de commettre des fautes perptuelles. Pour d'autres, il peut tre ncessaire d'utiliser des priphriques de remplacement, comme une boule roulante ou un commutateur. Des utilisateurs qui ne peuvent accder clavier en utilisant leurs mains ou leurs bras, mais ont un bon contrle au niveau de la tte, du cou et du haut du torse, peuvent se servir du clavier en utilisant une baguette tenue dans la bouche ou un pointeur contrl par les mouvements de la tte ou du menton.

3.1.1 Technologies d'assistance pour les personnes souffrant d'un handicap physique et de troubles moteurs

Solutions de rechange la souris
Les souris boule, manettes et diverses formes de tablettes sont plus faciles contrler que la souris. On peut aussi contrler le pointeur de la souris par des mouvements de tte qui sont dtects par une technologie infrarouges ou ultrasons. Dans de nombreux cas, les boutons peuvent tre programms pour effectuer les fonctions de double clic ou pour garder enfonc le bouton de la souris afin de faire glisser le curseur. Les boutons de souris peuvent tre remplacs par des commutateurs (dispositifs de contrle par la respiration, commutateurs pdale, etc.) ou par des logiciels qui cliquent ou double cliquent et font glisser le curseur en s'attardant sur une cible pendant un temps pralablement dtermin, puis en faisant bouger le curseur de la souris dans une direction donne.
Le pointeur de la souris peut tre contrl l'aide des touches du clavier numrique ou des touches d'un clavier sur cran. Il existe des mulateurs de souris pour les utilisateurs de commutateurs uniques et de systmes reconnaissance vocale. Ces mulateurs emploient diverses stratgies pour se focaliser rapidement sur la cible.
Figure 3.1 – Main d'une personne arthritique s'efforantd'utiliser une souris ordinaire
Claviers modifis et solutions de remplacement
Des logiciels libres ou des systmes d'exploitation permettent de modifier les temps de rponse au clavier, par exemple en ralentissant le temps de raction, en supprimant ou ralentissant la vitesse de rptition, ou encore en maintenant actives les touches utilises lorsqu'on presse plusieurs touches slectionnes conscutivement. Il existe galement des claviers ordinaires avec mmoire intgre pour les macros de texte ou de commande. Les autres solutions courantes sont les claviers plus petits et plus ergonomiques avec disposition des touches plus efficace (par exemple DVORAK ou QWERTY) et qui comportent des souris boule intgres ou d'autres priphriques remplaant la souris ordinaire.
Des claviers spcialiss ont t mis au point pour tenir compte des divers besoins individuels. Ainsi, les mini‑claviers conviennent ceux dont la porte de mouvement ou la force est limite. Les claviers de ce type peuvent intgrer, ds leur conception, le mode mulation de souris. Les claviers agrandis sont, eux, adapts aux personnes dont le contrle moteur est insuffisant mais qui peuvent effectuer des mouvements d'une certaine ampleur. Les claviers programmables permettent de personnaliser la disposition des touches (taille et contenu des touches) avec des dessins dcrivant leur contenu. Des touches peuvent galement tre programmes avec des fonctions en mode mulation de souris.
De nombreux logiciels de clavier sur cran permettent l'utilisateur de slectionner sa frappe (par exemple lettres, mots, commandes, phrases) en utilisant la souris ou le mode mulation de souris.
Boutons poussoirs
Des boutons poussoirs peuvent tre utiliss par les personnes qui ne peuvent pas se servir d'un clavier ou d'une souris, mais qui ont une bonne commande d'autres fonctions musculaires. Elles peuvent se servir de ces boutons pour simuler des fonctions clavier et souris. Par exemple, les signaux simples, doubles ou triples du code Morse peuvent tre convertis par une interface logicielle et/ou matrielle en mouvements de la souris et du clavier sur l'ordinateur.
Figure 3.2 – Bouton poussoir install sur une chaise roulante67
Reconnaissance vocale
Certains systmes d'exploitation permettent la reconnaissance vocale de commandes ou de texte. Il existe galement des logiciels de reconnaissance vocale en continu qui permettent de saisir du texte, de commander la souris et les applications logicielles, ycompris des niveaux facultatifs de vocabulaire et de macros pour diffrentes professions ou groupes spciaux. Bien que les modles vocaux dans ces systmes permettent la reconnaissance des mots sans formation particulire, chaque utilisateur a son propre fichier de modle vocal, qui doit tre adapt pour une reconnaissance optimale. Pour le bon fonctionnement du modle vocal, il faut faire attention aux erreurs commises par l'utilisateur et par le systme et les corriger. La plupart des systmes de dicte vocale disposent de dictionnaires trs importants, mais l'utilisateur doit y ajouter les noms propres et le vocabulaire spcialis. Plusieurs systmes de dicte dpendent des commandes souris pour naviguer parmi les fonctions bureautiques et de dicte.
Communications amliores et alternatives
De nombreuses personnes souffrant d'un svre handicap physique souffrent galement de troubles de la parole. Les communications amliores et alternatives (AAC) sont un moyen de communiquer, aussi bien pour elles que pour celles qui ont du mal comprendre le langage verbal ou crit68. Les stratgies AAC sont trs varies: utilisation de symboles ou de gestes ou emploi de moyens AAC tels que (a) les systmes de conversion de texte en paroles (Figure3.3) et (b) les aides la communication avec sortie vocale (Figure3.4). Mme si les stratgies et dispositifs AAC ne font pas partie intgrante des stratgies favorisant l'accs l'informatique, ils sont essentiels pour faciliter la communication avec les enseignants, formateurs, autres tudiants et collgues de travail, dans un environnement ducatif ou professionnel inclusif.
Figure 3.3 – Appareil avec clavier pourla conversion du texte en paroles69
Figure 3.4 – Aide la communication avec sortie vocale
La vido ci‑aprs montre Ellen, utilisatrice de technologies d'assistance, se servant de commutateurs et d'un systme AAC pour communiquer, accder un ordinateur et interagir avec son environnement, la maison comme en classe.

67Source: http://en.wikipedia.org/wiki/File:Access_device.JPG Debbie L OU

68http://en.wikipedia.org/wiki/Augmentative_and_alternative_communication
International Society for Augmentative and Alternative Communications (ISAAC) http://www.isaac-online.org/en/publications/index.html

69http://en.wikipedia.org/wiki/File:Dynawrite.jpg

3.1.2 Accessibilité des bâtiments et des postes de travail

Il faut, non seulement tre en mesure de disposer des technologies d'assistance appropries, mais aussi que la conception des btiments ne prsente pas d'obstacle. Pour veiller ce qu'une cole, un centre de formation ou un centre communautaire soit accessible aux personnes handicapes, les entrepreneurs devraient suivre les lignes directrices concernant l'accessibilit des btiments et les rglementations nationales ou rgionales en matire de conception. La liste suivante numre certains des lments prendre en compte:

• Environnement extrieur – par exemple, places de parking, portes d'entre.

• Circulation horizontale – par exemple, conception et largeur des portes l'intrieur, corridors, signalisation et orientation.

• Circulation verticale – par exemple, escaliers, ascenseurs et rampes l'intrieur.

• Amnagements – par exemple, accessibilit des toilettes.

• Sorties de secours – par exemple, systmes d'alarme visuels et auditifs, stratgies d'vacuation, siges utiliss en cas d'vacuation.

• Accessibilit des entres – niveau d'entre, marches et ou rampes70.

Le parcours jusqu'au poste de travail doit tre dgag de tout obstacle tel que marches, poubelles ou meubles obstruant la progression des utilisateurs, que ceux‑ci soient pied ou en chaise roulante. Il doit en tre de mme pour le parcours conduisant n'importe quelle pice ou espace dans lequel se trouve le poste de travail informatique. L'utilisateur doit tre en mesure de faire fonctionner son ordinateur dans un espace dgag et plat, en disposant d'un espace dans un rayon d'au moins 1,5mtre directement partir du poste de travail pour pouvoir manoeuvrer sa chaise roulante (Figure3.5). Il faut en outre s'assurer que les utilisateurs puissent atteindre les diffrentes parties du matriel quelle que soit leur taille. La fourchette idale se situe entre 1200 et 900mm. La hauteur maximale acceptable pour les personnes en chaise roulante est de 1400mm (voir Figure3.6). La pice devrait tre suffisamment claire.

Les Nations Unies ont dfini un ensemble trs utile de donnes anthropomtriques rcapitulant les hauteurs et les distances ncessaires une personne debout ou assise dans une chaise roulante, ainsi que l'espace dont on a besoin en chaise roulante pour pouvoir manoeuvrer et tourner71.

Figure3.5 – Distance de circulation et de manoeuvre pour les chaises roulantes72

Lgende

1,5 m au minimum
1,8 m Distance acceptable
0,9 m Largeur acceptable

Figure 3.6 – Distances courantes73

L'accs physique l'ordinateur est aussi un lment cl. On peut l'amliorer tout simplement en changeant la position de l'utilisateur ou de l'ordinateur, en rglant, par exemple, la hauteur des chaises, des tables, des plateaux clavier ou des bras d'cran. Beaucoup de ces solutions peuvent tre assez onreuses, mais si l'on respecte les principes de la conception ergonomique des postes de travail, il devrait tre possible, dans de nombreux cas, d'adapter les postes de travail existants aux besoins de la personne74. L'adjonction de stabilisateurs ou de supports supplmentaires peut amliorer le contrle et diminuer le risque de microtraumatismes rpts.

70National Disability Authority, “Building for Everyone - Inclusion, Access and Use” http://www.nda.ie/cntmgmtnew.nsf/0/EBD4FB92816E8BB480256C830060F761?OpenDocument

71http://www.un.org/esa/socdev/enable/designm/AD5-02.htm

72Irish National IT Accessibility Guidelines, Public Access Terminals. National Disability Authority. http://universaldesign.ie/useandapply/ict/itaccessibilityguidelines/publicaccessterminals/guidelines/priority-1/1-14

73Irish National IT Accessibility Guidelines, Public Access Terminals. National Disability Authority. http://universaldesign.ie/useandapply/ict/itaccessibilityguidelines/publicaccessterminals/guidelines/priority-1/1-1

7412 ergonomic guidelines adapted from Cornell University studies help improve your computer working environment and comfort.” http://www.ergoindemand.com/ergonomic-computer-workstation-guidelines.htm
http://books.google.ie/books?id=A8TPF_O385AC&pg=PA316&lpg=PA316&dq=accessible+computer+workstati


3.2 Assistance aux personnes aveugles ou malvoyantes

D'aprs les estimations, 180millions de personnes de par le monde souffrent d'un handicap visuel. Sur ce nombre, 45millions sont aveugles et 135millions n'ont qu'une vue partielle75. Juridiquement, la ccit est dfinie dans de nombreux pays comme un tat dans lequel la meilleure acuit visuelle, une fois corrige, est de 20/200 au maximum, ou dans lequel le champ visuel de la personne est de 20degrs au maximum76. Les dficiences visuelles sont, par exemple, le daltonisme et les troubles de la vision sont, par exemple, la cataracte, le trachome, le glaucome ou encore la dgnrescence maculaire77.

75Lighthouse International, available at http://www.lighthouse.org/research/statistics-on-vision-impairment/
World Health Organization, November 2004, "Fact sheet 282: Magnitude and causes of visual impairment, available at http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs282/en/ " World Health Organization, November 2004
76The WebAim Guide to Web Accessibility (2005) Available from the WebAIM project at http://www.webaim.org/products/training/
77For a further list of vision disorders see http://www.lighthouse.org/about-low-vision-blindness/vision-disorders/

3.2.1 Technologies d'assistance pour les personnes aveugles ou souffrant d'une déficience visuelle

Ces personnes peuvent utiliser diverses technologies d'assistance pour avoir accs l'ordinateur et des contenus en ligne.

Amlioration de l'affichage sur l'cran de l'ordinateur – L'affichage sur cran peut tre amlior l'aide de commandes systme intgres ou de logiciels libres. Ces amliorations permettent d'obtenir un meilleur contraste et d'agrandir les icnes, les caractres et les curseurs.

Agrandisseur d'cran – Les agrandisseurs d'cran sont souvent prvus dans le systme d'exploitation de l'ordinateur. Il existe en outre un grand nombre de programmes d'agrandissement d'cran.

Solutions de remplacement l'affichage visuel – Il s'agit par exemple de lecteurs d'cran qui lisent oralement le texte affich sur l'cran et d'afficheurs braille dynamiques qui traduisent le texte en braille. On trouve par exemple les lecteurs d'cran JAWS, NVDA, Windows Eyes, Homepage Reader et ORCA.

Reconnaissance optique de caractres (ROC) – Des scanneurs de documents, associs des logiciels ROC, convertissent des textes imprims en textes lectroniques qui peuvent tre agrandis ou lus haute voix l'aide des technologies d'assistance indiques ci‑dessus.

Preneurs de notes ou assistants numriques personnels (PDA) accessibles – Il s'agit de matriels et de logiciels portables spcialiss qui intgrent en rgle gnrale un afficheur braille dynamique et des fonctions de lecture d'cran. Citons, par exemple, Braille 'n Speak, Type 'n Speak, Braille Lite Millennium (ou 2000), Type Lite, BrailleNote (et VoiceNote), PAC Mate and BrailleSense78. Le prix de tous ces appareils avoisine 6000USD, voire plus.

Machines braille – On appelle en rgle gnrale machine braille un appareil mcanique rudimentaire, analogue une machine crire, qui permet de saisir directement des caractres braille en relief sur papier.

Figure3.7 – Exemple de preneur de notes avec cran braille 18cellules, 9touches de saisie enbraille, haut-parleur et prise audio pour la sortie audio79

La vido ci‑aprs prsente une dmonstration de l'utilisation de l'ordinateur BrailleNote.

La vido suivante prsente un aperu des fonctions du lecteur d'cran JAWS.

78Pour une comparaison entre preneurs de notes et ordinateurs portables pour les personnes aveugles, se reporter au site:http://nfb.org/legacy/bm/bm03/bm0304/bm030407.htm. Pour de plus amples informations sur les preneurs de notes et les assistants numriques personnels accessibles, consulter le site:http://www.myflorida.com/dbs/assistive‑technology/notetakers.php.
79Device shown is a BrailleNote from HumanWare

3.2.2 Supports et formats accessibles

Les lves mal voyants ou ne pouvant pas lire les documents imprims80(autrement dit ceux qui ne peuvent lire de texte crit) ont besoin d'une information accessible sous diffrentes formes et de diffrentes manires:

Braille - Systme tactile utilisant des sries de points en relief reprsentant des lettres et des chiffres. Le braille est produit l'aide d'une imprimante spciale, appele embosseuse, mais peut galement tre produit l'aide d'assistants numriques personnels accessibles (voir plus haut) ou par l'ajout un ordinateur ordinaire de priphriques braille dynamiques81.

Gros caractres - Texte imprim dans lequel les polices de caractre sont gnralement agrandies 16points ou plus, afin de pouvoir tre lues par des personnes qui ont un lger handicap visuel.

• Formats lectroniques, par exemple:

Documents traits en Word - Par exemple, documents produits par MS Word ou OpenOffice Writer.

Livres audio - Soit raconts par une voix humaine, soit convertis automatiquement en voix synthtique (livre audio numrique). Des services en ligne gratuits tlchargeables permettent de convertir les fichiers texte en fichiers audio utilisant la voix synthtique dans des formats tels que MP3.

HTML82ou PDF83accessibles.

Livre audio numrique DAISY (Digital accessible information system) (DTB) - Un tel livre peut inclure une version audio (voix humaine ou synthtique). On peut naviguer dans ces livres et il en existe une version texte synchronise. Selon sa configuration, on peut couter un livre DAISY sur ordinateur ou sur lecteur audio autonome, l'aide d'une plage braille, en le lisant sur cran ou en l'coutant avec le texte affich de manire synchronise sur l'cran.

ePub – Format ouvert normalis pour les livres lectroniques, utilis pour certains lecteurs courants de livres lectroniques.

80Print disabled: A person who cannot effectively read print because of a visual, physical, perceptual, developmental, cognitive, or learning disability. http://www.daisy.org/glossary/12#term325
81http://www.freedomscientific.com/news/pressroom/2010/Braille-Prices-Support-Braille-Literacy.asp
82http://www.w3.org/TR/WCAG20/
83http://www.adobe.com/accessibility/

3.2.3 Coûts et évolution de l'utilisation et de la fourniture du braille

L'laboration de contenus ducatifs dans l'un quelconque des formats conus pour aider les personnes aveugles ou mal voyantes ncessite d'valuer les besoins ds les premiers stades de cette laboration. Alors que le cot est un facteur essentiel dans les pays o les ressources sont limites, il n'existe pas d'tude sur les cots relatifs de la production et de la consommation des contenus dans les diffrents formats accessibles. Chaque format a ses propres incidences sur les cots. Par exemple, une imprimante braille cote entre 1800USD (pour l'impression en petites quantits) et80000USD (pour l'impression en grandes quantits)85. Mme si les livres audio et les livres DAISY peuvent tre produits sans frais l'aide de logiciels gratuits, pour avoir accs ce contenu, l'tudiant doit parfois avoir accs un ordinateur portable ou un lecteur audio spcialis tel qu'un lecteur DAISY, ce qui a un cot.

Il faut tenir compte des questions suivantes:

• Qu'en est-il de l'utilisation du braille? Aujourd'hui, selon les estimations, les coliers des pays dvelopps comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni savent moins bien utiliser le braille qu'autrefois. En effet, ils utilisent des techniques ultramodernes comme les lecteurs d'cran associs des sites web et des documents en format accessible. Leur capacit d'utilisation du braille est quelquefois infrieure celle des enfants des pays en dveloppement, comme l'Indonsie ou le Botswana, o il existe peu d'alternatives au braille86,87, 88, 89.

• Pour un tudiant malvoyant qui n'a pas appris le braille, il peut tre prfrable d'utiliser du contenu sous forme audio.

• Le niveau des fonctionnalits intgres d'accessibilit varie d'un format l'autre. Par exemple, le format DAISY a t spcifiquement conu pour tenir compte des besoins des utilisateurs incapables de lire les documents imprims. Le contenu en format HTML ou PDF conforme la norme internationale d'accessibilit web contient beaucoup plus de fonctionnalits d'accessibilit que les documents lectroniques produits l'aide de logiciels tels que MS Word ou OpenOffice Writer.

• Tandis que de nombreux formats lectroniques peuvent tre produits "gratuitement", la production de contenus en format accessible HTML ou PDF ncessite habituellement plus de temps et de comptences que celle d'autres formats de texte lectronique.

• Il faut se demander comment le contenu sera diffus et si les lves seront en mesure d'y avoir accs.

• Quel que soit le format, il faut se demander quelles sont les possibilits de centraliser la production, et donc de rduire les cots.

Indpendamment du format utilis, il est impratif d'valuer les besoins des lves en consultant les lves eux-mmes et leurs familles ou reprsentants. On trouvera dans la section 9 des informations concernant l'laboration, la production et la diffusion de contenus lectroniques accessibles dans des contextes ducatifs.

85http://www.afb.org/ProdBrowseCatResults.asp?CatID=45

86http://blindaccessjournal.com/?p=924

87http://open.salon.com/blog/the_biblio_files/2010/02/02/listening_isnt_reading_--_why_braille_is_still_necessary

88Le nombre d'enfants aveugles apprenant le braille aux Etats-Unis, qui tait de 50% en 1950, n'est plus aujourd'hui que de 10%.

89http://blindaccessjournal.com/?p=924

3.2.4 Eléments à prendre en compte lors du choix d'une imprimante braille

L'un des principaux quipements braille utilis par les coles et les universits est l'imprimante. Un logiciel de traduction convertit un fichier texte lectronique en code braille - soit de grade 1, soit de grade 2. Le braille de grade 2 contient des formes contractes des combinaisons de mots et de lettres les plus couramment utilises. L'imprimante braille utilise le code braille pour imprimer en relief les points Braille sur le papier, qui est gnralement plus lourd qu'un papier pour imprimante jet d'encre. Les imprimantes Interpoint peuvent embosser des caractres braille des deux cts du papier.

Le prix des imprimantes braille varie considrablement d'un modle l'autre. La principale diffrence entre les imprimantes est le volume de braille qu'elles peuvent produire. La production de Braille de bonne qualit ncessite une bonne formation et une bonne connaissance du braille, du logiciel de conversion et de l'utilisation de l'imprimante. Il n'est donc pas toujours raliste que toutes les coles utilisant le braille pour leurs lves fassent fonctionner une imprimante braille. Dans le choix d'une imprimante, il faut tenir compte des lments suivants:

Ncessit du braille‑Il faut dfinir le nombre exact d'lves concerns et les volumes de braille dont chacun aura vraisemblablement besoin. Ce nombre sera, de prfrence, dtermin en consultation avec les lves et leurs familles ou reprsentants.

Le volume de documents en braille produire‑Il faut fixer le volume de textes qui seront produits en braille pour la classe. N'oublions pas que la production de documents en braille suppose l'existence du document source original en version lectronique.

Dcalage‑Il faut dterminer quel moment on a besoin des documents en Braille et s'ils peuvent tre fournis temps pour que les tudiants ne prennent pas de retard par rapport au reste de la classe. Ainsi, dans une cole au Kenya, il faut entre quatre et six mois pour recevoir les versions braille mises jour des manuels90.

Connaissances spcialises‑Il est prfrable que le braille soit produit par un transcripteur form qui connat bien le logiciel de transcription et les diffrents grades de Braille et qui peut corriger les preuves du Braille emboss.

Production locale ou centralise‑Il faut envisager de centraliser la production du braille. On peut mettre une imprimante braille sous‑utilise la disposition d'une autre cole ou institution.

Localisation‑Les imprimantes braille sont de taille diffrente, mais elles sont toutes bruyantes en raison de l'embossage braille par voie mcanique. Il faut donc bien rflchir au futur emplacement de l'imprimante.

Cots‑Il peut tre plus rentable de faire fonctionner une grande imprimante braille dans un lieu central qui dessert plusieurs coles que de faire fonctionner plusieurs petites imprimantes. Il faut galement penser au cot d'autres solutions technologiquement plus volues comme les lecteurs d'cran.

Se reporter l'tude de cas sur le Kenya, pays dans lequel des ordinateurs portables et des technologies d'assistance pour lves aveugles ont t fournis par une organisation humanitaire internationale et par un vendeur d'quipements, prix rduit. Le prix de ces ordinateurs portables et de ces quipements s'est lev 250USD, contre 400USD pour une imprimante braille.

90 http://www.yourdolphin.com/productdetail.asp?id=8&act=show&csid=50&z=5

3.3 Personnes sourdes ou malentendantes

L'Organisation mondiale de la sant (OMS) dfinit la surdit comme la perte complte de la capacit auditive de l'une ou des deux oreilles. On parle de dficience auditive profonde lorsque la perte tonale moyenne est suprieure 81dB, des frquences de 0,5, 1, 2 et 4kHz. L'OMS dfinit la dficience auditive comme la perte complte ou partielle de la capacit auditive de l'une ou des deux oreilles. On parle de dficience auditive modre lorsque la perte tonale est suprieure 26dB, en moyenne des frquences de 0,5, 1, 2 et 4 kHz91. Selon les estimations, quelque 250millions de personnes dans le monde ont une dficience auditive qui les handicape92.

Les obstacles rencontrs par les enfants souffrant d'une dficience auditive dans des coles inclusives sont lis en premier lieu la communication.

Technologies d'assistance pour l'audition

La technologie d'assistance la plus couramment utilise par les personnes sourdes ou malentendantes est l'appareil auditif. Ces appareils amplifient les sons provenant de l'environnement, mais peuvent aussi tre utiliss pour amplifier les signaux produits par un systme boucle d'induction93. Ce systme capte les sons depuis un microphone et transmet un signal dans la zone couverte par la boucle, directement destination d'un appareil auditif compatible.

Autres formats

Les problmes rencontrs par les personnes sourdes qui utilisent l'ordinateur pour avoir accs du contenu lectronique concernent principalement les signaux audio. Le sous‑titrage est la transmission de la parole et d'autres informations audio en langue crite. Les sous‑titres peuvent tre cods, c'est--dire activs ou dsactivs par le navigateur ou lecteur mdia de l'utilisateur. Ils peuvent aussi tre visibles, c'est‑‑dire prsents simultanment au contenu visuel. Cette forme de sous‑titrage est plus complexe que le sous-titrage dans une langue autre que l'original. Les sous‑titres peuvent transmettre des mta‑informations sur la personne qui parle ou sur le ton employ et peuvent aussi dcrire d'autres sons audibles sur la piste sonore du contenu.

Les auteurs sur le World Wide Web prennent conscience de la ncessit de concevoir des sous‑titres et des formats de fichier en consquence. Il existe des offres groupes qui permettent d'ajouter des sous‑titrages superposables de la vido sur ordinateur94. Le site web de partage de vido en ligne You tube a mis en place un service de sous‑titrage automatique95.

La transcription ou le sous‑titrage de texte pour les matriels didactiques ou de formation permet aux lves alphabtiss souffrant d'un handicap auditif d'avoir accs ces matriels. Le sous‑titrage de texte facilite aussi la comprhension de ceux dont la langue maternelle n'est pas celle des documents utiliss en cours.

De nombreuses personnes sourdes96utilisent la langue des signes, que certains considrent comme leur premire langue. La langue des signes peut galement tre utilise dans les documents audiovisuels, un interprte en langue des signes apparaissant alors en bas droite de l'cran pour interprter ce qui se dit sur la piste sonore.

La vido suivante montre que l'emploi du sous‑titrage et des descriptions audio est essentiel pour les lves sourds ou aveugles utilisateurs de matriel didactique.

91World Health Organisation http://www.who.int/pbd/deafness/facts/en/

92http://www.who.int/pbd/deafness/facts/en/

93Une boucle induction est un fil mtallique encerclant une zone donne et reli une source d'alimentation lectrique, un amplificateur et un microphone. Le microphone capte le signal de la source sonore (qu'il s'agisse d'une tlvision, d'un employ au guichet de la banque ou d'un acteur de thtre) et envoie le son l'amplificateur qui, son tour, l'envoie sous forme de courant travers la boucle. Un utilisateur d'appareil auditif ayant la position 'T' capte le signal en mettant son appareil auditif sur cette position 'T'.http://www.deafhear.ie/documents/pdf/04SG1207.pdf.

94WebAim article on “Software for creating captions” http://www.webaim.org/techniques/captions/software.php

95Note: this service is still in beta (test) and has a low rate of accuracy http://www.google.com/support/youtube/bin/answer.py?answer=100077

96Include note on deaf culture and Deaf with a capital “D”

3.4 Handicaps cognitifs

Les auteurs du projet "Disabled World" proposent de classer les handicaps cognitifs en deux grandes catgories: handicap fonctionnel ou handicap clinique97. Dans la seconde, on trouve notamment l'autisme et la trisomie21. Les handicaps cognitifs moins svres incluent ce qu'on appelle les difficults d'apprentissage comme la dyslexie (difficults de lecture) et la dyscalculie (difficults de calcul). Si on se place dans une perspective de handicap fonctionnel, on ne tient pas compte des causes mdicales et comportementales des handicaps cognitifs et on s'intresse plutt aux capacits de la personne handicape et aux problmes qu'elle rencontre. Les handicaps cognitifs fonctionnels sont l'origine de difficults ou de troubles dans les domaines suivants:

• rsolution de problmes;

• attention;

• mmoire;

• comprhension mathmatique;

• comprhension visuelle;

• lecture;

• capacits linguistiques (expression verbale);

• comprhension verbale.

Il est prfrable d'envisager l'utilisation des TIC accessibles pour remdier aux handicaps cognitifs sous l'angle du handicap fonctionnel. Les TIC peuvent contribuer pour beaucoup faciliter l'accs l'ducation de diverses catgories de personnes souffrant d'un handicap cognitif. La liste ci‑aprs numre les avantages des TIC pour ces personnes98.

Aide l'criture: les outils de traitement de texte courants contiennent des logiciels intgrs de vrification de la grammaire et de l'orthographe et de saisie intuitive99. Des programmes spcialiss d'aide l'criture, comme Clicker5, facilitent la reconnaissance des mots et l'criture grce l'utilisation de symboles ou d'images et de grilles avec fonction de lecture orale100.

Multimdia: l'utilisation de moyens multimdias tels que les graphismes, le son et la vido peut stimuler et encourager l'interaction et, dans une certaine mesure, l'apprentissage pour les personnes souffrant de handicaps cognitifs profonds ainsi que pour les enfants ne sachant pas encore lire ou crire. La plupart des logiciels ncessaires sont disponibles gratuitement en ligne.

Stimulation sensorielle: l'utilisation de commutateurs, associs des logiciels de jeux spcialiss, permet des personnes ayant des difficults d'apprentissage profondes et multiples de jouer des jeux de logique de base et mme d'acqurir des comptences de base en informatique.

Outre ces activits sur ordinateur, l'utilisation de stratgies et de dispositifs additionnels et alternatifs de communication, en particulier base de symboles, peut aider les personnes souffrant de difficults d'apprentissage profondes et multiples communiquer.

97Webaim Project [WWW document] http://www.webaim.org/techniques (retrieved 1 March 2008)
98http://www.bltt.org/index.htmCharlie Danger, spcialiste indpendant de la prospective technologique, est tudiant en ergothrapie l'Universit de Brighton.
99MS Word or OpenOffice
100http://www.cricksoft.com/uk/products/clicker/

3.5 Equiper les écoles inclusives de TIC accessibles

Les Nations Unies, l'UNESCO et le SMSI, dans son Plan d'action, ont pris clairement position: les enfants handicaps doivent pouvoir recevoir une ducation inclusive grce l'utilisation de TIC accessibles. Les politiques nationales devraient viter la mise en place d'un systme ducatif deux vitesses compos d'coles dites "normales" et d'coles spciales pour les enfants handicaps. On a vu dans la Section 2 que les modles de financement appliqus aux coles spciales pouvaient entraner un doublement du cot de l'ducation des lves par rapport ceux des coles inclusives. De manire analogue, on a constat qu'on pouvait rduire sensiblement le cot global de l'accessibilit en incluant cette notion ds le stade de la conception des btiments scolaires, de la cration des logiciels et de l'achat d'quipements.

Le budget ncessaire pour doter les coles inclusives de TIC accessibles devrait tre fix par les ministres de l'ducation et les autorits ducatives locales, en troite concertation avec les lves, leurs familles et reprsentants ainsi qu'avec les associations de personnes handicapes. Des tudes approfondies devraient tre menes pour dterminer quels moyens TIC y sont indispensables. Les coles qui tiennent compte des besoins de leurs lves handicaps ont videmment davantage besoin d'avoir accs l'Internet. Des conomies lies l'achat en gros devraient tre ralises grce la centralisation des achats, ainsi qu' l'utilisation, autant que possible, de politiques de marchs publics adaptes. Toutefois, chaque cole devrait tre quipe en fonction des besoins de ses lves. Il faut viter de fournir une panoplie de technologies d'assistance; il est prfrable que chaque cole dfinisse ses propres besoins.

Les pays disposant de ressources limites doivent bien rflchir l'avance afin d'aider dfinir les principaux types d'appui et de technologies d'assistance dont ils ont besoin en priorit, l'essentiel tant de "faire en sorte que les produits et les services soient disponibles, accessibles et abordables"101. Il faudrait envisager d'exonrer de taxes l'importation et d'autres taxes les moyens TIC qui permettent de donner aux personnes handicapes accs une ducation quitable, ou tout au moins de diminuer le montant de ces taxes. Il faut mettre en place un vritable cosystme des technologies d'assistance pour assurer la disponibilit des infrastructures, du personnel et des produits. Des services d'valuation et d'appui, par exemple l'installation, la formation et le suivi (pour assurer la sret et l'efficacit de l'utilisation), sont un lment important de cet cosystme. La section suivante traite de l'laboration et de la mise en oeuvre d'quipements TIC accessibles dans un systme scolaire inclusif, ainsi que du rle des parties prenantes impliques dans l'laboration d'un cosystme de technologies d'assistance durable.

101Borg, J., Assistive technology in developing countries: national and international responsibilities to implement the Convention on the rights of Persons with Disabilities. Available at http://www.thelancetglobalhealthnetwork.com/wp-content/uploads/Disability-REV-3.pdf

4 Créer et faire fonctionner des écoles accessibles et connectées aux TIC

"Pour que les enfants handicaps puissent apprendre dans un environnement inclusif, il faut des changement dans les attitudes, soutenus par des investissements dans la formation des enseignants et les moyens d'apprentissage". Rapport mondial de suivi sur l'ducation pour tous, dition2010102

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes contient des dispositions trs prcises sur le droit des personnes handicapes bnficier de l'galit d'accs l'ducation, la formation professionnelle et l'emploi. Elle met tout particulirement l'accent sur la fourniture de TIC accessibles, sans lesquelles ces droits ne peuvent tre exercs. Toute politique visant mettre en place des TIC accessibles dans des coles connectes devrait tre labore dans le cadre de cette Convention et devrait tre fonde sur les principes, grandes orientations et cibles du Sommet mondial sur la socit de l'information (SMSI), compte dment tenu des circonstances nationales et rgionales.

On a vu dans les Sections 1 et 2 que l'ducation inclusive‑c'est‑‑dire la scolarisation des enfants dans les classes ordinaires‑est un moyen conomiquement rationnel d'atteindre de grands nombres d'enfants handicaps dans les pays en dveloppement. L'ducation inclusive repose, entre autres, sur la notion que les rformes et amliorations devraient tre axes, non seulement sur les enfants handicaps, mais aussi sur "l'amlioration de l'ensemble des coles afin de lever les obstacles l'apprentissage pour tous"103. La prsente section met en avant de bonnes pratiques dans

l'laboration de politiques pour la mise en oeuvre de TIC accessibles dans les coles connectes. Elle dcrit les principes et lments qui peuvent tre intgrs dans les rformes de la politique ducative dans les pays en dveloppement.

L'ducation inclusive ne peut tre mise en place et dispense simultanment104. Afin d'laborer une stratgie rationnelle et concrte, bien inscrite dans le contexte des technologies d'ducation et d'assistance propre un pays, les dcideurs doivent rflchir aux moyens de passer du modle actuel au modle inclusif. Pour ce faire, ils doivent envisager d'laborer, au niveau national, des dclarations de principe et d'intention et de dfinir des moyens, objectifs et calendriers relatifs la fourniture de TIC accessibles dans les coles inclusives. Pour tablir des politiques pragmatiques concernant la fourniture et l'utilisation de moyens TIC, il sera ncessaire de reprer les lacunes existantes et d'tudier attentivement la situation actuelle.

102http://www.unesco.org/en/efareport page 12

103Global eSchools and Community Initiative (GeSCI). 2007. Concept note: Developing a model for inclusive education and assistive technology appropriate for teaching and learning contexts in developing countries. Available at http://www.gesci.org/old/files/docman/model_ie_at.pdf

104Lynch, P. (2007) External Trends on Education. (Sightsavers international (internal document). Cited in GeSCI page 6.

4.1 Réforme des politiques nationales

Les "cyberstratgies" nationales dfinies dans le cadre des principes et buts du SMSI (Section8) comprennent des questions de politique gnrale comme la connectivit (par exemple, le dploiement du large bande), le renforcement des capacits (par exemple, la formation l'utilisation des TIC dans tous les secteurs de la socit, y compris pour les enseignants et les personnes handicapes) et l'ducation (accs aux TIC dans les coles). Les politiques et programmes l'appui de TIC accessibles dans les coles connectes recouperont ainsi plusieurs domaines:

• ducation;

• tlcommunications;

• cybergouvernement;

• finances et marchs publics;

• taxes l'importation, droits de douane et taxation;

• services sociaux et emploi;

• galit.

Selon l'Institut de l'UNESCO pour les technologies de l'information dans l'ducation (IITE), l'laboration de stratgies facilitant l'utilisation des TIC accessibles dans les coles est "une proposition complexe, partant du principe que la technologie n'est pas seulement un outil", mais qui exige aussi "de privilgier la conception d'environnements d'apprentissage plutt que la fourniture de technologies"105. L'laboration des politiques a donc cess de donner la primaut exclusivement la fourniture des matriels et des logiciels pour se recentrer sur l'utilisation efficace des TIC dans diffrents contextes ducatifs. De l'avis de l'UNESCO, l'intgration des TIC accessibles dans un environnement ducatif inclusif se fait en quatre tapes : conception et dveloppement des TIC accessibles, mise en oeuvre et amlioration de ces technologies, et enfin valuation de leurs avantages (Figure4.1).



Source: UNESCO, IITE

Figure 4.1 – Etapes de l'laboration des politiques

Lgende:

Conception
Dveloppement
Amlioration
Evaluation

L'IITE dresse une liste utile des activits que les dcideurs doivent entreprendre au titre de chacune de ces tapes et prsente une srie de ressources et d'informations pour chacune106. Consulter ici la liste rcapitulative pour les dcideurs.

105UNESCO IITE ICTs in Education for People with Special Needs. http://www.iite.ru/pics/publications/files/3214644.pdf page 95

106UNESCO IITE page 96-97

4.1.1 Six éléments clés pour la création et la mise en oeuvre de TIC accessibles dans des écoles connectées

En association avec les quatre tapes de l'laboration des politiques, les dcideurs devraient envisager plusieurs lments cls. Sur la base d'une tude ralise par l'Agence europenne pour le dveloppement de l'ducation des personnes prsentant des besoins particuliers107, les six lments suivants ont t dfinis comme particulirement importants pour l'laboration, dans les pays, de politiques en matire d'accessibilit des TIC:

Infrastructures – Cet lment comprend les statistiques sur les coles connectes ayant accs l'Internet, le nombre d'ordinateurs existant dans les coles, l'existence de technologies d'assistance et l'utilisation par les enseignants de l'informatique et d'autres technologies en tant qu'outil pdagogique.

Possibilits d'appui – Cet lment, troitement corrl avec le prcdent, concerne l'tendue de l'appui dont peuvent bnficier les enseignants et les lves de la part des organismes nationaux chargs des TIC dans l'ducation. Cet appui peut s'tendre aux services d'aide directement utiliss par les lves et les enseignants, au soutien l'intrieur de l'cole et l'accs des centres de ressources spcialises.

Evaluation des besoins – Mme si des systmes d'valuation des besoins existent dj pour les enfants considrs comme ayant un handicap, ces systmes devraient intgrer une valuation claire des besoins en matire de technologies d'assistance et de moyens d'appui ncessaires pour permettre un enfant d'tre duqu dans un contexte scolaire inclusif.

Formation professionnelle – L'un des lments cls de l'appui est la formation spcifiquement conue pour enseigner aux enfants handicaps. L'un des principaux facteurs prendre en compte est l'utilisation de TIC accessibles, ce qui recouvre la formation des enseignants ds le dbut de leur carrire aussi bien qu'en cours d'emploi. L'existence de possibilits d'appui et de formation est souvent cite par les enseignants comme aussi importante que celle de matriels et de logiciels adapts.

Coopration/recherche – L'un des principaux lments du renforcement des capacits dans le systme ducatif d'un pays est la mise en place d'un cosystme durable de technologies d'assistance, incluant la poursuite des recherches sur les besoins et expriences des lves et des enseignants, la mise en commun de donnes d'exprience et de comptences spcialises et les recherches sur le dveloppement de solutions nouvelles et amliores en matire de technologies d'assistance et de modles de fourniture de services.

Evaluation – Il convient de suivre la mise en oeuvre des diffrentes rformes pour dterminer si elles permettront la prise de nouvelles mesures.

107http://www.european-agency.org/publications/ereports/key-principles-in-special-needs-education/key-principles-in-special-needs-education

4.1.2 Recherches à l'appui de l'élaboration d'une politique pragmatique

Les dcideurs devront entreprendre des recherches pour appuyer l'laboration d'une politique efficace108. On sait trs peu de choses sur l'existence des technologies d'assistance dans les pays en dveloppement aujourd'hui, sinon qu'elles y sont trs peu rpandues - seulement 3% du nombre d'appareils auditifs ncessaires pour une anne donne sont effectivement mis disposition au cours de l'anne109. Ces efforts devraient permettre d'amliorer sensiblement la qualit et l'efficacit des mesures prises.

Il faudra galement entreprendre des recherches sur l'attitude des enseignants, des lves, de leurs familles et de ceux qui s'occupent d'eux en ce qui concerne l'utilisation et les avantages des TIC accessibles. Il faudra dterminer les prfrences et comptences pdagogiques des enseignants ainsi que l'aptitude de ces derniers et des systmes scolaires crer des ressources d'apprentissage accessibles et dfinir les matriels d'appui ncessaires.

Il faudra galement dterminer s'il existe dj des services adapts: services communautaires de radaptation, programmes de formation pour les enseignants et possibilits de produire des solutions faisant appel des technologies de base comme les livres scolaires en braille110.

Afin de mettre en place une politique pragmatique, des recherches seront ncessaires dans les domaines suivants:

• Statistiques dmographiques nationales relatives aux personnes handicapes: nombre de personnes susceptibles de bnficier de TIC accessibles dans les coles/centres communautaires TIC.

• Etat actuel des infrastructures TIC dans les coles, y compris le nombre d'ordinateurs dj en place et le nombre d'coles connectes l'Internet.

• Niveau actuel d'utilisation des TIC dans les coles (autrement dit, modalits et finalits de l'utilisation de l'informatique).

• Types et nombre de TIC accessibles requis.

• Existence dans le pays de TIC accessibles requis.

• Cots et stratgies possibles pour l'laboration de solutions de rechange, y compris les logiciels code source ouvert.

• Capacits des enseignants intgrer les TIC accessibles dans leurs pratiques pdagogiques.

• Etat d'esprit des lves, des parents et des enseignants vis--vis des TIC accessibles et tat de leurs connaissances en la matire.

• Existence de rseaux d'appui.

108 Borg, J. et al. Assistive Technology in developing countries: national and international responsibilities to implement the Convention on the Rights of Persons with Disabilities. Available at www.thelancetglobalhealthnetwork.com/wp-content/uploads/Disability-REV-3.pdf

109WHO. 2004. Guidelines for hearing aids and services for developing countries. Available at http://whqlibdoc.who.int/publications/2004/9241592435_eng.pdf

110Casely-Hayford, L.; Lynch, P.A review of good practice in ICT and special educational needs for Africa.Disponible sur:http://www.eldis.org/assets/Docs/14727.html. Ce rapport cite le Centre de ressources matrielles pour les personnes handicapes au Ghana comme exemple de centre qui produit du matriel d'apprentissage pour les enfants handicaps.

4.1.3 Parties prenantes et consultations

Plusieurs organisations et parties prenantes seront charges de la mise en oeuvre de cette politique. Vraisemblablement, la responsabilit globale incombera des organismes publics de niveau ministriel ou rgional, en fonction de la taille et de l'autonomie des rgions. Les parties prenantes concernes seront les suivantes:

• Organismes ducatifs nationaux et rgionaux diffrents niveaux allant du ministre de l'ducation aux autorits rgionales.

• Conseils d'cole, directeurs d'cole, enseignants, spcialistes des TIC accessibles et personnel d'appui.

• Fournisseurs de services, publics et privs, qu'il s'agisse de fournisseurs de services Internet ou de spcialistes et de vendeurs de technologies d'assistance ou encore de fournisseurs de moyens TIC courants ( l'chelle locale, nationale ou multinationale).

• Fournisseurs de services publics ou privs but non lucratif.

• Personnes handicapes, leurs familles, leurs soignants et leur reprsentants.

• Associations de dfense des personnes handicapes.

• Ministres nationaux et rgionaux et organismes de rglementation responsables des politiques, stratgies et rglementations en matire de TIC et de tlcommunications.

• Organismes internationaux, nationaux et rgionaux de rglementation des tlcommunications.

• Milieux scientifiques, chercheurs et universitaires.

• Organisations humanitaires internationales.

L'un des principaux objectifs de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes est de mettre ces personnes au centre de l'laboration des politiques. Le Kit pratique des politiques en matire de cyberaccessibilit labor par l'UIT/le G3ict donne des conseils pratiques sur l'organisation de runions et de confrences accessibles. Il y est galement propos que "des reprsentants des personnes handicapes facilitent la ralisation des enqutes ncessaires pour obtenir des donnes sur les besoins en matire de TIC accessibles et de technologies d'assistance". Il est impratif de s'informer systmatiquement des besoins des enfants handicaps ainsi que de ceux de leurs enseignants, parents et soignants et d'en tenir compte toutes les tapes de l'laboration des politiques relatives l'utilisation des TIC accessibles dans les coles connectes.

4.1.4 Considérations intéressant particulièrement les personnes handicapées

Alors que les mthodes d'laboration de politiques varient d'un pays l'autre et en fonction de l'chelle (nationale, rgionale ou locale) laquelle elles sont mises en oeuvre, l'laboration de politiques pour les personnes handicapes ncessite de prendre en compte certaines spcificits. Les lments suivants, prsents par le Centre for internet and Society111(Inde) aideront les dcideurs concevoir des politiques plus efficaces pour aider les personnes handicapes:

• Faire participer les personnes handicapes et leurs soignants ou reprsentants est une composante essentielle du processus global.

• Les entretiens face face sont importants, en particulier dans les zones o il n'y a pas d'accs l'Internet ou l'ordinateur dans les coles.

• Il est important de renforcer les capacits et de faire prendre conscience des avantages des TIC accessibles aussi bien aux enseignants qu'aux lves, leurs parents et aux soignants. De nombreuses personnes handicapes et leurs familles ignorent leurs droits ou l'intrt qu'elles pourraient avoir utiliser des TIC accessibles pour leur ducation, leur formation professionnelle et leur recherche d'emploi.

• L'absence de justification conomique n'limine pas la ncessit ou le droit de chercher laborer une politique sur l'utilisation des TIC accessibles afin de favoriser l'ducation inclusive. Mme s'il n'existe pas l'heure actuelle de chiffres concernant le retour sur investissement de la fourniture de TIC accessibles dans les pays en dveloppement, les recherches montrent que, globalement, l'ducation inclusive bnficie aux pays.

• Il faudrait envisager l'application de plusieurs mthodes pour favoriser les mesures d'incitation et rendre obligatoire l'adoption d'une nouvelle stratgie. Ainsi, les entreprises concevant des technologies d'assistance pourraient se voir accorder des rductions d'impt, tandis que les systmes ducatifs pourraient tre obligs d'atteindre des objectifs pralablement dfinis.

• Les dcideurs ne devraient pas hsiter collaborer avec les associations de personnes handicapes pour laborer, promouvoir et mettre en oeuvre ces politiques et en assurer le suivi.

111Policy Formulation for Internet and Electronic Accessibility for Persons with Disabilities, Ms. Nirmita Narasimhan, Programme Manager, Centre for Internet and Society http://www.itu.int/ITU-D/asp/CMS/Events/2009/PwDs/programme.asp#Nirmita

4.1.5 Evaluation et suivi

Le cadre politique devrait permettre de suivre et d'valuer les rsultats et la rationalit conomique de la fourniture de TIC accessibles. Ce suivi devrait porter sur les lments suivants:

• Rsultats pour l'utilisateur individuel: dans quelle mesure l'accs l'ducation a‑t‑il t effectivement amlior? types de technologies d'assistance les plus courants et les plus utiliss.

• Exprience acquise par les enseignants dans l'intgration de l'utilisation des technologies d'assistance dans le programme scolaire.

• Nombre de cas d'abandon des technologies d'assistance et motifs de cet abandon.

L'analyse globale cots-bnfices de la fourniture de TIC accessibles en vue d'une ducation inclusive dans un pays devrait galement tenir compte des lments suivants:

• Avantages et possibilits offerts par les TIC accessibles pour permettre aux personnes handicapes de recevoir une ducation et d'occuper diffrents emplois et professions.

• Objectifs de justice sociale et d'intgration sociale au sens large, autonomisation des personnes handicapes grce l'ducation et la formation professionnelle.

• Rduction de la pauvret.

• Avantages pour l'conomie.

• Ratification de conventions (Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes et Convention de l'UNICEF).

• Conformit aux objectifs internationaux en matire de politiques gnrales (OMD et objectifs du SMSI).

• Toute autre initiative rgionale pertinente dans le domaine des TIC.

Cliquer ici pour en savoir plus sur le cot, au sens large, de l'exclusion.

4.2 Appui aux enseignants et aux élèves

Si l'on veut exploiter tout le potentiel des TIC pour l'apprentissage, il faut d'abord convaincre les enseignants de l'intrt que prsente l'utilisation de ces technologies.112

Il est essentiel de mettre au point des programmes de formation des enseignants aux TIC accessibles, ds le dbut de leur carrire comme en cours d'emploi, si l'on veut qu'ils acquirent les capacits pdagogiques ncessaires pour faire de ces TIC accessibles une option viable favorisant l'intgration des enfants handicaps dans des coles inclusives. L'existence de structures d'appui cet effet est considre comme aussi importante pour de nombreux enseignants que la fourniture de matriels et de logiciels adapts113.

L'Institut de l'UNESCO pour les technologies de l'information dans l'ducation (IITE) dispose de ressources trs compltes sur la formation des enseignants l'utilisation de TIC accessibles pour l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers. Cette formation comprend les quatre modules suivants: 1)aperu de la place des TIC accessibles dans l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers; 2)Technologies d'assistance pour les lves handicaps; 3)Utilisation desTIC dans l'enseignement distance pour les lves ayant des besoins particuliers; et 4)Rle des politiques dans la mise en oeuvre des TIC dans l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers.

Figure 4.2 – Brochure de l'IITE "ICTs in Education for People with Special Needs"114

Mme s'il n'est pas ncessaire que les enseignants aient une connaissance approfondie des technologies et appareils d'assistance, il est important qu'on les aide laborer des matriels et des ressources pdagogiques accessibles tous les lves.

Une autre ressource fondamentale est le rapport "A review of good practice in ICT and Special Educational Needs for Africa" (Aperu des bonnes pratiques dans le domaine des TIC et de l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers en Afrique). Command par le Ministre de l'ducation du Ghana en 2003, ce rapport contient des propositions pour l'laboration des programmes scolaires, la formation des enseignants, ainsi que des conseils pratiques, par exemple concernant la cration de salles rserves l'utilisation des TIC.

Ressources disposition des enseignants

La section ressources techniques dcrit toute une srie de ressources destines familiariser les enseignants l'utilisation des technologies d'assistance et aux formats accessibles dans les programmes scolaires. Ces ressources pourraient tre intgres dans la formation pralable des enseignants, ainsi que dans leur formation en cours d'emploi. Les dcideurs devraient aussi envisager de soutenir et financer l'laboration de cours distance de formation l'utilisation des TIC accessibles dans les classes inclusives pour la formation des enseignants en cours d'emploi. L'une des premires tches des enseignants est de s'informer sur les fonctions d'accessibilit existant dans les technologies qu'ils connaissent et utilisent dj.

Le guide de Microsoft "Accessibility: A Guide for Educators" donne des informations sur l'accessibilit et les technologies accessibles afin d'aider les ducateurs du monde entier assurer tous les lves un accs aux technologies, sur la base de l'galit et des fins d'apprentissage. Ce guide donne les informations suivantes:

• conseils dtaills sur l'utilisation des fonctions d'accessibilit dans les produits Microsoft;

• informations sur l'accessibilit et ses incidences sur vie de la classe;

• dfinitions des types de handicap et solutions technologiques adaptes chacun d'eux;

• conseils sur le choix des solutions technologiques accessibles;

• ressources donnant accs davantage d'informations.

Les liens vers les ressources concernant l'utilisation des fonctions d'accessibilit d'autres grands systmes d'exploitation tels que Apple OS X et Linux sont disponibles sur le site web du Kit pratique des politiques en matire de cyberaccessibilit.

112European Agency

113European Agency

114UNESCO IITE ICTs in Education for People with Special Needs. http://www.iite.ru/pics/publications/files/3214644.pdf

4.2.1 Intégration et utilisation de TIC accessibles dans les programmes scolaires

L'UNESCO dfinit le programme de la manire suivante: "un programme est compos de ce qui est appris et enseign (le contexte), de la manire dont cet enseignement est transmis (les mthodes d'apprentissage) et des ressources mises en oeuvre (par exemple les livres utiliss pour apporter et faciliter l'apprentissage)". L'laboration des programmes et les pratiques d'enseignement sont examines de prs dans l'volution vers l'ducation inclusive. En rgle gnrale, les programmes dans les coles inclusives doivent tre "souples et adaptables, conus pour diminuer les obstacles environnementaux que pourraient rencontrer des tudiants dans le cadre d'une ducation traditionnelle"116.

Les TIC accessibles peuvent contribuer transformer les ressources statiques que sont les programmes en mdias numriques adaptables auxquels les tudiants ayant diffrentes aptitudes peuvent avoir accs ds lors qu'ils disposent de la technologie d'assistance approprie. Par exemple, les notes prises en classe en version lectronique peuvent tre converties en divers formats (audio, Braille, HTML accessible, livre audio DAISY, etc.). Les mthodes d'valuation doivent tre flexibles et adaptes aux besoins des tudiants.

La mise en service de nouvelles TIC ou technologies d'assistance doit tre complte par un appui technique suffisant pour que l'lve ne soit pas tent d'abandonner. Le plus souvent, cet appui provient de centres de connaissances spcialises tablis dans le cadre de rseaux d'coles locales ou rgionales.

Il est important de distinguer entre: a)l'appui et la formation spcialiss dont ont besoin les lves et les enseignants pour l'utilisation de technologies d'assistance spcifiques en classe; et b)l'utilisation de TIC accessibles, le plus souvent pour amliorer l'accs aux programmes. Ainsi, dans l'tude de cas mene au Kenya, des tudiants aveugles ont t spcifiquement forms l'utilisation des techniques de lecture d'cran avant de pouvoir s'en service pour avoir accs aux matriels pdagogiques en classe ordinaire117. Ce n'est qu'ensuite qu'il a t demand aux enseignants de fournir des matriels pdagogiques en format lectronique compatible avec le lecteur d'cran. On voit donc que conformment au principe de conception universelle, les politiques nationales en matire d'laboration de programmes devraient imposer l'existence sur diffrents supports des ressources didactiques telles que les manuels.

En rgle gnrale, une cole connecte qui utilise des TIC accessibles pour permettre aux lves handicaps de recevoir une formation dans un environnement inclusif doit utiliser les TIC dans tous les domaines de l'laboration des programmes. Il ne nous appartient pas, dans le cadre du prsent kit pratique, de formuler des recommandations prcises sur l'laboration des programmes. Toutefois, l'UNESCO dfinit quatre grands domaines au travers desquels les comptences et les connaissances dans le domaine des TIC peuvent tre amliores. Ces domaines sont les suivants:

i) Alphabtisation dans le secteur des TIC – Les comptences dans le domaine sont enseignes et apprises en tant que discipline distincte.

ii) Application des TIC dans les disciplines – Les comptences en matire de TIC sont dveloppes dans le cadre de disciplines distinctes.

iii) Intgration des TIC dans l'enseignement – Les TIC sont intgres dans toutes les disciplines du programme.

iv) Spcialisation en TIC – Les TIC sont enseignes et apprises en tant que discipline applique en vue d'une formation professionnelle118.

116UNESCO IITE page 110

117http://www.yourdolphin.com/productdetail.asp?id=8&act=show&csid=50&z=5

118UNESCO (2002). Technologies de l'information et de la communication en ducation: un programme d'enseignement et un cadre pour la formation continue des enseignants, Paris, site web:http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001295/129538e.pdf, cit dans le rapportUNESCO IITE, page 111.

4.2.2 Technologies d'assistance et évaluation des besoins

Comme on l'a vu plus haut, l'achat de technologies d'assistance devrait tre prcd de recherches approfondies sur les besoins des diffrentes coles et des diffrents lves. Un modle efficace d'valuation des besoins permettra d'identifier la technologie adapte aux besoins de l'utilisateur (voir la section sur les ressources techniques concernant l'valuation des besoins et les technologies d'assistance). Le document Assistive Technology Decision Tree, tabli par UnumProvident, dcrit comment choisir au mieux une technologie d'assistance en fonction des handicaps fonctionnels de la personne119.

Les besoins doivent tre valus par du personnel qualifi ayant des comptences techniques en matire de technologies d'assistance, par exemple par un spcialiste visitant l'cole, en concertation avec l'enseignant, la famille de l'enfant ou ceux qui s'occupent de lui; cette valuation peut galement tre effectue dans le cadre d'un centre communautaire de radaptation. Une fois les besoins valus, ils doivent tre communiqus officiellement aux autorits ducatives. Quelles que soient les stratgies de financement et la technologie d'assistance fournie par le systme scolaire, il est impratif de reconnatre clairement les besoins de l'enfant et d'y rpondre.

Les enseignants, les parents et les enfants handicaps ont besoin d'informations exactes sur les diffrents types et diffrentes gammes de technologies d'assistance disponibles. Les dcideurs devraient envisager de constituer des bases de donnes nationales sur ce sujet, ainsi que des listes de fournisseurs, ce qui permettrait en outre de reprer les lacunes dans des pays concernant l'existence de certaines de ces technologies.

119http://www.microsoft.com/enable/download/default.aspx#righttech

4.3 Stratégies de financement

La mise disposition de TIC accessibles et de services d'appui, tels que la formation des enseignants et l'valuation des besoins des lves ncessitera d'importants investissements, ce qui peut poser un problme aux pouvoirs publics de pays en dveloppement. Les financements portent sur la fourniture de technologies d'assistance, les services d'appui spcialiss pour les lves et la formation des enseignants.

4.3.1 Financement durable

L'une des principales conclusions des recherches sur les technologies d'assistance dans les pays en dveloppement est la ncessit de mettre en place un modle de financement durable. Bien sr, on a besoin d'un capital de dpart pour fournir les quipements et logiciels, mais il est aussi indispensable de tenir compte des activits permanentes d'appui et de maintenance des quipements. Les bonnes pratiques numres ci-aprs sont fondes sur les tudes de cas du prsent module; elles mettent l'accent sur diverses stratgies et divers partenaires de financement. Ces partenaires peuvent tre des pouvoirs publics (sur le plan national et rgional), des autorits ducatives, des entreprises prives (sur le plan local et international), ainsi que des organisations humanitaires internationales.

Technologies d'assistance subventionnes fournies par des vendeurs et des organisations humanitaires

Plusieurs projets visent fournir des ordinateurs et d'autres technologies d'assistance aux coles et tlcentres des pays en dveloppement, soit gratuitement, soit un prix extrmement rduit. Des organisations humanitaires et des multinationales fournissent des ordinateurs et des portables fortement subventionns, voire gratuits, quips de technologies d'assistance. Ainsi, dans le cadre d'un projet soutenu par Sight Savers International, 45 ordinateurs remis en tat et fournis par ComputerAid (organisme humanitaire bas au Royaume‑Uni et qui recycle les vieux PC) et des cls USB contenant des lecteurs et des agrandisseurs d'cran fournis par Dolphin (fabricant de technologies d'assistance au Royaume‑Uni) ont t fournis des tudiants aveugles de l'Universit Kenyatta Nairobi. Le prix de ces quipements, qui s'levait 250 USD pour chaque ordinateur et cl USB "soutient tout fait la comparaison avec celui des machines et des livres Braille"120. Cliquez sur l'tude de cas sur le Kenya pour en savoir plus.

Par comparaison avec cette mthode, le projet POETA, mis en oeuvre en Amrique latine et dans les Carabes, mise sur la coopration long terme avec les organisations non gouvernementales locales pour la cration de centres de formation l'informatique incluant des technologies d'assistance et assurant une formation professionnelle aux personnes handicapes (voir l'tude de cas pour le projet POETA). Cette approche long terme vise mettre en place des centres de formation l'informatique accessibles, l'objectif ultime tant de les rendre autosuffisants. Il apparat, aux termes d'une tude sur les centres POETA, que les participants se dclaraient prts, tout au moins en paroles, s'acquitter d'un droit symbolique pour assister aux cours121.

Cette tude montre galement que puisque le cot des technologies d'assistance fait obstacle l'accs des personnes handicapes dans les pays en dveloppement, il est fondamental que les stratgies de financement aillent au-del du simple "parachutage de technologies" pour chercher soutenir des projets qui faciliteront l'autonomisation des personnes handicapes en leur donnant accs, long terme, ces technologies122. On voit donc qu'il s'agit l d'un enjeu important sous l'angle de la "responsabilit sociale d'entreprise", qui consiste souvent fournir en une seule fois des fonds et/ou une technologie123.

Quelle que soit la stratgie utilise pour financer la mise disposition initiale de technologies d'assistance dans les coles connectes, les pouvoirs publics et les autorits ducatives devront tre en mesure d'aider les lves et les enseignants utiliser ces technologies et les incorporer dans les programmes scolaires inclusifs.

120 http://www.yourdolphin.com/productdetail.asp?id=8&act=show&csid=50&z=5

121Technology and Social Change (TASCHA) group, University of Washington. Technology for employability in Latin America: Research with at-risk youth & people with disabilities http://cis.washington.edu/files/2009/11/tascha_ict-employability-latin-america_200910.pdf

122TASCHA study page 86

123TASCHA study page 84

4.3.2 Logiciels propriétaires et logiciels libres et à code source ouvert

En ce qui concerne les achats, les dcideurs doivent aussi tenir compte d'un autre lment important: le choix entre logiciels propritaires ou logiciels code source ouvert et technologie d'assistance. Les logiciels propritaires sont conus par une entreprise prive qui dtient les licences pour ces logiciels et sont fournis contre paiement. En rgle gnrale, aux termes des accords de licence, le code du logiciel ne peut pas tre rutilis. Les logiciels code source ouvert autorisent la rutilisation et la raffectation du code au titre de certaines dispositions de l'accord de licence telles que la licence publique gnrale (GPL).

Par logiciels libres et logiciels libres code source ouvert, on sous-entend la possibilit qui est donne de modifier le code informatique - ce qui ne veut pas dire ncessairement qu'ils soient disponibles gratuitement124. De nombreux logiciels code source ouvert le sont effectivement, maisles pouvoirs publics ou les coles peuvent avoir payer pour les adapter leurs besoins. Parexemple, une organisation utilisant un systme de gestion de contenu (SGC) code source ouvert peut avoir payer les services d'un dveloppeur de site web charg de crer le site web utilisant ce systme. Donc, mme si le code source est disponible gratuitement, l'organisation peut avoir payer un spcialiste charg de crer et, ventuellement, de tenir jour le site web. De manire analogue, un systme scolaire qui choisit de fournir des technologies d'assistance code source ouvert aux lves peut avoir besoin payer des services tels que la formation d'enseignants et de personnel l'utilisation de ces technologies, ainsi que l'appui ncessaire leur tenue jour et leur mise niveau.

Certaines tudes de cas (par exemple, au Kenya) montrent que les coles et les universits peuvent tirer parti des logiciels propritaires et des technologies d'assistance offerts par des entreprises et des organismes humanitaires et s'en servent effectivement. Mais il est douteux que la demande globale de technologies d'assistance ncessaires dans un pays puisse tre satisfaite par ce seul moyen. Par ailleurs, l'offre et l'utilisation de solutions code source ouvert ncessitent que le pays dispose de comptences spcialises pour l'installation, la formation et l'appui, ce qui a videmment un cot. Les dcideurs doivent donc se demander quelle mthode donnera de bons rsultats court, moyen et long termes. Quels que soient le ou les modles choisis, il faudra soutenir au niveau de l'universit et de l'industrie les activits de recherche‑dveloppement visant laborer de nouvelles solutions en matire de technologies d'assistance. L'un des grands problmes de la recherche‑dveloppement est d'ailleurs la ncessit de fournir des technologies d'assistance en langue locale dans chaque pays.

Se reporter la Section 5 pour en savoir plus sur les modles de financement drivs des recherches sur les tlcentres accessibles.

124Botelho, Fernando. Open Source Software-Based Assistive Technologies in ITU/G3ict e-Accessibility Policy Toolkit for Persons with Disabilities. http://e-accessibilitytoolkit.org

4.3.3 Faciliter la création d'un écosystème viable et durable dans le domaine des technologies d'assistance

Pour que les personnes handicapes aient accs des technologies d'assistance adaptes, elles doivent pouvoir bnficier d'un cosystme de technologies d'assistance dynamique et durable, dont les lments principaux seraient les suivants:

• une industrie qui fournit aux utilisateurs des technologies d'assistance abordables et utilisables;

• un systme d'valuation et de fourniture de ces technologies incluant des fonctions d'appui et intgr dans les services de radaptation existants au niveau de la collectivit - et qui assure la liaison avec le systme scolaire local pour fournir un appui aux enseignants et aux lves;

• un vivier de chercheurs qui valuent l'efficacit des systmes actuels de fourniture de technologies d'assistance, laborent des technologies d'assistance nouvelles et amliores et tudient les potentialits des avances technologiques;

• un financement et un appui publics pour les technologies d'assistance.

Les pays en dveloppement ont la possibilit de tirer des enseignements de l'exprience des pays dvelopps qui, bien qu'ils disposent de ressources relativement leves, ont encore, dans de nombreux cas, du mal rpondre aux besoins des personnes handicapes en matire de technologies d'assistance.

Les recherches ralises en Europe montrent que, souvent, les entreprises fabriquant des technologies d'assistance se dveloppent sous l'impulsion d'une petite demande locale125. Par exemple, la premire gamme d'appareils d'audition fabriqus par Siemens tait au dpart destine aux employs de cette compagnie et aux membres de leur famille. On voit que les petites entreprises dans ce secteur se dveloppent en fonction des besoins locaux et n'envisagent pas toujours de passer rapidement la vitesse suprieure.

Un autre problme est celui de la fragmentation des marchs. Il apparat, d'aprs des recherches ralises l'initiative de la Commission europenne, que "le niveau de fragmentation pour les technologies d'assistance dans le secteur des TIC est en gnral lev, ce qui s'explique en grande partie par des systmes de fourniture de services, au niveau national ou rgional, qui empchent les entreprises de raliser d'importantes conomies d'chelle". La fragmentation cause par les diffrents systmes nationaux et stratgies nationales rtrcit encore le march, dj limit, des produits d'accessibilit. Un autre problme est que le type de solution peut varier d'un pays l'autre- en fonction des langues par exemple. Le rsultat de cette fragmentation du march des technologies d'assistance en Europe est le suivant:

• les utilisateurs finals n'ont le choix qu'entre quelques solutions;

• les entreprises ont un march rduit, ce qui des consquences sur les ventes et les bnfices;

• les solutions proposes sont quelquefois mal conues, peu fiables et peu solides, en raison de l'absence de travaux continus de recherche-dveloppement.

La fragmentation des marchs a des rpercussions, non seulement sur la viabilit et le dveloppement futur d'un secteur robuste et lucratif, mais aussi sur le choix, la qualit et le caractre abordable des solutions proposes aux utilisateurs finals dans une rgion.

L'une des solutions proposes dans le contexte europen est la cration d'une organisation reprsentant et appuyant le secteur des technologies d'assistance grce l'tablissement de relations entre les parties prenantes, y compris les utilisateurs finals et les fournisseurs de services tels que les organismes responsables de l'ducation. Ces partenaires pourraient changer des informations sur des sujets commerciaux et techniques. Les dcideurs de pays en dveloppement pourraient encourager la cration de tels rseaux pour stimuler le dveloppement d'un secteur des technologies d'assistance dans leur pays. Ce rseau pourrait tre cr sur le plan national ou dans le cadre d'un rseau international runissant plusieurs pays.

Voici quelques exemples d'associations du secteur:

• AAATE, Association of the Advancement of Assistive Technology in Europe

• ARATA, Australian Rehabilitation and Assistive Technology Association

• RESJ RESNA, Rehabilitation Engineering and Assistive Technology Society of North America

Rehabilitation Engineering Society of Japan.

125Pastor, C. et al (2009) Analysing and federating the European assistive technology ICT industry. Available at http://ec.europa.eu/information_society/newsroom/cf/itemdetail.cfm?item_id=4897

4.4 Politiques d'achat

Dans de nombreux pays, les pouvoirs publics se servent depuis longtemps des politiques d'achat pour atteindre leurs objectifs en matire d'intgration sociale126. Les politiques nationales d'achat public peuvent influer favorablement sur la mise disposition, l'accessibilit conomique et la qualit des technologies d'assistance et d'autres moyens TIC accessibles tels que le braille, les livresDAISY et les sites web accessibles.

Les marchs publics donnent aux autorits ducatives et aux coles les moyens d'intgrer les fonctions d'accessibilit ds le dbut de la mise en place des infrastructures informatiques dans des coles. Cette dmarche a aussi des rpercussions sur l'environnement des TIC accessibles en crant une demande de cration, de fabrication et de maintenance de TIC accessibles, ce qui incite le march se doter des moyens d'y rpondre. Plus la demande est forte, plus le cot final a des chances d'tre faible. Les politiques de marchs publics peuvent donc servir promouvoir le dveloppement et la mise disposition de TIC accessibles.

Les autorits ducatives pourraient par exemple inclure l'accessibilit dans les critres d'achat de tous les logiciels ducatifs, tels que les programmes d'enseignement ou les systmes de gestion du contenu. On aurait ainsi la garantie que tous, personnes handicapes comprises, pourront avoir accs au contenu et l'utiliser ds le dbut, ce qui viterait d'avoir acheter par la suite au prix fort des ressources d'apprentissage spcialises pour ces lves.

Plusieurs pays ont mis en place des Kits pratiques pour l'achat de TIC accessibles afin d'encourager systmatiquement cette politique. En rgle gnrale, ces Kits donnent des conseils pour l'laboration et l'valuation des appels d'offres publis par des organismes publics pour l'achat, par exemple, de sites web ou d'ordinateurs. Les dcideurs pourraient envisager l'laboration d'un kit pratique sur les marchs publics pour complter les politiques nationales relatives la fourniture de TIC accessibles dans les coles connectes. Ainsi, en dpensant pour l'achat de TIC, les coles garantiraient l'accessibilit long terme des logiciels et matriels. Une telle initiative encouragera l'accessibilit des quipements TIC couramment utiliss dans les coles, mais il faudra nanmoins investir sparment dans des solutions spcialises et des technologies d'assistance pour les enfants handicaps.

Pour en savoir plus sur le rle des marchs publics dans la promotion des TIC accessibles, consulter le Kit pratique UIT/G3ict sur la cyberaccessibilit.

126Waddell, Cynthia. Rpondre aux besoins des personnes handicapes s'agissant de l'accs aux technologies de l'information et de la communication et des services associs: principaux points prendre en compte pour l'laboration et la mise en oeuvre de politiques et de stratgies efficaces. Disponible sur:http://www.itu.int/ITU‑D/sis/PwDs/Seminars/

Zambia/Documents/Presentations/009-Waddell%20Cynthia-Background%20paper.pdf. Lorsque les pouvoirs publics insistent pour n'acheter que des TIC accessibles, les fabricants, leur tour, ne produisent que des TIC accessibles. En effet, il leur est tout simplement trop cher de produire deux lignes de produits, l'une pour les services publics et l'autre pour le grand public. Les conditions applicables aux marchs publics dans les pays grands fabricants deTIC ont permis d'inclure des fonctions d'accessibilit dans les TIC couramment utilises.

4.4.1 Compatibilité avec les infrastructures informatiques dans les écoles

Les technologies d'assistance doivent aussi tre compatibles avec les infrastructures TIC dans les coles et prises en charge par ces dernires. Le Tableau4.1 rcapitule les questions utiles en vue de l'analyse ou de la cration des infrastructures TIC dans les coles pour la prise en charge des technologies d'assistance.

Tableau 4.1 – Questions lies aux plates-formes/infrastructures

pour les technologies d'assistance

Infrastructure

Question

Matriels – Plates-formes

Comment la plate‑forme prendra-t-elle en charge une srie de priphriques (d'entre et de sortie)?

Quelle connectivit sera assure avec ces priphriques?

Le matriel est-il compatible avec les logiciels d'accs les plus couramment utiliss?

Des pilotes de priphrique sont‑ils disponibles sur cette plate‑forme?

Quel appui peut tre fourni l'entre/ la sortie pour les connexions existantes?

Matriels – Ordinateurs portables

Quelles seront les dimensions d'cran disponibles?

Quel sera le poids des portables indiqus?

Peut-on utiliser des quipements renforcs?

Comment les quipements s'ouvrent‑ils et dmarrent‑ils – Sont‑ils faciles utiliser?

Quelle est la dure de vie des batteries, en mode mise en veille prolonge et en mode utilisation continue?

L'quipement peut-il tre raccord des priphriques tels que scanners, tlvision en circuit ferm/agrandisseurs, manettes de jeux?

Services grs

Comment concilier les comptences des techniciens spcialiss sur place et celles du fournisseur de services?

Quel service de dpannage immdiat peut-il tre fourni aux utilisateurs ayant des besoins particuliers?

Les utilisateurs de technologies non normalises peuvent‑ils avoir accs aux systmes?

Les utilisateurs ont-ils accs aux fonctions du panneau de configuration?

Peut-on avoir accs, ds la connexion, aux profils d'utilisateur pour les fonctions d'accessibilit?

Quels sont les dlais et les dpendances connexes pour l'approbation et l'installation des technologies d'accs?

Systme d'exploitation

Quelles options d'accessibilit le systme d'exploitation offre‑t‑il?

Quels logiciels d'accs tiers sont‑ils disponibles?

Comment les utilisateurs ne sachant pas lire ou utiliser le clavier peuvent‑ils se connecter au systme?

Applications

Quelle gamme d'applications et de logiciels tournera sur ce systme et ces options seront-elles compatibles avec les technologies d'assistance?

Intranet/Logiciel en tant que service (SaaS)

Ces applications seront‑elles compatibles avec les normes d'accessibilit?

Comment seront grs les ventuels contenus groups? Comment sera assure l'accessibilit du contenu?

Le contenu est-il accessible aux utilisateurs de technologies non normalises?

Technologies d'assistance

Le rseau permet-il la gestion de solutions faisant appel aux technologies d'assistance?

L'octroi de licences pour les technologies d'assistance pour ce rseau est-il adapt?

Comment assurera-t-on la conformit des technologies d'assistance avec les mises niveau du systme d'exploitation et des applications?

Comment les personnes ayant des besoins particuliers accderont‑elles aux applications en ligne/postes de travail/portables/ mobiles?

Comment les technologies d'assistance seront‑elles finances chaque anne pour les nouveaux utilisateurs et mesure que les besoins des utilisateurs voluent?

Des pilotes de priphrique pour les technologies d'assistance sont‑ils pralablement chargs dans le systme?

Design et mobilier

Existe-t-il, dans le btiment et proximit de l'usager, des prises lectriques et des points d'accs au rseau accessibles?

Le mobilier est-il accessible et peut-il tre adapt aux besoins de chacun?

Les technologies disposition sont‑elles facilement accessibles?

L'clairage se reflte-t-il sur l'cran ou est-il trop blouissant?

Peut-il tre rgl (par exemple teint) sur place?

La salle de classe est‑elle suffisamment spacieuse pour permettre de manoeuvrer les quipements et pour faciliter l'accs des personnes mobilit rduite?

Source: Kit pratique UIT/G3ict sur la cyberaccessibilit.

4.5 Comment l'évolution des technologies influe sur l'utilisation des TIC au service de l'éducation

Dans cette section, nous prsentons brivement certaines grandes tendances et nouveauts dans le domaine des technologies d'assistance et de l'utilisation des TIC au service de l'ducation. L'objectif est d'informer les dcideurs des tendances et progrs de la recherche‑dveloppement et de la coopration internationale. Mme si certains des lments cits ci‑aprs ne constituent pas l'heure actuelle des solutions ralistes pour l'utilisation de TIC accessibles dans les coles des pays en dveloppement, ils font rfrence des tendances et progrs qui peuvent aider rsoudre les problmes de disponibilit, ycompris financire, des technologies d'assistance et des ressources ducatives.

4.5.1 Technologies d'assistance et informatique dématérialisée

L'informatique dmatrialise reprsente un changement technologique radical, en ce sens que les ressources informatiques, telles que les logiciels, sont rparties sur l'Internet et mises la disposition des ordinateurs et autres quipements sur demande127. La consquence est que les applications logicielles pour les technologies d'assistance ne sont pas installes sur une machine prcise, mais qu'on peut y avoir accs sur l'Internet partir de n'importe quel ordinateur. Les premires tentatives, par exemple l'emploi de lecteurs d'cran en ligne "donnent des rsultats prometteurs pour la cration d'un web inclusif en levant les obstacles conomiques et sur le plan de l'accessibilit"128.

D'autres initiatives plus ambitieuses telles que le projet Raising the Floor (RtF)129et le projet LUCY130visent dvelopper les outils et infrastructures ncessaires pour permettre aux personnes handicapes d'avoir accs des technologies d'assistance abordables partir de n'importe quel ordinateur. Le projet RtF, en particulier, met l'accent sur la fourniture de technologies d'assistance abordables. Il y est prcis que "le cot des technologies d'assistance commerciales ncessaires au traitement des pages et applications web actuelles dpasse, de loin, les moyens des personnes socio‑conomiquement dfavorises131".

Contrairement au prix des technologies ordinaires, le prix des technologies d'assistance telles que les lecteurs d'cran ne baisse pas sur la dure. Au contraire, les concepteurs de ces technologies dploient beaucoup d'efforts pour se tenir au courant des progrs des interfaces et des fonctionnalits des technologies ordinaires. Les projets ouverts et collaboratifs tels que RtF sont une faon d'inciter les pouvoirs publics et les chercheurs des universits et du secteur priv contribuer aux activits dans ces domaines.

127http://en.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing

128http://www.w4a.info/

129http://raisingthefloor.net/projects

130http://www.itu.int/ITU-D/sis/PwDs/Seminars/Uganda/LUCY%20Presentation%20-%20UGANDA.ppsx

131http://raisingthefloor.net/about

4.5.2 Apprentissage en version nomade (Mobile learning)

L'absence d'accs l'ordinateur dans les pays en dveloppement fait obstacle l'accs l'Internet. Dans ces pays, il est beaucoup plus frquent d'avoir un tlphone portable que d'avoir un ordinateur personnel. Ainsi, selon un rapport de la Telecom Regulatory Authority of India, en 2006, le nombre d'abonns au mobile dans le pays a augment chaque mois de 5millions132. Les contenus achemins par tlphone mobile sont utiliss pour des applications trs diverses, ycompris pour l'enseignement. L'apprentissage en version nomade (ou m‑learning) offre toute une gamme d'applications disponibles sur des mobiles, par exemple sur les tlphones. Ce mode d'apprentissage peut galement intresser les populations autochtones vivant dans des zones rurales isoles.

Tout l'enjeu de la fourniture de contenus sur tlphone mobile consiste "parvenir rendre un contenu visuel sur Internet en contenu audio bref, prcis, facilement navigable, intressant et plaisant l'oreille"133. Pourtant, au vu du taux de pntration de la tlphonie mobile dans les pays en dveloppement, il semble que cette technologie permette d'atteindre un plus grand nombre de personnes que cela n'est possible actuellement avec les ordinateurs de bureau. Tous les pays qui mettent au point des stratgies ou initiatives pour promouvoir la fourniture de services sur tlphone mobile devraient en envisager les incidences pour les personnes handicapes et les populations autochtones habitant des zones isoles.

Voir les actes du Forum rgional UIT/CESAP/G3ict sur l'intgration de l'accessibilit des TIC pour les personnes handicapes dans la rgion Asie‑Pacifique (Bangkok,2009), en particulier en ce qui concerne l'accs des personnes handicapes l'Internet via le tlphone mobile et l'utilisation du tlphone mobile par les enfants handicaps.

132Nokia India. Position Paper – Mobile Internet UX for Developing Countries http://research.nokia.com/files/Joshi-MIUXforDevelopingCountries.pdf
133http://www.internetspeech.com/rendering_whitepaper.htm

4.5.3 Connectivité

La connexion aux TIC de toutes les coles primaires, secondaires et postsecondaires l'horizon2015 est l'un des objectifs fixs par les leaders mondiaux dans le cadre du Sommet mondial sur la socit de l'information (SMSI). L'absence d'infrastructure de tlcommunications filaires fait obstacle l'accs l'Internet dans de nombreuses rgions loignes et mal desservies despays en dveloppement. L'augmentation de la connectivit l'Internet grce au large bande hertzien - de plus en plus utilis dans les pays en dveloppement - devrait amliorer la connectivit Internet dans ces pays, notamment dans les tablissements scolaires. Pour les lves handicaps, la possibilit d'avoir accs un contenu pdagogique en ligne amliorera sensiblement leur capacit s'intgrer dans les tablissements scolaires ordinaires.

4.5.4 Plates-formes d'apprentissage

Il s'agit l d'un terme gnrique employ pour dcrire toute une srie de systmes TIC utiliss pour dispenser un enseignement. Il peut s'agir par exemple d'environnements d'apprentissage virtuels (VLE), qui combinent plusieurs fonctions comme la transmission aux lves de travaux de cours sur le web ou sur un intranet ou les interactions entre lves et enseignants. Les VLE sont rgulirement utiliss pour "l'apprentissage mixte", qui complte les activits traditionnelles et prsentielles en classe. Ils sont le plus souvent utiliss dans l'enseignement secondaire ou suprieur. Certains environnements VLE peuvent produire du contenu compatible avec les "Web Content Accessibility Guidelines" labores par la Web Accessibility Initiative (WAI)134. L'un de ces environnements VLE code source ouvert est Moodle135.

134 W3C WAI, 2008. Web Content Accessibility Guidelines version 2.0. Available at http://www.w3.org/TR/WCAG20/

135http://moodle.org/

4.5.5 Ressources éducatives libres

On appelle Ressources ducatives libres (REL) des matriaux d'enseignement pouvant tre utiliss, adapts et distribus titre gratuit. Ce terme a t adopt pour la premire fois par l'UNESCO en2002 dans le cadre de son "Forum sur l'impact des Courseware libres sur l'information universitaire dans les pays en dveloppement"136. Bien que de nombreuses REL soient disponibles sur le web, beaucoup ne sont pas accessibles aux personnes handicapes. Il faudrait cet gard renforcer la coopration internationale avec d'autres pays, crer des projets visant laborer desREL accessibles aux personnes handicapes ou laborer des stratgies en vue de fournir systmatiquement les REL existantes dans des formats accessibles.

L'un de ces projets est le projet "FLOE" ou Flexible Learning for Open Education (Apprentissage flexible pour l'ducation ouverte) auquel la William and Flora Hewlett Foundation a accept d'accorder un financement en 2010137. Le but de ce projet, men en collaboration avec les projetsREL en cours et les associations oeuvrant pour l'accessibilit, est d'laborer un systme qui fera mieux concider les REL et les besoins des lves. Les projets REL en cours seront soutenus pour encourager l'accessibilit de ces ressources. Dans les cas o il n'est pas satisfait aux besoins des lves, les responsables du projet FLOE collaboreront avec des fournisseurs de formats adapts pour mettre au point des versions accessibles des ressources REL. Ce projet, qui est gr par le Inclusive Design Research Centre138du Ontario College of Art And Design, fera appel plusieurs partenaires de pays en dveloppement, par exemple:

1) OER Africa139;

2) Strathmore University (Kenya);

3) Universit du Cap (Rpublique sudafricaine);

4) Research Institute for Technology and Innovation (IPTI), Brsil.

Pour encourager l'adoption de ces ressources en Afrique et dans d'autres rgions o le tlphone mobile est plus couramment utilis que l'Internet, le projet FLOE crera les outils et services ncessaires pour dispenser des ressources REL en mode audio uniquement, via des messages texte et sur les petits crans des modles de tlphone mobile les plus courants.

Pour en savoir plus sur le potentiel des ressources REL au service de l'ducation inclusive, lire l'article "L'accs l'ducation grce l'apprentissage en ligne et aux ressources ducatives libres: ces moyens peuvent‑ils combler l'cart"140?

Pour une analyse de l'accessibilit des ressources ducatives en ligne, voir l'article "Accessible Distance Education 101"141.

136http://en.wikipedia.org/wiki/Open_educational_resources

137http://www.hewlett.org/

138http://idrc.ocad.ca/

139http://www.oerafrica.org/

140Geith, Christine. Access to Education with Online Learning and Open Education Resources: Can they Close the Gap http://www.distanceetdroitaleducation.org/contents/FJALN_v12n1_Geith.pdf

141Robert, Jodi. Accessible Distance Education 101. http://www.aabri.com/manuscripts/09141.pdf

4.5.6 Accessibilité du web

Depuis quelque temps, les organismes publics des pays dvelopps prennent en compte l'accessibilit des sites web publics et privs142. Conformment aux principes de conception universelle, la prise en compte des besoins des personnes handicapes ds le dbut de la conception et de l'laboration d'un site web ne devrait entraner que des frais supplmentaires limits, voire nuls. En rgle gnrale, la remise niveau ultrieure des sites web actuellement inaccessibles est plus difficile et plus onreuse.

La Web Accessibility Initiative (WAI)143du World Wide Web Consortium (W3C) a tabli des lignes directrices et des ressources internationalement reconnues pour l'laboration de sites web accessibles. De nombreux pays utilisent aujourd'hui la version1 ou2 des lignes directrices sur l'accessibilit des contenus web, en tant que norme laquelle tous les sites web des pouvoirs publics doivent se conformer. Les dcideurs devraient envisager d'imposer aux institutions bnficiant de fonds publics, telles que les coles et les universits, et mme aux entreprises prives, des chances pour l'laboration de nouveaux sites web et la remise niveau des anciens sites web afin de les rendre conformes ces normes.

Le lecteur trouvera sur le site web G3ict un rapport intitul "Web Accessibility Policy Making: An International Perspective" prsentant diverses stratgies pour l'accessibilit du web.

142http://www.e-accessibilitytoolkit.org/toolkit/developing_policy/Step_4:_Policy_examples_from_around_the_world

143http://www.w3.org/WAI/

Tirer parti des écoles rendues accessibles au moyen des TIC en tant que centres communautaires pour la formation des adultes handicapés

"Au centre, nous apprenons que ce n'est pas parce qu'on est handicap qu'il faut tre mis l'cart et rester dans son coin comme un meuble. Au contraire, on doit lutter pour sa vie, ces cours vous poussent aller de l'avant, croire en vous‑mme, vous sentir capable d'arriver faire ce que vous voulez et atteindre vos objectifs." Personne handicape moteur en Equateur, frquentant un centre TIC financ par le projet POETA144

Dans cette section, nous nous demandons comment tirer parti des coles connectes et quipes de technologies d'assistance pour en faire, l'chelle locale, des centres de formation pour les personnes handicapes. Nous nous fondons sur l'exprience de l'Union internationale des tlcommunications (UIT), qui soutient des centres de tlcommunications polyvalents, associe aux enseignements tirs des tudes internationales sur l'utilisation des tlcentres accessibles et des centres de formation technique et professionnelle pour la fourniture de comptences techniques et la prparation l'emploi des personnes handicapes.

L'quipement en technologies d'assistance des coles connectes est en soi un objectif tout fait mritoire, mais ces avantages peuvent tre multiplis si l'on tire parti des technologies et quipements informatiques dj installs, ainsi que de la structure administrative et de gestion de l'cole pour fournir des services la communaut au sens large. On peut envisager deux utilisations: la premire concerne la fourniture d'un accs l'Internet et aux TIC par le biais de tlcentres communautaires et la seconde consiste dispenser des comptences de base en lecture et criture, en calcul et en informatique et une formation professionnelle.

144Technology and Social Change (TASCHA) group, University of Washington. Technology for employability in Latin America: Research with at-risk youth & people with disabilities http://cis.washington.edu/files/2009/11/tascha_ict-employability-latin-america_200910.pdf

5.1 Télécentres communautaires polyvalents

L'Union internationale des tlcommunications (UIT) encourage et soutient les tlcentres communautaires polyvalents (TCP) qui facilitent l'accs universel aux services de tlcommunication, en particulier l'accs l'Internet au moyen des TIC145. Les utilisateurs de ces centres participent ensuite activement l'dification de la socit de l'information. Les TCP sont des installations communautaires qui donnent accs aux TIC et fournissent aussi un appui et une formation aux utilisateurs. Ils peuvent contribuer faire baisser le prix de l'accs, plus faible pour un grand nombre d'utilisateurs que pour des utilisateurs individuels se servant chacun, par exemple, de leur ordinateur portable. Ils font en outre connatre les avantages potentiels de la socit de l'information et du "tout-connect"146.

Voir le document de rfrence de l'UNESCO "Lignes directrices pour l'accs des personnes handicapes aux centres communautaires multimdias" qui contient des directives dtailles, des listes rcapitulatives et des tudes de cas sur l'accessibilit de ces centres.

145ITU http://www.itu.int/ITU-D/univ_access/telecentres/
Multipurpose community telecentres: Lessons Learnt http://www.itu.int/net/itunews/issues/2010/05/30.aspx

146Johan Ernberg ITU/BDT Universal Access - by means of Multipurpose Community Telecentres. Available at http://www.itu.int/ITU-D/univ_access/telecentres/papers/mctbrief.pdf

5.1.1 Centres d'enseignement et de formation technique et professionnelle (TVET) pour les personnes handicapées dans les pays en développement

La formation professionnelle amliore la productivit et la comptitivit de l'conomie mondiale147. La TVET ne sert pas seulement prparer les jeunes la vie active, elle est aussi "un moyen de se mettre l'coute des personnes marginalises et exclues pour les inciter avoir une activit lucrative"148. Le premier des Objectifs du Millnaire pour le dveloppement est de rduire l'extrme pauvret et la faim, le but tant de rduire de moiti, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui vit avec moins d'un dollar par jour et qui souffre de la faim. L'un des six objectifs de l'Education pour tous, noncs par le Forum mondial sur l'ducation runi Dakar en2000, est de faire en sorte que les travailleurs aient les comptences ncessaires pour gagner leur vie en ayant un accs quitable une formation adquate.

La TVET au service de la lutte contre la pauvret est une priorit pour de nombreux Etats de pays en dveloppement. Le succs et le dveloppement futur des programmes de TVET dans ces pays sont tributaires de la poursuite de l'expansion des programmes de formation existants et de la coopration entre organismes nationaux et internationaux.

De nombreux pays en dveloppement axent leurs efforts sur "l'ducation primaire universelle et l'alphabtisation, sans prter une attention suffisante la formation professionnelle des jeunes et des adultes"149. Nanmoins, dans des pays comme le Nigria, "de nombreuses initiatives visent fournir une ducation et une formation des personnes issues de groupes marginaliss". Ces initiatives sont souvent prises sur une petite chelle et ne sont pas reconnues comme faisant partie intgrante d'une stratgie ducative nationale globale. Les bonnes pratiques mentionnes dans la prsente section recommandent que la TVET pour les personnes handicapes:

• assure des qualifications inscrites dans le cadre ducatif qualifiant dans le pays;

• assure la dlivrance d'un diplme pris des employeurs;

• joue le rle de passerelle permettant l'lve, s'il le souhaite, de reprendre des tudes plus approfondies dans un cadre formel;

• tienne compte du faible niveau de comptences des personnes handicapes en lecture et en criture, en calcul et en informatique et du fait que leurs expriences ducatives prcdentes ont pu se solder par un chec.

L'un des principaux objectifs de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes est de permettre ces personnes de s'intgrer dans la vie professionnelle tous les niveaux de l'industrie, du commerce, de l'administration, de la gouvernance et de l'ducation. Grce aux TIC accessibles, ces personnes peuvent recevoir une formation professionnelle dont elles ne bnficieraient pas autrement. Par exemple, les technologies d'assistance peuvent donner accs aux grandes applications bureautiques couramment utilises pour la gestion et l'administration des entreprises. Traditionnellement, les personnes souffrant d'un handicap comme la ccit se voyaient souvent attribuer un rle prcis et plutt limit dans les entreprises o elles occupaient par exemple des fonctions de standardiste ou de rceptionniste. Pourtant, lorsqu'elles reoivent une formation suffisante et approprie, ces personnes peuvent s'panouir sur le plan personnel, pour autant qu'elles reoivent l'appui et les moyens ncessaires.

Les tudes de cas dcrivent divers dbouchs professionnels offerts dans les pays en dveloppement aux personnes handicapes qui ont t formes l'utilisation de TIC accessibles, l'un des principaux dbouchs professionnels tant l'emploi dans les tlcentres150. On trouve galement sur le site web de Microsoft une liste des diverses carrires professionnelles dans le secteur des TIC rendues possible par l'utilisation des TIC accessibles.

147Bharat, The Role Open and Distance Learning in Vocational Education and Training in India

148Alhaji, Ibrahim Hamra. Revitalizing Technical and Vocational Education Training for Poverty Eradication and Sustainable through Agricultural Education. Available at http://www.afrrevjo.com/print/sites/default/files/Volume_2_Number_1_art_9.pdf
Published in African Research Review - AFRREV, January 2008, Volume 2, No. 1

149UNESCO. Meeting EFA goals : Integrating Skills Development in EFA http://portal.unesco.org/education/en/ev.php-URL_ID=34507&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

150http://www.telecentre.org/group/telecentrefordisabilities

5.2 Bonnes pratiques et enjeux de la création et du fonctionnement de TCP et de centres TVET accessibles

Les principaux lments et bonnes pratiques dcrits dans la prsente section s'inspirent des conclusions et recommandations d'une tude ralise en 2009 par le groupe Technology and Social Change (TASCHA) de l'universit de Washington. Cette tude, intitule "Technology for employability in Latin America: Research with at-risk youth & people with disabilities", analyse les investissements rcemment affects des centres technologiques afin de fournir une formation informatique de base des personnes handicapes dans cinq pays: Brsil, Equateur, Guatemala, Mexique et Venezuela151.

151Technology and Social Change Group, University of Washington. 2009 Technology for employability in Latin America: Research with at-risk youth & people with disabilities. Available at http://change.washington.edu/2010/01/technology-for-employability-in-latin-america-research-with-at-risk-youth-people-with-disabilities/

5.2.1 Modèles de financement pour l'utilisation d'écoles accessibles et connectées en tant que centres TCP et TVET

Dans le cadre de l'tude TASCHA, on a examin dans diffrents pays plusieurs modles de financement. Nanmoins, tous les projets examins s'inscrivaient dans le cadre du programme d'assistance internationale POETA (voir l'tude de cas POETA pour des informations plus dtailles). Conformment la politique de collaboration avec les partenaires locaux prconise par ce programme, le financement provenait aussi de collectivits municipales et nationales. Dans aucun des cinq pays examins152il n'a t observ que les participants ne voulaient pas ou ne pouvaient pas s'acquitter d'un "paiement symbolique" pour avoir accs aux TIC et une formation professionnelle.

Le principal obstacle l'accs fonctionnel aux technologies, a‑t‑on constat, est le cot prohibitif des logiciels de technologies d'assistance. Par exemple, dans l'tude de cas ralise Mexico, les technologies d'assistance telles que les lecteurs d'cran JAWS et MAGic n'taient fournis qu'en version de dmonstration, ce qui obligeait l'utilisateur redmarrer sa machine toutes les quarante minutes. Mme si un certain nombre de projets sont en cours pour dvelopper des technologies d'assistance comme les lecteurs d'cran dans des langues peu employes, ces projets ne peuvent suffire rpondre la demande mondiale de localisation pour ces technologies (voir les documents de l'atelier organis conjointement par l'UIT et la CESAP Bangkok sur le thme "Intgration de l'accessibilit des TIC pour les personnes handicapes". L'tude TASCHA conclut que l'laboration de technologies d'assistance abordables - lecteur d'cran - en langue locale devrait tre "l'un des principaux objectifs des recherches et pratiques technologiques dans les pays en dveloppement"153.

Certaines organisations humanitaires et entreprises technologiques proposent des versions subventionnes de logiciels propritaires (voir l'tude de cas du Kenya). L'tude TASCHA conclut que ce modle n'est pas viable et qu'il faudrait axer les efforts sur le renforcement des capacits nationales et internationales en vue de la production de technologies d'assistance localises des prix abordables154.

152Brazil, Ecuador, Guatemala, Mexico and Venezuela

153TASCHA page 80

154TASCHA page 80

5.2.2 Modèles de financement durables et grandes tendances de l'approche philanthropique

Le financement de TCP accessibles devrait aller au‑del du "parachutage" de technologies pour permettre d'envisager un modle d'entreprise durable pour ces centres. Selon le rapport TASCHA, aprs l'injection initiale de capital pour acheter des technologies d'assistance et payer la formation, de nombreux tlcentres ont des difficults devenir autosuffisants. Alors qu'on peut faire appel la responsabilit sociale d'entreprise pour obtenir d'une entreprise ou fondation qu'elle engage dans un premier temps des dpenses d'investissement, le rapport TASCHA avertit que ce modle de financement en soi n'est pas compatible avec "le modle d'investissement ncessaire pour apporter un appui significatif aux initiatives favorisant le dveloppement humain telles que [l'laboration de TCP accessibles]"155. Le projet POETA met l'accent sur les grandes tendances de l'approche philanthropique de l'assistance aux pays en dveloppement. Les organismes donateurs font dsormais beaucoup plus attention aux rsultats des investissements. Ils jouent le rle d'intermdiaire en fournissant des fonds, des connaissances et des comptences spcialises et exigent que les projets soient reproductibles, durables et se traduisent par des rsultats tangibles156.

Il convient de rflchir la viabilit du modle d'entreprise des TCP accessibles installs dans les coles. Mme si une bonne partie des infrastructures comme les btiments scolaires et les salles d'informatique peuvent tre mis disposition de la communaut gratuitement, il faut soigneusement planifier le financement des services annexes, comme le recrutement de formateurs et la formation professionnelle.

155TASCHA page 85.

156POETA - presentation on file

5.2.3 Délivrance de diplômes et éducation permanente

La dlivrance de diplmes aux lves qui ont termin leurs tudes est un critre qui attire les participants et intresse les employeurs. Les types de diplme dfinis dans l'tude TASCHA varient d'un projet l'autre et sont dcerns par les tlcentres, par le ministre local ou national de l'ducation ou par des entreprises prives telles que CISCO ou Microsoft.

Les TCP accessibles installs dans les coles sont idaux pour soutenir les programmes - passerelles permettant aux participants de finir leurs tudes dans un cadre formel. L'tude TASCHA souligne que la TVET, en particulier les initiatives prises dans le domaine des TIC, se substitue l'ducation formelle. La citation suivante rend compte de cette situation, qu'il faudrait envisager dans le contexte de l'laboration de politiques en faveur des coles utilisant des TIC accessibles:

"Je n'avais pas d'espoir d'aller au collge avant de suivre ce cours. Ce n'est que parce que j'ai suivi ce cours que j'ai commenc y penser. J'aimais l'informatique et j'ai eu l'impression que ce cours tait pour moi "un cadeau du ciel" et c'est alors que j'ai eu l'ide d'aller au collge pour tudier l'informatique aprs avoir suivi ce cours... J'ai chang de point de vue, l'informatique m'a amen voir les choses autrement".
Jeune Brsilien de 17 ans157
.

157TASCHA page 56

5.3 Considérations technologiques

Comme il est constat dans l'tude TASCHA, l'un des principaux obstacles l'accessibilit fonctionnelle pour les personnes ayant rpondu au questionnaire tait l'absence de technologies d'assistance bon march en langue locale (en l'occurrence en espagnol). Les recommandations suivantes ont t formules:

• L'laboration de technologies d'assistance en langues locales devrait tre soutenue et encourage par les organismes finanant des projets de TCP accessibles.

• Le personnel des centres devrait tre incit imaginer des solutions bon march, en particulier pour les quipements adapts tels que les priphriques d'entre ou les postes de travail, afin d'aider surmonter les obstacles l'accs les plus courants.

• Les grandes compagnies technologiques devraient tre encourages dvelopper leurs produits conformment aux principes de conception universelle, en faisant en sorte que les produits courants soient accessibles et utilisables par le plus grand nombre.

L'tude TASCHA a repr des disparits entre les technologies d'assistance disponibles dans les tlcentres et celles que les employeurs mettent disposition pour permettre une personne handicape d'effectuer son travail.

5.3.1 Les technologies d'assistance pour l'emploi et les services de placement pour les employeurs et les participants

Certaines autorits rgionales et nationales subventionnent financirement les technologies d'assistance utilises dans les tlcentres. Toutefois, certains pays ne proposent pas de telles subventions pour acheter les logiciels et matriels ncessaires ds lors qu'une personne occupe un emploi. La cration dans les coles de TCP accessibles assurant une formation aux personnes handicapes devrait encourager l'tablissement de relations fortes avec les employeurs locaux. L'tude de cas sur le tlcentre tunisien dcrit comment celui-ci a invit les employeurs potentiels se prsenter et valuer les projets des tudiants. La cration de TCP accessibles dans les coles permettrait, non seulement de sensibiliser les employeurs, mais aussi d'aider placer les diplms. Elle pourrait aussi servir aux employeurs, par l'identification des amnagements qui peuvent tre apports sur le lieu de travail et la recherche de technologies d'assistance adaptes.

L'appui au placement permet aux employeurs potentiels de surmonter les prjugs concernant l'emploi des personnes handicapes. Il facilite aussi la fourniture de conseils et d'un appui pratique pour les amnagements sur le lieu de travail, par exemple la recherche et l'installation des technologies d'assistance ncessaires pour permettre la personne de travailler, qui sont indispensables pour faciliter la transition entre le stade de l'ducation et de la formation et celui de l'emploi.

En Italie, par exemple, au Politecnico di Milano, 100% des tudiants handicaps parviennent trouver un emploi, en partie grce l'appui fourni en permanence par l'universit aux tudiants et aux employeurs dans la ralisation de ces amnagements158. Selon le rapport TASCHA, les centresTIC accessibles peuvent "se forger une rputation de viviers de bons candidats en entretenant des relations suivies [avec les employeurs]"159.

L'un des principaux lments prendre en compte est donc la fourniture d'aides et de subventions, soit aux employs, soit aux employeurs, pour amnager le lieu de travail, conformment aux obligations en matire d'"amnagement raisonnable" dfinies par la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes.

Les participants interrogs dans le cadre de l'tude TASCHA ont beaucoup insist sur la ncessit de pouvoir disposer de services de placement, en complment des comptences techniques dans le domaine des TIC. Ces comptences sont par exemple la rdaction de curriculum vitae, les techniques d'entretien oral et d'autres techniques de prparation l'emploi. En particulier, les personnes interroges dans le cadre de cette tude ont relev que ces comptences gnrales leur permettaient d'avoir une meilleure image de soi et une meilleure perception personnelle de leur propre employabilit.

Certains des tlcentres sur lesquels portait l'tude TASCHA offraient galement des services supplmentaires tels que des services de rducation physique et d'ergothrapie. Dans le contexte des coles fournissant un accs des TIC accessibles, l'tablissement de liens troits avec d'autres services de radaptation tablis dans la communaut peut tre vital pour dvelopper et soutenir sur le plan local l'ensemble des services fournis aux personnes handicapes.

158Sbatella, Licia. 2010. Higher education ICT programs for promoting employability of students with disability.

159TASCHA page 86

6 Liste récapitulative pour les décideurs

On trouvera ci‑aprs un rcapitulatif des concepts et recommandations formuls dans le prsent module:

1) Les politiques de mise en oeuvre de moyens TIC accessibles dans les coles connectes devraient tre labores en concertation avec les associations de personnes handicapes et dans le respect du droit et des politiques internationales, dont la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes et les principes, grandes orientations et cibles du Sommet mondial sur la socit de l'information.

2) L'laboration et la mise en oeuvre de politiques relatives aux moyens TIC accessibles dans les coles connectes devraient tre utilises pour encourager les politiques ducatives inclusives d'un pays, autrement dit l'ducation fournie dans le contexte du systme ducatif ordinaire, et non dans un cadre spcialis.


3) Dans la mesure o l'ducation inclusive est un modle qui doit tre mis en oeuvre progressivement, les dcideurs devraient envisager l'laboration sur le plan national de dclarations de principe et d'intention, de moyens, d'objectifs et de calendriers permettant de mettre en oeuvre des moyens TIC accessibles dans les coles connectes. L'laboration de politiques relatives l'utilisation des TIC accessibles dans les coles inclusives recoupera plusieurs domaines relevant de la responsabilit des pouvoirs publics:

• ducation;

• tlcommunications/TIC;

• cybergouvernement;

• finances et marchs publics;

• taxes l'importation, droits de douane et taxation;

• services sociaux et emploi;

• galit.

4) Les quatre grandes tapes de la mise en oeuvre de moyens TIC accessibles dans l'ducation inclusive sont les suivantes:

• conception et laboration de TIC accessibles;

• mise en oeuvre et fourniture de ces technologies;

• amlioration des technologies;

• valuation de leurs avantages.

5) Les six grandes tapes de l'laboration des politiques sont les suivantes:

• infrastructures;

• possibilits d'appui;

• valuation des besoins des personnes handicapes;

• formation des tudiants et des enseignants;

• coopration et recherche sur les bonnes pratiques;

• valuation des avantages et des utilisations des technologies d'assistance.

6) Les recherches l'appui de l'laboration d'une politique pragmatique devraient tre centres sur les lments suivants:

• attitudes de la socit envers les personnes handicapes et leur inclusion en tant qu'acteurs galit du systme ducatif;

• attitude des enfants handicaps et de leurs enseignants, parents et soignants concernant l'utilisation et les avantages des technologies d'assistance;

• statistiques dmographiques nationales relatives aux personnes handicapes: nombre de personnes susceptibles de bnficier de TIC accessibles dans les coles/tlcentres communautaires polyvalents;

• tat actuel des infrastructures TIC dans les coles, y compris le nombre d'ordinateurs dj installs et le nombre d'coles connectes l'Internet;

• niveau actuel d'utilisation des TIC dans les coles (autrement dit, modalits et finalits de l'utilisation de l'informatique);

• types et nombre des TIC accessibles requis;


• existence dans le pays des TIC accessibles requis;

• cots et stratgies possibles pour l'laboration de solutions de rechange, y compris les logiciels code source ouvert;

• capacits des enseignants intgrer les TIC accessibles dans leurs pratiques pdagogiques;

• tat d'esprit des lves, des parents et des enseignants vis--vis des TIC accessibles et tat de leurs connaissances en la matire;

• existence de rseaux d'appui.

7) La mise en oeuvre des politiques ncessitera la collaboration de diverses parties prenantes, dont les personnes handicapes, les autorits ducatives et les organisations humanitaires internationales.

8) Toutes les runions de consultation sur l'laboration des politiques tenues avec des personnes handicapes devront se drouler dans le respect des normes d'accessibilit.

9) Le cadre d'laboration des politiques pour la fourniture de TIC accessibles dans les coles connectes doit inclure un mcanisme d'valuation et de suivi des rsultats. Ce cadre devrait inclure des donnes chiffres sur:

• le niveau d'accs des personnes handicapes l'ducation et l'exprience des enseignants et des lves pour ce qui est de l'utilisation de TIC accessibles en classe;

• le nombre de cas d'abandon ventuel des technologies d'assistance et les motifs de cet abandon;

• les cots des technologies d'assistance et des ressources d'apprentissage en formats accessibles.

10) Les options de financement pour l'investissement dans les infrastructures de technologies d'assistance pour les coles connectes sont les suivantes: financements et subventions publics, partenariats public-priv, partenariats avec des organisations humanitaires internationales et programmes de responsabilit sociale d'entreprise mis au point par des socits du secteur des technologies. L'un des principaux lments auxquels doivent rflchir les pouvoirs publics et les coles investissant dans des technologies accessibles est le choix, pour l'octroi de licences, entre les logiciels code source ouvert et les logiciels propritaires. Les dcideurs doivent se demander quelle mthode donnera de bons rsultats ( court, moyen et long terme) pour ce qui est de l'existence et de l'accessibilit conomique des technologies d'assistance.

11) Les politiques publiques d'investissement dans les technologies d'assistance pour les coles connectes devraient aller au‑del de la simple fourniture de technologies pour viser la mise en place d'une infrastructure viable qui rpond aux besoins des lves et de leurs enseignants en ce qui concerne l'valuation, la fourniture, la maintenance, la formation et l'appui l'utilisation de ces technologies.

12) La cration d'une base de donnes nationale en ligne des technologies d'assistance aidera les enseignants, les lves et leurs familles obtenir des informations exactes sur ces technologies et sur leur existence, pays par pays.

13) L'appui des pouvoirs publics l'industrie des technologies d'assistance dans chaque pays est essentiel pour assurer la durabilit et la viabilit de ces technologies.


14) L'appui la recherche-dveloppement dans le domaine des technologies d'assistance est essentiel pour favoriser la poursuite du dveloppement et la localisation de ces technologies. Il est particulirement important de veiller ce que des logiciels comme les lecteurs d'cran existent dans les langues locales. Les activits de recherche‑dveloppement peuvent tre soutenues par diffrentes parties prenantes, dont des universits disposant des comptences et des ressources technologiques suffisantes, par le secteur priv et par des centres de comptences techniques au sein des associations de personnes handicapes.

15) Les pouvoirs publics et les coles devraient suivre l'volution des progrs technologiques actuels et imminents dans des domaines comme l'informatique dmatrialise, l'apprentissage en mode nomade et l'laboration de ressources ducatives libres.

16) Il faut respecter les objectifs et les dlais de cration de sites web accessibles publics et privs, conformment aux lignes directrices (Web Content Accessibility Guidelines) duW3C.

17) Il faut envisager de doter les coles connectes de moyens TIC accessibles pour les transformer en tlcentres communautaires polyvalents (TCP) utilisables par l'ensemble de la population.

18) Dans le contexte des TCP accessibles installs dans les coles, qui assurent une formation aux TIC et des possibilits d'emploi aux personnes handicapes, il importe de tenir compte de la viabilit du modle d'entreprise du centre. Mme si une bonne partie des infrastructures peuvent tre mises gratuitement disposition de la communaut, il convient de planifier soigneusement le financement et les dpenses qu'implique le recours au service de formateurs et l'achat de matriels didactiques.

6.1 Conclusion

Les personnes handicapes font toujours partie des catgories sociales les plus marginalises. Un accs quitable l'ducation est indispensable pour permettre aux tres humains de raliser tout leur potentiel, ainsi que le souligne la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes. Dans le prsent module, nous nous sommes efforcs de dmontrer que les TIC accessibles pouvaient faciliter l'accs l'ducation de toutes les personnes handicapes et leur permettre de devenir des membres part entire de la socit - productifs, utiles et socialement intgrs.

7 Textes, initiatives et objectifs internationaux relatifs à l'utilisation des TIC au service de l'éducation et de la formation professionnelle des personnes handicapées

"C'est ainsi que, dans mon pays et dans beaucoup de pays frres, le sort des personnes handicapes comme moi est demeur marqu par "l'exceptionnalit ngative". Nous avons continu d'tre victimes de la sgrgation de la socit et sommes rests invisibles pour le reste de la communaut. Ainsi, on tenait pour acquis que les individus dits "spciaux" taient incapables d'apprendre. On pensait donc qu'il n'tait pas ncessaire d'investir du temps et de l'attention en leur faveur et on leur proposait seulement des soins mdicaux, une surveillance alimentaire et un hbergement, c'est‑‑dire une assistance base sur la charit publique". M. Lenn Moreno Garcs, Vice-Prsident de la Rpublique de l'Equateur. Discours-programme prononc lors de la 48me Confrence internationale de l'ducation160

16048th ICE page 49

7.1 Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI)

Le Sommet mondial sur la socit de l'information (SMSI), organis par l'Union internationale des tlcommunications (UIT), a tabli une conception commune de la socit de l'information ouverte tous et a mis en place un cadre permettant de traduire cette conception en actes161. Au cours de sa premire phase, tenue Genve en 2003, le Sommet a clairement nonc, dans sa Dclaration de principes, une volont et une vision politiques et un cadre d'action. La mise en oeuvre des activits concrtes a t expose dans le Plan d'action162. Au cours de sa seconde phase, organise en Tunisie en 2005, le Sommet a traduit le Plan d'action en actes et a tabli un Agenda pour la socit de l'information dans le cadre de l'Engagement de Tunis163.

161Sommet mondial sur la socit de l'information:http://www.itu.int/wsis/index.html.

162SMSI, Dclaration de principes de Genve, disponible sur:http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=1161|0.

SMSI, Plan d'action de Genve, disponible sur:
http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=1160|0.

163Engagement de Tunis, disponible sur:http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=2266|0.
Agenda de Tunis pour la socit de l'information, disponible sur:http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=2267|0.

7.1.1 Principes fondamentaux du SMSI

La Dclaration de principes et le Plan d'action du SMSI contiennent de nombreux engagements sur la cration d'une socit de l'information qui facilite l'ducation, la formation et l'emploi des personnes handicapes. Ils reconnaissent les besoins spciaux des personnes handicapes et, au titre des principes fondamentaux, mettent l'accent sur l'importance de la conception universelle et de l'utilisation des technologies d'assistance pour faciliter l'accs la socit de l'information. Il y est soulign qu'une infrastructure inclusive de l'information et de la communication constitue l'un des fondements essentiels d'une socit de l'information inclusive et que les "cyberstratgies nationales" doivent tenir compte "des besoins particuliers des personnes handicapes".

La Dclaration de principes et le Plan d'action noncent un grand nombre d'obligations relatives aux besoins particuliers des personnes handicapes:

• Les TIC accessibles doivent tre utilises tous les stades de l'enseignement, de la formation et du dveloppement des ressources humaines (Dclaration de principes, 30).

• Il convient d'encourager la production d'quipements et des services TIC en s'inspirant duprincipe de design universel et en ayant recours des technologies d'assistance (Pland'action, grande orientation C2, f)).

• Il convient d'laborer un cadre inclusif assurant l'accs universel l'information et au savoir (Plan d'action, C3).

Il faut dvelopper les capacits, en faisant en sorte que les avantages que prsentent lesTIC pour tous s'tendent aux catgories dfavorises, marginalises et vulnrables (Plan d'action, grande orientation C4).

• Il faut encourager la production de contenus (multimdias, sites web, etc.) accessibles aux personnes handicapes, dans leur propre langue (Plan d'action, grande orientation C8, 23).

• Il faut reconnatre le potentiel exceptionnel du tltravail et des tlcentres au service de l'emploi, dans des conditions quitables, des personnes handicapes, qui peuvent aussi travailler de faon indpendante au sein de leur communaut (Plan d'action, grande orientation C7, paragraphe 19c)).

• Il faut disposer de logiciels accessibles tous et bon march, en particulier pour les catgories marginalises, par exemple les personnes handicapes.

• Il faut encourager et promouvoir le dveloppement concert de plates‑formes compatibles et de logiciels libres et code source ouvert pour les programmes d'ducation et les programmes d'intgration numrique (Engagement de Tunis, paragraphe 29).

Dans son rapport sur le suivi mi-parcours des Objectifs du SMSI, publi en 2010, l'Union internationale des tlcommunications constate ce qui suit:

"Compte tenu de l'ampleur des enjeux reprsents par la ralisation des Objectifs du SMSI et des OMD [Objectifs du Millnaire pour le dveloppement] et de [l'ducation pour TOUS], il ne semble pas raisonnable de supposer que les mthodes ordinaires suffiront pour assurer tous une ducation de qualit, dans des conditions financirement abordables et long terme, d'ici 2015. En ralit, pour de nombreux systmes ducatifs, tout l'enjeu est d'tre en mesure d'offrir des possibilits de formation ou d'apprentissage des groupes traditionnellement mal desservis ou marginaliss."

De plus en plus, les TIC accessibles sont considres comme l'un des principaux moyens de parvenir aux rsultats prconiss par les stratgies et traits internationaux sur le dveloppement auxquels il est fait rfrence dans le prsent module.

L'UNESCO met l'accent sur la dimension humaine de la socit de l'information, au-del des questions de connexion et d'infrastructure. L'ducation, le savoir, l'information et la communication sont au centre du bien‑tre de l'humanit l'heure o les nations tendent devenir des socits du savoir inclusives. En 2003, l'UNESCO a fait paratre une srie de publications rcapitulant certaines des questions essentielles lies l'dification de la socit de l'information, y compris en ce qui concerne les TIC et les personnes handicapes164. Ces publications ont pour objet de mesurer l'ampleur des bouleversements entrans par l'mergence des TIC. Elles traitent aussi des possibilits de dveloppement, des difficults rencontres, des solutions possibles et des diffrents projets mis en oeuvre par l'UNESCO et ses partenaires.

Dans son Rapport mondial "Vers les socits du savoir"165, publi titre de contribution au processus du SMSI en 2005, l'UNESCO souligne l'existence, dans les socits, d'une fracture numrique aux multiples visages:

"Il n'y a pas une, mais des fractures numriques au caractre multiforme qui, loin d'tre exclusives les unes des autres, se combinent entre elles selon les situations nationales et locales. Les facteurs qui influent sur la fracture numrique sont nombreux... les ressources conomiques, la gographie, l'ge, le sexe, la langue, l'ducation, l'emploi et l'intgrit physique".

164UNESCO, Etat de la recherche sur la socit de l'information, Publications de l'UNESCO pour le Sommet mondial sur la socit de l'information 2003, pages 59-68,http://portal.unesco.org/ci/en/files/12515/10621625063status-1-84.pdf/status-1-84.pdf.

165Rapport mondial de l'UNESCO. Vers la socit du savoir, Publications UNESCO 2005, page30.http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001418/141843e.pdf.

7.2 Initiatives de l'Union internationale des télécommunications (UIT)

L'Union internationale des tlcommunications est la principale institution des Nations Unies qui s'occupe des questions d'information et de communication et est le ple de convergence mondial o se retrouvent pouvoirs publics et secteur priv pour le dveloppement des rseaux et des services. L'UIT, qui s'emploie amliorer les infrastructures de tlcommunication dans les pays en dveloppement, a donc dfini une stratgie spcifique en matire d'accessibilit. Cette stratgie comporte trois grands axes:

• Rendre accessibles les normes de conception technique.

• Soutenir les personnes handicapes dans l'exercice de leurs droits.

• Assurer une ducation et une formation l'utilisation des TIC accessibles.

7.2.1 Kit pratique UIT-G3ict sur les politiques en matière de cyberaccessibilité pour les personnes handicapées

Le "Kit pratique UIT-G3ict166des politiques de cyberaccessibilit pour les personnes handicapes"167est un outil en ligne conu pour aider les dcideurs mettre en oeuvre les dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes enmatire d'accessibilit des TIC. Il est le rsultat d'une collaboration internationale avec plus de60 auteurs du monde entier. Il fournit diverses informations prsentant les dispositions de la Convention en matire d'accessibilit des TIC, ainsi que des conseils et est structur selon les diffrents domaines des politiques publiques.

Le Kit pratique en bref

Ce Kit pratique prsente des informations relevant des grandes catgories suivantes:

• Aperu de la Convention et de ses dispositions relatives aux TIC.

• Rpartition dmographique et analyse statistique du nombre de personnes dans le monde qui bnficient de TIC accessibles.

• Rappel concernant les questions d'accessibilit des TIC.

• Guide-ressource pour les dcideurs, par domaine cl: technologies d'assistance, sites web, logiciels et accs aux ouvrages publis.

• Stratgies de conception universelle des produits et services.

• Politiques de march publics.

• Utilisation des technologies d'assistance pour les personnes handicapes.

• Coopration rgionale et internationale.

• Rle des collectivits locales.

• Lignes directrices concernant l'laboration de politiques publiques conformes aux dispositions de la Convention en matire d'accessibilit des TIC.

Ce Kit pratique contient galement deux autres ressources conues pour aider les pays hirarchiser leurs priorits dans l'laboration des politiques:

Guide par domaine d'action: ensemble de mesures que peuvent prendre les pouvoirs publics au titre de chaque fonction administrative, par exemple tlcommunications/radiodiffusion, ducation et questions d'emploi/de socit.

Cadre d'auto-valuation: conseils donns aux pays sur les mthodes de collecte de donnes et sur les moyens de dterminer les lacunes dans les diffrents domaines d'action, l'objectif tant de hirarchiser les mesures afin de satisfaire aux obligations de la Convention concernant les TIC.

En outre, le Secteur du dveloppement des tlcommunications de l'UIT (UIT-D) met en oeuvre divers projets dans les pays en dveloppement. Entre autres, il cre des centres communautaires TIC quips de technologies d'assistance afin que les personnes handicapes puissent se former, elles aussi, ces technologies. Il existe aussi des formations professionnelles facilites par les TIC et desprojets visant convertir du texte en parole dans les langues locales. Les questions d'accessibilit sont aussi examines dans le cadre de la Commission d'tudes 1 de l'UIT‑D, au titrede la Question 20-1/1 "Accs des personnes handicapes aux services de tlcommunication etaux technologies de l'information et de la communication". Vous trouverez davantage d'informations surles travaux de l'UIT-D relatifs l'accessibilit sur le site: http://www.itu.int/ITU‑D/sis/PwDs/index.html.

Le Secteur de la normalisation des tlcommunications de l'UIT (UIT-T) encourage l'accessibilit depuis 2000, dans le cadre du concept de "communication totale" et du principe de "conception pour tous" (voir la Recommandation UIT-T F.703). Ces deux initiatives ont contribu promouvoir la notion de conception universelle, consacre par la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes, huit ans avant son adoption par les Nations Unies. Depuis lors, de nombreuses autres normes, appeles "Recommandations" l'UIT, ont t labores sur les thmes de l'accessibilit et de son intgration dans les systmes de tlcommunication/TIC.

En outre, l'UIT‑T a mis au point une liste rcapitulative sur l'accessibilit dans le domaine des tlcommunications qui permet aux auteurs de normes - quipementiers, fournisseurs de rseaux, exploitants, rgulateurs et Etats Membres de l'UIT - d'inclure des principes d'accessibilit et de conception universelle ds le dbut du processus de normalisation, au lieu d'avoir par la suite adapter les systmes et services existants, ce qui cote cher. Vous trouverez plus d'informations surles travaux de l'UIT‑T dans le domaine de l'accessibilit sur le site: http://www.itu.int/ITU‑T/accessibility/index.html.

166L'Initiative mondiale des Nations Unies "TIC pour tous" (G3ict) est une initiative phare de l'Alliance mondiale pour les TIC au service du dveloppement.

167http://www.e-accessibilitytoolkit.org

7.3 Initiatives de l'UNESCO

L'UNESCO est la tte du mouvement Education pour tous qui vise rpondre aux besoins ducatifs de tous les enfants, jeunes et adultes d'ici 2015. Le but ultime est de parvenir l'ducation inclusive, considre par l'UNESCO comme un moyen d'assurer tous une ducation de qualit et d'atteindre des objectifs d'intgration sociale au sens large.

Dans ses "Principes directeurs pour l'inclusion: assurer l'accs l'ducation pour tous", l'UNESCO dfinit l'ducation inclusive comme:

"... un processus visant tenir compte de la diversit des besoins de tous les apprenants et y rpondre par une participation croissante l'apprentissage, aux cultures et aux collectivits, et rduire l'exclusion qui se manifeste dans l'ducation. Elle suppose la transformation et la modification des contenus, des approches, des structures et des stratgies, avec une vision commune qui englobe tous les enfants de la tranche d'ge concerne, et la conviction qu'il est de la responsabilit du systme ducatif gnral d'duquer tous les enfants"168.

L'UNESCO encourage galement l'utilisation efficace de TIC "accessibles, adaptables et abordables"169. Elle considre l'autonomisation des personnes handicapes grce l'utilisation efficace des TIC

"... non pas comme un acte de charit, mais comme l'exercice d'un droit de l'homme fondamental tel qu'nonc dans la Dclaration universelle des droits de l'homme en 1948, rappelant que "tous les tres humains naissent libres et gaux en dignit et en droits"170.

L'UNESCO encourage l'autonomisation des personnes handicapes par les TIC afin de les faire participer efficacement aux activits ducatives, culturelles et scientifiques et l'exercice des droits de l'homme et de l'inclusion sociale (Figure 7.1). (Voir le document de l'UNESCO Empowering Persons with Disabilities through ICTs pour plus d'informations sur les vues de l'UNESCO concernant les relations entre TIC accessibles, ducation inclusive et droits de l'homme).

Source: UNESCO

Figure 7.1 – Des TIC accessibles au service de l'ducation, de la science,
de la culture et de la communication

Lgende:

Education inclusive
Autonomiser les personnes handicapes grce aux TIC
Communication et information
Sciences humaines et sociales


UNESCO: Principes directeurs pour l'inclusion dans l'ducation, dition de 2009171

Selon les Principes directeurs pour l'inclusion dans l'ducation, l'ducation inclusive "renforce la capacit du systme ducatif atteindre tous les apprenants et peut donc tre comprise comme une stratgie cl pour raliser l'EPT172. Les trois grands moteurs de l'ducation inclusive sont d'ordre:

• ducatif: les coles inclusives, dans lesquelles tous les enfants sont duqus ensemble, mettent au point des mthodes d'enseignement qui sont adaptes aux spcificits de chacun et ainsi bnficient tous;

• social: les coles inclusives encouragent une attitude positive envers la diversit et constituent la base d'une socit juste et non discriminatoire;

• conomique: il est plus rentable de crer des coles qui duquent tous les enfants ensemble que d'tablir des systmes complexes de diffrents types d'coles spcialises pour diffrentes catgories d'enfants.

Ces principes directeurs concernent particulirement l'ducation et la formation professionnelle continue des enseignants, dont beaucoup ne connaissent pas bien les utilisations potentielles desTIC et ne savent pas toujours comment utiliser les TIC accessibles pour aider en classe les lves handicaps.

168UNESCO, Guidelines for inclusion: Ensuring Access to Education for All, Paris, UNESCO, 2005.

169UNESCO, “Empowering Persons with Disabilities through ICTs”, 2009, available at http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001847/184704e.pdf

170Ibid (footnote 169)

171UNESCO Policy guidelines on Inclusive Education

172UNESCO Guidelines for Inclusive Education, page 8

7.3.1 Déclaration de Salamanque et écoles inclusives

En 1994, l'UNESCO a organis une confrence internationale charge d'examiner les "changements radicaux de politique ncessaires pour promouvoir l'ducation inclusive, savoir permettre aux coles de rpondre aux besoins de tous les enfants, en particulier de ceux qui ont des besoins ducatifs spciaux". Cette confrence a adopt la "Dclaration de Salamanque sur les principes, les politiques et les pratiques en matire d'ducation et de besoins ducatifs spciaux ainsi qu'un cadre d'action", approuvs par 92 pays173. Aux termes de cette Dclaration, l'ducation inclusive signifie que:

"... L'cole devrait accueillir tous les enfants, quelles que soient leurs caractristiques particulires, d'ordre physique, intellectuel, social, affectif, linguistique ou autres. Elle devrait recevoir aussi bien les enfants handicaps que les surdous, les enfants des rues et ceux qui travaillent, les enfants des populations isoles ou nomades, ceux des minorits linguistiques, ethniques ou culturelles ainsi que les enfants d'autres groupes dfavoriss ou marginaliss."174

Alors que dans de nombreux pays des coles bien tablies pourvoient aux besoins ducatifs des enfants souffrant de handicaps spcifiques, la Dclaration recommande fermement que, dans les cas o les pays dans lesquels les coles spciales sont peu nombreuses ou existantes, les efforts soient concentrs "sur la mise en place d'coles intgratrices et de services spcialiss (en particulier, formation des matres en matire d'ducation et de besoins ducatifs spciaux et cration de centres de documentation dots d'un personnel et de moyens appropris auprs desquels les coles pourraient obtenir un appui) qui seront ncessaires pour rpondre aux besoins de la vaste majorit des enfants et des adolescents". Une fois cres, les coles inclusives sont plus rentables que le maintien d'un systme d'ducation deux vitesses.

173http://www.unesco.de/fileadmin/medien/Dokumente/Bildung/Salamanca_Declaration.pdf

174The Salamanca Statement and Framework for Action on Special Needs Education, para 3.

7.3.2 48ème Conférence internationale de l'éducation organisée par l'UNESCO

La Confrence internationale de l'ducation (CIE) organise par l'UNESCO est l'un des principaux forums au niveau mondial pour la promotion du dialogue sur les politiques ducatives, organis par les 153 Etats Membres de l'UNESCO pour promouvoir la stratgie globale de l'organisation en vue d'encourager une ducation de qualit. La 48me Confrence internationale de l'ducation, tenue Genve en novembre 2008, a mis l'accent dans sa conclusion et ses recommandations sur l'ducation inclusive, stratgie fondamentale pour la russite de l'initiative de l'UNESCO "L'ducation pour tous"175. Comme indiqu dans le rapport final, l'ducation inclusive est "un processus long terme qui vise offrir une ducation de qualit pour tous, en respectant la diversit et les diffrents besoins et capacits, les caractristiques et les attentes des lves et des communauts en matire d'apprentissage, et en liminant toute forme de discrimination"176. L'utilisation des TIC est prsente comme un moyen de "garantir un accs plus large aux possibilits d'apprentissage"177.

Analyse des rapports nationaux sur le dveloppement de l'ducation

Cent seize pays ont soumis la Confrence178des rapports nationaux sur le dveloppement de l'ducation. Ces rapports tmoignent des modestes progrs raliss et des innovations intressantes apportes par des pays en dveloppement en ce qui concerne l'utilisation des TIC au service de l'ducation inclusive:

• Au Brsil, le Ministre de l'ducation considre la fourniture de TIC accessibles comme un moyen "de lutter contre la pauvret, l'exclusion sociale et la culturalisation". A cette fin, le Ministre a rappel l'installation de 1251 salles polyvalentes quipes de "tlvisions, ordinateurs et imprimantes, scanners et webcams, DVD et logiciels d'accessibilit, de mobilier et de matriel ducatifs et pdagogiques en braille, en langue des signes, de moyens de communication amliore et alternative, ainsi que d'autres technologies d'assistance, afin d'offrir de nouveaux services ducatifs spcialiss". Ces salles ont t installes entre 2005 et 2007, l'objectif tant de parvenir un total de 30000 salles polyvalentes fin 2011179.

• En Tanzanie, le Ministre de l'ducation a dclar tre parvenu " amnager les btiments de certaines coles qui pratiquent l'ducation inclusive, ainsi qu' acheter des matriels comme des machines et ordinateurs Braille pour les aveugles, entre autres"180.

• A La Barbade, "l'informatique peut jouer un grand rle pour encourager l'ducation des enfants ayant des besoins spciaux, non seulement sur le plan de l'enseignement de nouvelles comptences, mais aussi pour l'accs aux programmes au moyen de technologies d'assistance. Des applications et systmes informatiques spcifiques permettent aux lves handicaps d'tre duqus dans une classe ordinaire, aux cts de leurs pairs non handicaps"181.

• En Ouzbkistan, "les enfants ayant des besoins spciaux, qui n'ont pas la possibilit physiquement de frquenter l'cole recevront un ordinateur et des programmes multimdias de formation l'informatique […]". Ces ordinateurs donneront accs des trousses et ressources ducatives de base.

• En Thalande, "on distribue des bons pour contribuer fournir les technologies correspondant des besoins spcifiques, et chaque lve handicap a droit un bon d'un montant minimal de 2000 bath (soit 55USD) par an"182.

Tandis que certains rapports font tat de progrs encourageants, et que tous les rapports nationaux indiquent que des dispositions sont prvues pour les lves handicaps, trs peu d'entre eux hirarchisent par priorit la fourniture ou l'utilisation de TIC accessibles. Il est apparu, au terme d'une recherche par mots cls ralise sur les 116rapports nationaux pour divers termes associs aux TIC accessibles, que la fourniture ou l'utilisation de TIC accessibles, en particulier de matriels didactiques sous une forme diffrente, n'existe que dans un petit nombre de rapports183.

L'UNESCO a organis Addis‑Abeba (Ethiopie), du 23 au 25fvrier2010, la neuvime runion du Groupe de haut niveau sur l'ducation pour tous. Ainsi qu'il est soulign dans la Dclaration d'Addis‑Abeba qui en a rsult184:

"Les six objectifs de l'EPT et les Objectifs du Millnaire pour le dveloppement (OMD) ne pourront tre atteints que si les gouvernements acclrent leurs efforts pour garantir l'ducation aux populations marginalises. Les occasions qui se prsenteront en 2010, notamment le processus d'examen des OMD, doivent tre mises profit pour revitaliser les efforts et soutenir l'EPT. Si la communaut mondiale ne prend pas des mesures rsolues et cibles pour atteindre les marginaliss, on comptera encore, en 2015, 56millions au moins d'enfants en ge de frquenter l'cole primaire et non scolariss."

Toujours en 2010, l'UNESCO a publi le "Rapport mondial de suivi de l'ducation pour tous: atteindre les marginaliss". Selon ce rapport, les enfants handicaps sont parmi les plus marginaliss et les moins susceptibles d'tre scolariss.

"On estime qu'il y a dans le monde 150millions d'enfants handicaps, dont environ les quatre cinquimes dans les pays en dveloppement. Des millions d'autres vivent avec des parents ou des proches handicaps. Au‑del de leurs effets immdiats sur la sant, les dficiences physiques et mentales entranent une stigmatisation qui conduit souvent l'exclusion de la socit et de l'cole... Les enfants atteints de dficience qui affectent la capacit de communiquer, et de dficiences plus graves dans leur ensemble, ont gnralement les chances d'ducation les plus limites, surtout dans les pays les plus pauvres."

L'UNESCO est en train de lancer un nouveau projet intitul "Dveloppement des politiques inclusives d'information destines tre utilises dans la formation aux TIC pour les personnes handicapes" (ICT4ED4PWD). Ce projet vise runir de bonnes pratiques dans l'utilisation desTIC accessibles, adaptables et abordables dans la formation des personnes handicapes. Il examinera aussi les politiques existantes en matire de TIC axes sur les questions d'ducation inclusive, ycompris pour les personnes handicapes. Un ensemble dtaill des recommandations sera labor pour mettre en valeur les politiques d'information inclusives dans le monde.

175http://www.ibe.unesco.org/en/ice/48th-ice-2008.html

176http://www.ibe.unesco.org/en/ice/48th-session-2008/final-report.html

177L'un des thmes dbattu tait "Le rle des TIC dans l'innovation curriculaire". L'un des domaines d'action concrets tait "Mthodes didactiques souples avec approches novatrices des auxiliaires pdagogiques et quipements, y compris l'emploi des TIC".

178http://www.ibe.unesco.org/en/ice/48th-session-2008/national-reports.html

179http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/ICE_2008/brazil_NR08_es.pdf Page 44-45

180Ibid (page 43)

181Ibid (page 7)

182Ibid (page 17)

183 Rsultats de la recherche par mots cls l'aide de Google sur le site parent URL:http://www.ibe.unesco.org/National_Reports/ICE_2008

• Technologie/dispositifs/quipement d'assistance/d'adaptation) – 8 fois (Lituanie, Barbade, Bruni Darussalam, Jamaque, Tanzanie, Afghanistan, Brsil, Canada)
• Conception universelle - 3 fois (Estonie, Afghanistan, Botswana)
• TIC accessibles – 0 fois
• Braille – 28 fois

184Neuvime runion du Groupe de haut niveau sur l'ducation pour tous, 23‑25fvrier2010, Addis‑Abeba (Ethiopie). Dclaration d'Addis‑Abeba:http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001871/187149e.pdf.

7.3.3 Autres initiatives de l'UNESCO

"Autonomisation des personnes handicapes grce aux TIC" – Pavillon de l'UNESCO ITUTelecom World 2009

ITU Telecom World 2009 a t un vnement de premier plan pour l'ensemble du secteur des tlcommunications et des TIC, qui a rassembl les grands noms de l'industrie dans le monde entier185. Cette manifestation a mis en avant la notion de "socits du savoir", dans lesquelles tout un chacun peut avoir accs aux informations et aux connaissances, les crer, les utiliser et les changer. "L'autonomisation des personnes handicapes grce aux TIC" tait le thme principal du pavillon de l'UNESCO186. Dans le cadre de plusieurs ateliers, sminaires et expositions, l'UNESCO a fait passer le message suivant:

"L'autonomisation des personnes handicapes, particulirement grce l'utilisation efficace des TIC, n'est un pas un acte de charit, mais l'exercice d'un droit de l'homme fondamental tel qu'nonc dans la Dclaration universelle des droits de l'homme en 1948, rappelant que "Tous les tres humains naissent libres et gaux en dignit et en droits."

L'UNESCO a organis les 22 et 23 fvrier 2010 Paris une runion d'experts sur le thme "Intgration des TIC pour faciliter l'accs des personnes handicapes l'information et au savoir"187. Cette runion avait pour but de discuter de la manire dont l'UNESCO pourrait faciliter la mise en oeuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapes et de dfinir en pratique comment elle pourrait aider ses Etats Membres s'acquitter de cet engagement international. Les recommandations concrtes suivantes en ont rsult:

1) Ralisation d'activits concrtes pour rendre l'UNESCO accessible.

2) Intgration des TIC dans l'ducation inclusive.

3) Mobilisation des ressources et de la coopration internationale.

4) Cration d'un cosystme d'accs l'information et au savoir.

L'Institut de l'UNESCO pour les technologies de l'information dans l'ducation (IITE)

L'Institut de l'UNESCO pour les technologies de l'information dans l'ducation (IITE) vise promouvoir l'galit d'accs l'ducation et l'intgration des catgories sociales les plus vulnrables grce l'utilisation des TIC. A cette fin, l'IITE apporte un appui l'laboration des stratgies nationales visant :

• amliorer l'accs des catgories dfavorises et marginalises aux infrastructures TIC;

• promouvoir les programmes de formation professionnelle et de formation aux rudiments des TIC ciblant spcifiquement les catgories sociales les plus vulnrables;

• appuyer la coopration rgionale, sous-rgionale et internationale ainsi que les changes de bonnes pratiques concernant l'utilisation des TIC par les catgories marginalises.

Cours de formation: "Les TIC dans l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers"

L'IITE a mis au point une formation spcialise intitule "Les TIC dans l'ducation pour les personnes ayant des besoins particuliers". Ce cours prsente les enseignements tirs, sur le plan international, de l'exprience de l'utilisation des TIC pour duquer diverses catgories de personnes ayant des besoins particuliers. Il est conu pour dvelopper les comptences de tous ceux qui s'occupent d'ducation pour les personnes ayant des besoins particuliers, diffrents gards:

• Importance de l'ducation inclusive au regard de l'objectif d'galit des chances pour tous.

• Aspects de l'ducation intressant les lves handicaps dans le contexte de la socit de l'information.

• Rle des TIC dans la fourniture d'une ducation inclusive aux lves handicaps.

• Slection soigneuse et utilisation des technologies d'assistance en fonction des besoins de chaque lve.

• Conditions ducatives adaptes pour une bonne utilisation des TIC accessibles.

• Mthodes d'valuation lies l'utilisation des TIC accessibles dans l'ducation.

• Conseils quant l'laboration et la mise des oeuvres des stratgies TIC pour l'ducation d'enfants handicaps.

185ITU Telecom World 2009, http://www.itu.int/WORLD2009/

186UNESCO, Empowering People with Disabilities through ICTs http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001847/184704e.pdf

187http://portal.unesco.org/ci/en/ev.php-URL_ID=29479&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=-465.html

7.3.4 UNICEF – Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (1989)

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, l'UNICEF, oeuvre pour les droits, la survie, le dveloppement et la protection de l'enfant188. Il s'appuie sur la Convention de 1989 relative aux droits de l'enfant. Cette convention internationale fait spcifiquement rfrence aux droits des enfants handicaps tre protgs contre toute forme de discrimination (Article2). Aux termes de l'article23, les Etats Parties la Convention reconnaissent "que les enfants handicaps doivent mener une vie pleine et dcente, dans des conditions qui garantissent leur dignit, favorisent leur autonomie et facilitent leur participation active la vie de la collectivit". Une aide devrait tre fournie pour assurer l'accs effectif des enfants handicaps " l'ducation, la formation, aux soins de sant, la rducation, la prparation l'emploi et aux activits rcratives" (Article23(3)). Les Etats Parties sont galement encourags, dans un esprit de coopration internationale, favoriser l'change "d'informations concernant les mthodes de rducation et les services de formation professionnelle" afin d'amliorer leurs capacits et leurs comptences dans ces domaines (Article 23 (4))189.

188http://www.unicef.org/
189United Nations Conventions on the Rights of the Child http://www2.ohchr.org/english/law/pdf/crc.pdf

8 Démonstrations vidéo de technologies d'assistance

Les vidos suivantes illustrent les technologies d'assistance qu'une personne peut utiliser pour contrler et utiliser son environnement et/ou ordinateur.

Communication amliore et alternative

La vido suivante montre comment Ellen, utilisatrice de technologies d'assistance, utilise des commutateurs et un systme de communication amliore et alternative (AAC) pour communiquer, avoir accs un ordinateur et avoir prise sur son environnement, chez elle comme en classe.

Technologies d'assistance pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

The following video is a basic overview of the JAWS screen reader.

Formats alternatifs pour les personnes sourdes ou malentendantes

La vido suivante montre comment l'utilisation des sous‑titres et des descriptions audio est essentielle dans l'utilisation de matriels ducatifs pour les lves aveugles ou sourds.

9 Ressources techniques

Les sous‑sections suivantes prsentent des listes de ressources en matire de technologies d'assistance, de formats accessibles, d'laboration de programmes, d'valuation des besoins, de tlcentres, de logiciels code source ouvert et d'autres technologies examines dans le prsent module.

9.1 Ressources éducatives pour les enseignants et les décideurs dans le domaine des technologies d'assistance, des formats accessibles et de l'élaboration de programmes

The Adaptive Braille Writing Tutor project http://www.cs.cmu.edu/~nidhi/brailletutor.html#factsheet.

Adobe (2009). "What is accessibility?" http://www.adobe.com/accessibility/gettingstarted/accessibility.html.

Annor, J. (2002) Implementing Government Policy for Supporting Technology Use by Persons with Disability. http://www.csun.edu/cod/conf/2002/proceedins/98.htm.

AHEAD Text Access. Ireland's Resource Guide & Union Catalogue for the Print Disabled at Third Level http://www.textaccess.ie/.

Bray, M., Brown, M., & Green, T. (2004). Technology and the Diverse Learner: A Guide to Classroom Practice. Thousand Oaks, California: Corwin Press.

IT Procurement Toolkit from the Centre for Excellence in Universal Design, Ireland. http://www.universaldesign.ie/useandapply/ict/itprocurementtoolkit.

Casely-Hayford, L. and Lynch, P. ICT and Special Needs Education in Africa, Imfundo Report- Phase 1 http://imfundo.digitalbrain.com/imfundo/web/papers/refpapers/?verb=view.

Casely-Hayford, L. and Lynch, P. ICT Based Solutions for Special Educational Needs in Ghana, Imfundo Report - Phase 2 http://imfundo.digitalbrain.com/imfundo/web/papers/refpapers/?verb=view.

Craddock, G, D Gordon, O'Callaghan, K & M. Scherer, (2006) Thinking Beyond Assistive Technology In The Classroom: Phase two of the Inclusive Learning Project (ILT) accepted for publication in Special Education and as a paper at the Assistive Technology Industry Association2006 conference.

Craddock etc (2005) Over the Parapet: Thinking Beyond Assistive Technology In The Classroom, Rehabilitation Engineering Society of North America, Annual Conference, June 2005 Atlanta, GA. in press.

Craddock, G (2005) The AT Continuum in Education: Novice to Power User, Journal of Disability and Rehabilitation in press.

Craddock, G, M Scherer & D Gordan. Inclusive Learning through Technology: Individualized Curriculum in Special Education, Assistive Technology Industry Association 2005 conference, 19th-22nd Orlando Fl.

Duxbury Systems software for Braille with Windows, Macintosh, DOS, and UNIX programs http://www.duxburysystems.com/.

EDeAN. Resources on Universal Design Education and Training http://www.education.edean.org/.

Edmonds, C. (2003). Providing Access to Students with Disabilities in Online Distance Education: Legal, Technical, and Practical Considerations. http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all~content=a783720878.

Agence europenne pour le dveloppement de l'ducation des personnes prsentant de besoins particuliers (European Agency for Development in Special Needs Education) (2003). Les principes de base pour l'ducation des enfants besoins ducatifs particuliers. Recommandations l'usage du lgislateur. Sur: http://www.european-agency.org/publications/ereports/key-principles-in-special-needs-education/key-principles-in-special-needs-education.

Gateway. Information sur les aides techniques (AT) afin de faire progresser les jeunes en situation de handicap dans le domaine de l'enseignement et dans le monde du travail. http://www.gateway2at.eu.

G3ict http://www.g3ict.org

IMS (2001). Guidelines for Developing Accessible Learning Applications. http://www.imsglobal.org/accessibility/accessiblevers/index.html.

ITU/G3ict e-accessibility Policy Toolkit for Persons with Disabilities http://e‑accessibilitytoolkit.org.

Lahm, E.A. (2003). Assistive Technology Specialists: Bringing Knowledge of Assistive Technology to School Districts. Remedial and Special Education, 24(3), pp.141-153.

Moore, D. and Taylor, J. (2000). Interactive Multimedia Systems for Students with Autism. Journal of Educational Media, 25 (3), pp. 169-175.

Microsoft information and tutorials on the inbuilt accessibility features in Microsoft products such as Windows 7, Vista and XP and Office products http://www.microsoft.com/enable/download/default.aspx

Microsoft. Accessibility: A Guide for Educators. "This guide from Microsoft provides information about accessibility and accessible technology to help educators worldwide ensure that all students have equal access to learning with technology." http://www.microsoft.com/enable/education/

Technology and Social Change (TASCHA), University of Washington. First Workshop on Technology and Disability in the Developing World http://change.washington.edu/access/workshop_1/

Toolbox for Educators: Technology for Mild Disabilities Providing Access to the General Education Curriculum http://www.ed.sc.edu/caw/toolboxvendors.html

UNESCO IITE Les TIC dans l'ducation des personnes ayant des besoins particuliers. http://www.iite.ru/pics/publications/files/3214644.pdf

University CSUN. Assistive Technology programme. http://www.csun.edu/codtraining/

University of Buffalo Assistive Technology Training Online Project http://atto.buffalo.edu

OMS. Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la sant (CIF) http://www.who.int/classifications/icf/en/

9.2 Evaluation des besoins en matière de technologies d'assistance

Assistive Technologies sorted by impairment type http://www.hp.com/hpinfo/abouthp/accessibility/atproductimpairment.html

Assistive Technology Needs Assessment http://www.asha.org/eweb/OLSDynamicPage.aspx?Webcode=olsdetails&title=Assistive+
Technology+Needs+Assessment

Besio, S. (2002a). The Counselling Process in Assistive Technology Evaluation and Selection in: Scherer, M.J. (Ed.), Assistive Technology: Matching Device and Consumer for Successful Rehabilitation. Washington, DC: APA Books, 231-252.

Craddock, G & M. Scherer (2003) "Assessing Individual Needs for Assistive Technology" in Transition Assessment: Wise Practices in Quality Lives edited by Caren L. Sax & Collen A Thoma, Brookes Publishers Baltimore, Maryland.

Education Queensland. Guidelines for Special Consideration in Assessment. http://education.qld.gov.au/studentservices/learning/index.html

Selecting Assistive Technologies http://www.hp.com/hpinfo/abouthp/accessibility/atproduct.html

Scherer, M.J. (1994). The Matching Persons & Technology (MPT) Model. Webster: MPT Institute.

Scherer, M.J. (Ed.) (2002a). Assistive Technology: Matching Device and Consumer for Successful Rehabilitation. Washington, DC: APA Books.

Scherer, M.J. (2002b). The Change in Emphasis from People to Person: Introduction To the Special Issue On Assistive Technology. Disability & Rehabilitation, 24 (1/2/3), 1-4.

Scherer, M.J. (2004). Connecting to Learn. Educational and Assistive Technology for People with Disabilities. Washington, DC: American Psychological Association.

9.3 Technologies d'assistance, logiciels, ressources, guides et projets

ABLEDATA: AbleData - Your source for assistive technology information from http://www.abledata.com/

Ace Centre: What is a communication aid. http://www.ace-centre.org.uk/index.cfm?pageid=DB6B5FE3-3048-7290-FE18A6FAEAF27C9B

Ability Net: Exploring Augmentative and Alternative Communication http://www.ace-centre.org.uk/index.cfm?pageid=DB6B5FE3-3048-7290-FE18A6FAEAF27C9B

AssistiveWare: vidos sur l'accessibilit informatique http://www.assistiveware.com/videos.php

ATIA (2009). Assistive Technology Industry Association http://www.atia.org/

Autism Research Institute http://www.autism.org/

Better Living through Technology - Liste exhaustive de Technologies d'assistance et de logiciels pour divers handicaps http://www.bltt.org/

Canonical Homepage http://www.canonical.com/

Chisholm, W. and M. May (2009). "Universal design for web applications", California, US, O'Reilly Press

Dolphin Pen drive http://www.yourdolphin.com/productdetail.asp?id=8

GW Micro - Window-Eyes: http://www.gwmicro.com/Window-Eyes/

Free and Low Cost Solutions: http://abilitynet.wetpaint.com/page/Free+and+Low+Cost+Solutions

Freedom Scientific: JAWS for Windows Screen Reading Software http://www.freedomscientific.com/products/fs/jaws-product-page.asp

Freedom Scientific: Surfing the Internet with JAWS and MAGic http://www.freedomscientific.com/Training/Surfs-Up/_Surfs_Up_Start_Here.htm "Learn to use JAWS screen reading software for Windows and MAGic screen magnification software for Windows to read and navigate the Internet"

Freedom Scientific : PAC Mate™ Portable Braille Displays http://www.freedomscientific.com/products/fs/pacmate-braille-product-page.asp.

Guidelines for the Design of Accessible Information and Communication Technology Systems. http://www.tiresias.org/guidelines/index.htm

Hawking, S. (2004): "Computer Resources for People with Disabilities: A Guide to Assistive Technologies, Tools and Resources for People of All Ages", Hunter House.

Hersh, M. A. and M. A. Johnson (2003): "Assistive Technology for the Hearing Impaired, Deaf and Deafblind", Springer.

Hersh, M. A. and M. A. Johnson (2008): "Assistive Technology for Visually Impaired and Blind People", Springer.

IBM Accessibility Centre Firefox: An open source accessibility success story http://www‑03.ibm.com/able/resources/firefox.html.

Inclusive Technology – AT supplier http://www.inclusive.co.uk/

Jones, Kevin (2008): "An Introduction to Screen Readers" retrieved 12.06.2009 from http://www.dcmp.org/caai/nadh181.pdf

King, T. W. (1998): "Assistive Technology: Essential Human Factors", Allyn & Bacon

Kurzweil Educational Systems http://www.kurtzweiledu.com

Laptop Computers and Electronic Notetakers for the Blind: A Comparison http://nfb.org/legacy/bm/bm03/bm0304/bm030407.htm

Laureate software for students with speech and language impairments: autism, and other neurological conditions http://www.LaureateLearning.com

Microsoft Grant Announcement http://www.nvda-project.org/blog/MicrosoftGrant2008-2009Announcement

OneSwitch http://www.oneswitch.org.uk/index.htm

Overview of Technology for Visually Impaired and Blind Students http://www.tsbvi.edu/technology/overview.htm

Raising the Floor http://raisingthefloor.net/

Schoolnet resources on inclusive education and ICTs http://www.schoolnet.ca/?404=Y

Smart Kids Software - a portal of software companies that specialise in software for children http://www.smartkidssoftware.com

Vanderheiden, G. (1998). Universal design and assistive technology in communication and information technologies: alternatives or complements? "Assistive Technology" 10(1): 29-36

W3C-WAI Introduction to Web Accessibility http://www.w3.org/WAI/intro/accessibility.php

W3C-WAI Evaluating Web Sites for Accessibility: Overview http://www.w3.org/WAI/eval/Overview.html

W3C-WAI Presenting the Case for Web Accessibility http://www.w3.org/WAI/EO/2004/02/presenting_case.html

W3C-WAI (2006). "Complete List of Web Accessibility Evaluation Tools" http://www.w3.org/WAI/ER/tools/complete

W3C-WAI Web Content Accessibility and Mobile Web: Making a Web Site Accessible Both for People with Disabilities and for Mobile Devices" http://www.w3.org/WAI/mobile/

W3C-WAI Techniques in WCAG 2.0 http://www.w3.org/TR/WCAG20-TECHS/

WebAIM. Keeping Web Accessibility in Mind Video http://www.webaim.org/intro/video.php

Zoomtext by A1 Squared at http://www.aisquared.com/index.cfm

9.4 Solutions et produits logiciels gratuits et à code source ouvert

AEGIS IP initiative (Open Accessibility Everywhere: Groundwork, Infrastructure, Standards -http://www.aegis-project.eu/

Assistive Technology Timeline - American Foundation for the Blind http://www.afb.org/Section.asp?SectionID=4&DocumentID=4368

Center For Adaptive Technology - Kenya Society For The Blind http://www.ksblind.org/site/?q=node/8

Comet Media Foundation http://www.cometmedia.org/ngo-in-a-box

Drupal Content Management System http://drupal.org/

DAISY Digital Talking Books http://www.daisy.org/dtbooks

eSpeak: Speech Synthesizer http://espeak.sourceforge.net/

F123.org – Scalable solutions – Botelho & Paula Consultoria http://f123.org/en/

F123.org – Solues de grande escala – Botelho & Paula Consultoria Motor http://f123.org/motor

F123.org – Solues de grande escala – Botelho & Paula Consultoria Visual http://f123.org/visual

Free Software Foundation: The GNU General Public License http://www.gnu.org/licenses/gpl.html

GNU Compiler Collection http://www.ohloh.net/p/gcc

Gnome Onscreen Keyboard http://www.gok.ca/

Inference Group: Dasher Project: Home http://www.inference.phy.cam.ac.uk/dasher/

Mozilla Firefox http://www.mozilla.com/firefox/

NonVisual Desktop Access (NVDA) Open source screen reading software for Windows. http://www.nvda-project.org/ http://www.nvda-project.org/wiki/Download

OATSoft - Open Source Assistive Technology Software http://www.oatsoft.org/

OpenOffice.org - The Free and Open Productivity Suite http://www.openoffice.org/

Open Source Business Models Strategies - Articles Research http://www.opensourcestrategies.org/ Accessed July 6, 2010.

Orca - Open source screen reading software for Linux http://live.gnome.org/Orca"

Ocropus - The OCRopus(tm) open source document analysis and OCR system http://code.google.com/p/ocropus/

Pino, A et al. 2010 An Open Source / Freeware Assistive Technology Software. Computers Helping People with Special Needs. 12th International Conference, ICCHP 2010. Part 1.

pVoice – Logiciel de communication amliore http://pvoice.org/

RedHat.com http://www.redhat.com/ consult le 6 juillet 2010.

RoboBraille. RoboBraille est un service gratuit de courrier lectronique qui peut convertir des documents texte numriques en fichiers braille ou audio. Il existe actuellement en version danoise, anglaise, franaise, allemande, grecque, islandaise, italienne, lituanienne, norvgienne, polonaise, portugaise et slovne. http://www.robobraille.org/frontpage.

"Code source"; Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/Source_code consult le 6juillet2010.

Ubuntu homepage http://www.ubuntu.com/.

University of Pune, Department of CNC , http://www.unipune.ernet.in/network/index.html

Virtual Magnifying Glass - A free, open source, screen magnifier, for Windows, Linux, FreeBSD and Mac OS X. http://magnifier.sourceforge.net/

University of Athens Accessibility Unit. An Open Source / Freeware Assistive Technology Software Inventory. http://www.ioustinos.com/fs/

Webaim. Captioning with Magpie http://www.webaim.org/techniques/captions/magpie/version2/

9.5 Télécentres communautaires polyvalents, télécentres accessibles et centres VTET pour les personnes handicapées

Telecentre for Disabilities - a discussion group with the telecentre.org association which supports and promotes accessible Telecentres for persons with disabilities http://www.telecentre.org/group/
telecentrefordisabilities?commentId=2086278%3AComment%3A17464
.

Supporting Vocational Education and Training of Disabled People- a European funded project http://www.epractice.eu/en/cases/eaccess.

ATRC Web-4-all "Web-4-All is the first technology in the world that makes it possible for users to carry with them their user interface preferences (including system preferences, browser preferences and assistive technology preferences) and quickly configure public terminals or learning management applications accordingly." http://web4all.atrc.utoronto.ca/html/atrc/about_e.html.

10 Case studies

The following case studies illustrate the variety of ways in which persons with disabilities can be supported in using accessible ICTs to receive an education and job training skills. The case studies underline the different approaches to providing accessible ICTs for education and job skills training including:

Credits

The Module on "Assistive Technologies for persons with disabilities" was prepared by Dónal Rice (MSc). Dónal is currently working on a PhD at the Center for Disability Law and Policy at the National University of Ireland, Galway where this thesis is looking at the right mix of legislative and policy approaches in support of web accessibility. As editor of the ITU/G3ict e-Accessibility Policy Toolkit Dónal continues to collaborate with the ITU on updating and expanding this resource for policy makers on the digital accessibility dispositions of the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities. Dónal is the ICT design advisor at the Centre for Excellence in Universal Design at the Irish National Disability Authority.

The author wishes to thank the following people and organizations who provided information and advice during the development of this module: